05 mai 2007

La laide au bois dormant ; Gregoire Solotareff et Nadja

51XFPS3Q9VLÉdition L'École des Loisirs ; 45 pages.
5,20 euros.

" Un jour que la reine se baignait dans une mare, une grenouille sortit de l'eau et dit : " Combien ? " C'était une grenouille sorcière qui prédisait le temps, l'argent et les enfants.
Ainsi la reine eut des jumelles. La première était très belle, et elle l'appela Belle. La deuxième était très vilaine, pas horrible, mais assez moche quand même, et on la cacha au deuxième sous-sol, où une sage-femme la prit en pitié, l'appela Lady, ce qui était joli, et lui donna à manger. La sage-femme, auparavant, avait jeté un sort à Belle : quand elle aurait quinze ans, elle se piquerait le doigt avec un fuseau, et elle en mourrait...
Et voici la véritable histoire du château au Bois Dormant, de ce qui s'y passa, pendant que Belle dormait, que le prince s'approchait, que la pauvre Lady attendait son heure, dans son sous-sol, en réfléchissant, parce qu'elle était moche, mais spécialement intelligente. Un livre pour les enfants qui aiment déjà lire tout seuls. "

C'est le titre du livre qui m'a interpellée. Quand j'étais petite, La Belle au bois dormant était mon dessin animé préféré. Je m'attendais à une histoire inversée, romantique et tout le tralala qui va avec.
Et bien pas du tout. Ce livre est tout sauf un conte de fées. Un prince charmant qui arrive avec une tronçonneuse et qui fonce demander la main de la soeur de la Laide au Bois dormant, une héroïne qui vieillit jusqu'à atteindre les cent quinze ans, une mère indigne, et pas de "ils se marièrent et eurent beaucoup d'enfants", on est très loin du compte.
Il n'empêche que j'ai bien rigolé. Les dessins sont vraiment sympas, pas du tout réalistes, pas du tout selon nos canons de beauté, mais plein d'humour. On est à la limite du grotesque, et pourtant on s'amuse beaucoup à voir Belle (la soeur jolie) aller se piquer le doigt comme la première des nunuches alors que tout le monde savait que ça allait arriver. De la même façon, penser que le roi embrasse un poux (en fait, la reine métamorphosée) pendant cent ans est aussi répugnant que plaisant.

Bon, quand même, ça ne se finit pas trop mal. La Laide au Bois dormant apprend à relativiser, et à se trouver tout à fait acceptable. Le vrai prince charmant n'est peut-être plus très loin après tout...

Posté par lillounette à 08:00 - - Commentaires [11] - Permalien [#]


27 avril 2007

Un complot à Versailles ; Annie Jay

2013218990Hachette Jeunesse ; 349 pages.

"1676. Cécile ne cesse de critiquer les nobles. Mais le jour où elle est convoquée, avec son amie Pauline, à la Cour du roi Louis XIV pour y être demoiselle de la reine, tout change. Ensemble, elles sont aux premières loges pour observer les intrigues et manoeuvres de Cour... Gare au tourbillon des complots qui pourrait les entraîner bien malgré elles ! "

Encore un roman jeunesse qui se lit avec beaucoup de plaisir. Certes, on n'échappe pas à de gros clichés, à des situations vraiment cousues de gros fils blancs.
Mais j'ai trouvé qu'il y avait eu un réel effort de la part de l'auteur pour étoffer son histoire en lui donnant une certaine crédibilité.
On pénètre avec Pauline et Cécile dans un Versailles plein de froufrous, d'hypocrisie et de luttes de factions, qui est bien celui décrit par les historiens. La mise au pas de la noblesse par Louis XIV transparaît bien dans ce livre, avec la description de toutes les courbettes possibles et imaginables destinées à obtenir les faveurs du Roi Soleil.

Les personnages sont attachants. Louis XIV est sans doute rendu plus sympathique qu'il n'était, mais il est bien montré comme un roi de Raison, habile et soucieux de ne souffrir d'aucun affaiblissement politique. J'ai beaucoup aimé le personnage de la reine Marie-Thérèse, très souvent occulté par les nombreuses maîtresses de son royal époux. Si les choses sont un peu simplifiées par moments, cela s'explique par le public auquel est destiné l'ouvrage, ainsi que par le côté "policier" de l'histoire. Et, bien que je ne connaisse pas beaucoup cette période de l'Histoire, j'ai quand même l'impression que la dimension historique est bien développée, et que la vérité est assez bien retranscrite. La question des bâtards de Louis XIV a réellement été posée, même si la détermination de Mme de Montespan est un peu poussée. Beaucoup de détails, sur la vie des nobles à la Cour, ou encore sur l'attitude de Louis XIV envers les arts et les lettres, permettent à Annie Jay de retranscrire l'atmosphère de Versailles. 

Dans tout cela s'insère une intrigue bien ficelée. Que complote Mme de Montespan ? Quel est le passé de Cécile, l'enfant recueillie par la famille de Pauline et Guillaume, et qui passe son temps à critiquer la Noblesse ? Heureusement, Pauline, Cécile et Elizabeth, peuvent compter sur leurs chevaliers servants, dénichés de façon peu conventionnelle, pour sauver la dynastie royale. C'est drôle, dynamique, charmant, et ça se dévore très vite.

Posté par lillounette à 07:30 - - Commentaires [9] - Permalien [#]

24 février 2007

Retour à la case égouttoir de l'amour ; Louise Rennison

2070610586Édition Gallimard ; 231 pages.
10 euros.

" Mais quelle idée d'avoir demandé à Massimo d'occuper le poste convoité de " copain officiel " de Georgia ! L'attente est insupportable et met les nerfs de la belle à rude épreuve. Et quand la réponse tant espérée arrive enfin, le monde s'écroule autour de Georgia. Comment survivre à la rebuffade du beau Transalpin ? Georgia, reine de la stratégie amoureuse, envisage aussitôt un moyen de récupérer Scooterino en mettant Dave la Marrade à contribution. Mais l'expert en rigolade semble bien occupé par la belle Emma. Et où est passée cette foule de garçons qui se pressait aux pieds de Georgia ? Alors que le désespoir est à son comble, deux lueurs d'espoirs se profilent à l'horizon. "

Si vous avez un coup de blues (même un gros), je vous assure, il n'y a rien de mieux que se jeter sur les aventures de Georgia Nicolson. C'est mis en littérature "jeunesse", mais ce n'est pas normal. J'ai éclaté de rire à chaque page de ce livre (ma famille se lance d'ailleurs des regards interrogateurs, du genre "On appelle le service neurologique de l'hôpital X tout de suite ou on attend de voir si ça se confirme ? " ).

Georgia s'est encore mise dans une situation intenable. Massimo veut s'éclater, ne pas avoir de petite amie officielle. Ce qui est d'autant plus dure pour Georgia que cela signifie qu'elle doit partager son beau Transalpin avec sa pire ennemie, j'ai nommé Lindsay la Nouillasse... Heureusement, elle a de la fierté notre petite Georgia, et elle refuse. Du coup, elle déprime. Elle songe à manipuler Dave la Marrade pour rendre Massimo jaloux, mais il semblerait que le "poteau" en question veuille plus que ça. En désespoir de cause, elle écrit à Robbie alias Super Canon qui, on s'en souvient, est parti en Nouvelle Zélande.

En plus de sa vie amoureuse désastreuse, Georgia doit faire face à sa mère qui arbore un débardeur crochet sans rien d'autre en dessous qu'un soutien-gorge, qui fait de l'oeil aux pompiers (après avoir appelé toutes ses copines). Le Vati ne vaut pas mieux. Il semble n'avoir jamais autant mis du sien pour prouver sa "demeuritude". Libby alias Mini-givrée (la petite soeur) continue a terroriser tout le monde. La petite-amie du grand-père et ses amies pin up de la "maison des tricentenaires" sont à la mode bikini en cuir...

Et du côté des copines, Jas est toujours aussi peu compréhensive, Rosie rêve de mariage avec son "géant des steppes" (Sven), et Ellen n'a toujours pas compris que Dave la Marrade n'en avait rien à faire d'elle.

Et quand tout semble s'arranger... Coup de théâtre avec le retour de BIP ! Et puis, ça s'est arrêté... Je suis folle de rage, je ne vais jamais pouvoir attendre le 8ème tome...

Posté par lillounette à 18:09 - - Commentaires [14] - Permalien [#]

06 janvier 2007

Adieu Benjamin ; Chantal Cahour

2700223039Edition Rageot ; 155 pages.
7,10 euros.

" Benjamin le petit frère de Sophie est décédé, tué par un chauffard: la famille est aussi heurtée de plein fouet. Leur vie est bouleversée. Ce récit décrit avec beaucoup d'intensité, de réalisme, l'état d'âme et le comportement de ces personnages profondément blessés. "

Collégienne, c'était l'un de mes livres préférés. Il raconte l'histoire d'une jeune fille qui perd son enfance en voyant sa mère hurler lorsque son père totalement bouleversé leur annonce d'une traite la mort de Ben. Quand on est encore une petite fille qui vit dans un milieu douillet, entourée de ses parents et de son petit frère adoré, un événement comme cela est terrible.
Sophie fait cependant preuve d'une incroyable maturité. La mère est totalement incapable de se maîtriser, c'est donc sa fille qui essaie de la rassurer et de la consoler. Ceci est d'autant moins évident qu'elle connaît au même moment ses premiers instants amoureux. Et puis, Sophie doit retourner en classe, affronter la pitié et la curiosité des autres. Surtout, elle doit réapprendre à vivre.
Elle s'aperçoit alors que l'on ne réagit pas tous de la même manière face à un deuil. Il y a le grand-frère qui lâche enfin toute l'amertume qu'il ressentait à l'égard de son petit frère. Il y a la mère, anéantie et qui en veut au monde entier. Le père qui veut tuer le salaud qui ne s'est même pas arrêté. Enfin, il y a la tante qui culpabilise d'être enceinte alors qu'un enfant vient de mourir. Mais tous partagent la même souffrance.
Se posent des questions très difficiles à gérer. Que va t-on faire de la chambre de Ben ? Ses affaires, inutiles désormais, faut-il vraiment s'en débarrasser ? Et le cours de violon de Ben, Simon a t-il vraiment le droit d'y aller ? Pourquoi le temps ne s'est-il pas arrêté quand Ben est mort ? Pourquoi tout le monde semble croire que Ben peut être remplacé ?

Ce livre est vraiment touchant, et s'achève sur une note positive pour Sophie. Je fais partie de ceux qui ne croient pas une seule seconde les gens qui disent ces mots répétés à l'infini selon lesquels "le temps guérit les blessures". Je pense seulement que l'on parvient à vivre avec, et à devenir ce que nous sommes grâce à elles, pour ceux qui nous manquent.

Posté par lillounette à 14:26 - - Commentaires [24] - Permalien [#]

29 décembre 2006

Les colombes du Roi Soleil Tome 4 : La promesse d'Hortense ; Anne-Marie Desplat-Duc

2081633752Edition Flammarion ; 328 pages.
10 euros.

" Quatre jeunes filles rêvent d'aventure et de succès. Elevées aux portes de Versailles, ces Colombes du Roi-Soleil volent vers leur destin. Hortense a fait une promesse à son amie Isabeau : rester avec elle à Saint-Cyr jusqu'à leurs vingt ans. Mais Simon, l'homme qu'elle aime, ne supporte plus de vivre loin d'elle. Hortense accepte de s'enfuir avec lui. Même si elle sait qu'elle risque de provoquer le courroux du roi... "

Après avoir écrit un premier tome mettant en scène quatre amies à Saint-Cyr, Anne-Marie Desplat-Duc s'est plu à nous dépeindre la destinée de chacune de ces jeunes filles. Dans ce quatrième tome, c'est donc la jeune Hortense qui est mise en scène.
Certes, l'écriture est parfois un peu maladroite selon moi au niveau de l'usage de termes de l'époque moderne. Mais j'ai adoré suivre Hortense jusqu'en Suisse, voir à différents niveaux les persécutions contre les protestants sous le règne de Louis XIV, puis les excès du protestantisme de Zürich.
C'est aussi la Noblesse qui n'a plus que ses titres pour se pavaner que nous présente Mme Desplat-Duc dans ce roman. Celle des protestants, naturellement, mais aussi celle des catholiques, comme la famille d'Hortense.
Mais surtout, pour les rêveuses (et les éventuels rêveurs), c'est une histoire d'amour touchante, très idéalisée, proche du conte de fées entre Hortense, la sage et catholique demoiselle de Saint-Cyr, et Simon, protestant refoulé et davantage téméraire et insouciant.
Et comme dans tous les contes, il y aura de bonnes fées pour permettre aux deux amoureux de se défaire de la situation embarrassante dans laquelle ils se sont empêtrés et de se retrouver.

Posté par lillounette à 11:13 - - Commentaires [9] - Permalien [#]


10 décembre 2006

Marine, je me souviendrai de toi ; Jacqueline Mirande

Édition Le Livre de Poche ; 151 pages.

" 1789. Marine, jeune fille de quinze ans du Paris populaire, découvre l'amour en la personne de François-Régis de Sénanque. Attirée par l'homme, elle se sent pourtant repoussée par ses manières aristocratiques. Fidèle à ses convictions révolutionnaires, pure, mais sans fanatisme, elle préfère épouser un homme qu'elle n'aime pas, issu du peuple, comme elle.
Quand sonnera l'heure de la Grande Terreur, c'est pourtant François-Régis, l'aristocrate, qui sauvera la tête de Marine. Au long de ces jours amères faits de luttes contradictoires, de douleurs, de reniements, d'intolérance, les deux héros inconciliables découvrent peu à peu la seule cause qui vaille d'être défendue : l'amour. "

Parmi mes lectures d'enfants, j'ai retrouvé ce petit livre, que j'ai dévoré ce matin pour la je-ne-sais-combientième fois. Et à nouveau, je suis tombée sous le charme de ce marquis de Sénanque, qui tombe amoureux fou de cette miséreuse aux yeux violet, Marine, dans le contexte troublé de la Révolution. Un amour qui symbolise les changements de la société, la chute des barrières sociales espérés. Si la Révolution n'apporte pas ce que tout le monde attendait, et s'achève par un retour en arrière très rapide, Marine et François-Régis auront eu le temps de faire leur propre révolution et de s'aimer.
Si le suspens n'est pas très grand en ce qui concerne la relation entre nos deux héros (pourtant je marche à chaque fois...), je trouve que Jacqueline Mirande a très bien su utiliser cet amour pour nous parler de la Révolution. Nous pénétrons dans le monde du petit peuple, de la Noblesse qui n'avait plus que ses titres et qui se retrouve ruinée et souvent obligée de fuir, mais aussi de la société très instable des années 1792/1794. La guerre avec les monarchies étrangères, la guerre civile, la Terreur, les rivalités entre les députés sont abordés, sans donner détails sanguinolents (c'est un livre pour 11 ans et plus...), mais sans non plus cacher les atrocités commises (viols, guillotine qui marchent en permanence, corruption...).
En seulement 151 pages, Jacqueline Mirande nous dresse le constat des abus de la Révolution, de ses contradictions. Dans les prisons révolutionnaires se mêlent anciens nobles, nouveaux bourgeois, députés déchus, gens du peuple, et même généraux révolutionnaires triomphants, symbolisant ainsi les dérives et l'échec de la Révolution. Si celle-ci a permis la naissance de nouvelles idées qui devront désormais être prises en compte, à la fin du livre, la République est déjà instable et prête pour un coup d'Etat...

Posté par lillounette à 12:02 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

14 novembre 2006

Les Colombes du Roi Soleil Tome 1 : Les comédiennes de monsieur Racine ; Anne-Marie Desplat-Duc

2081630397

Edition Flammarion ; 200 pages.
10 euros.

"Dans la Maison Royale de Saint-Louis tenue par Madame de Maintenon, quatre jeunes filles se voient offrir des rôles dans une pièce expressément écrite pour les collégiennes par le célèbre Jean Racine. Elles ont ainsi l'occasion inespérée de jouer devant le roi Soleil, la cour et ses courtisans. Chacune découvre peu à peu sa vocation. -- Un roman léger prétexte à la description de la vie quotidienne ainsi que des us et coutumes des pensionnaires de cette école de Saint-Cyr, non loin de Versailles, qui recueillait et éduquait les demoiselles par charité au 17e siècle."

Je suis tombée sur ce livre un peu par hasard, en cherchant Coup de Gigot. Les couvertures des quatre tomes qui composent cette histoire m'ont interpelée, car je suis une vraie amatrice de belles robes et d'histoires de princesses. C'est un livre qui nous parle de quatre jeunes filles éduquées à Saint-Cyr, et qui sont sous la protection de Mme de Maintenon, et surtout de son époux, le Roi Soleil. Dans cette période troublée où la foi religieuse a une grande importance, nous avons Charlotte, huguenote arrachée à sa famille et forcée à abjurer sa foi, le Roi Soleil étant très dur à l'égard des protestants. Il s'agit d'une jeune fille rebelle, pleine de convictions, ce qui effraie parfois ses amies. Nous avons également Hortense, qui songe à vouer sa vie au Dieu des catholiques, jusqu'à ce qu'un événement la détourne de cet objectif. Isabeau, quant à elle, veut retrouver sa jeune soeur, Victoire, et désire enseigner. Enfin, Louise, qui est une jeune orpheline qui ignore la raison pour laquelle elle a été admise à Saint-Cyr, et surtout qui ne sait rien sur sa famille.
Lorsque M. Racine vient à Saint-Cyr avec une pièce de théâtre qu'il a composée pour "les colombes de Roi Soleil", l'excitation est à son comble, et chaque jeune fille ne rêve plus que de se faire remarquer par le roi. Cependant, toutes ont conscience que des hommes les considérant comme de potentielles épouses viendront les admirer. Parmi eux, certains sont âgés et ne rêvent que de bonne chair. Le langage employé dans ce livre est certainement beaucoup plus cru qu'il ne l'était dans la réalité. Cependant, les questions religieuses, de la condition d'épouse à la fin du XVIIe siècle, les intrigues de la Cour sont très bien retranscrites, avec pédagogie et humour. Les jeunes filles sont attachantes, d'ailleurs comment ne pas se sentir proche de ce groupe d'amies qui s'interrogent sur leur avenir, leurs racines, l'amour, comme toutes les adolescentes de notre époque ?
Je suis charmée par ce premier tome, et je compte bien lire la suite des aventures des "colombes du Roi Soleil". 

Posté par lillounette à 21:32 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

10 octobre 2006

Danger. Com Nom de code : Gemini 7 ; Jordan Cray

129_1_"Certaine personnes ont un don pour se compliquer la vie. Demandez à Jonah. Il avait tout pour être heureux. L'été approchait et il s'entendait à merveille avec sa copine. Mais voilà, il a fait cette rencontre sur internet. Cette rencontre avec une créature superbe. Une fille comme on n'en voit que dans les magasines. Mais derrière les visages d'ange se cachent parfois des démons...Des démons prêts à tuer ! "

J'avais adoré ce livre au collège, et l'année dernière, j'ai voulu le relire. Et là, j'ai réalisé que je ne le possédais plus. L'ennui, c'était que je ne me souvenais pas du titre du livre. Après une (très) longue recherche sur internet, j'ai fini par le retrouver. Et j'ai même déniché une librairie qui le vendait toujours ... Cette histoire est destinée aux adolescents, mais finalement, je trouve que les thèmes qu'elle traite ne sont pas si au-dessous de nous que cela. Le fait de ne jamais se contenter de ce que l'on a, de refuser de voir sa chance, son bonheur, cela arrive à tous les âges. Et puis, cette histoire est vraiment charmante. On s'attache à Jonah, et surtout à Jen. Un livre vraiment très sympathique, avec une histoire bien ficelée.

Posté par lillounette à 09:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

28 septembre 2006

Giorgia Nicolson ; Louise Rennison

9782070508198_1_"Georgia Nicolson a 14 ans et trouve que sa vie est un enfer ! Son chat se prend pour un rottweiler, son père voudrait aller vivre en Nouvelle-Zélande, sa mère porte des jupes trop courtes pour son âge, sa meilleure amie ne perd pas une occasion de lui casser le moral et le garçon le plus canon du quartier sort avec une cruche aux oreilles décollées au lieu de comprendre que Georgia est la femme de sa vie. Enfin, s'il n'y avait que ça, elle pourrait survivre, mais il y a cette chose gigantesque au milieu de son visage, son nez ! "

Ainsi commencent les aventures de cette adolescente à moitié folle, qui nous fait rire par ses bourdes et ses idées totalement délurées. Giorgia est une caricature poussée à l'extrême de l'adolescente d'aujourd'hui, obsédée par les garçons, le Top Gang (ses copines), et son apparence (mettre des chaussures taille 37 quand vous faites du 41, il faut vraiment le vouloir très fort !!! ). Ajoutez à cela des parents qui refusent de se voir vieillir, une petite soeur terrifiante, et un chat qui ne l'est pas moins, des expressions bien à elle, et vous obtiendrez cette série pleine de piquant dont on ne se lasse pas. J'ai connu Giorgia au lycée, bien qu'un peu rebutée au début par les couvertures aux couleurs criantes des livres, et j'achète depuis le tome qui sort chaque année.9782070537990_1_

Un petit conseil, évitez de lire Louise Rennison dans un lieu public, vous risqueriez de vous retrouvez dans des situations assez embarrassantes (éclats de rire non contrôlés et autres)...

Posté par lillounette à 12:48 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

27 septembre 2006

Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban ; J.K. Rowling

hp3_1_"Troisième épisode, troisième rentrée à l'école des sorciers pour Harry Potter. Il s'apprête à reprendre sa place d'"attrapeur" dans l'équipe de Quiddish (un sport d'équipe dont les joueurs, évidemment, sont montés sur des balais magiques), et à se perfectionner dans les différentes matières qu'il doit étudier : divination, soins aux créatures magiques... Mais cette rentrée est marquée par une nouvelle inquiétante : le terrifiant Sirius Black s'est échappé de la forteresse d'Azkaban et menace Harry Potter. La protection dont on l'entoure sera-t-elle suffisante ? "

J'adore Harry Potter, je trouve que le monde créé par J.K. Rowling est absolument fabuleux. Dans ce troisième tome, Harry n'est plus le petit garçon qui découvre qu'il est un sorcier. Il a gagné en caractère, en maturité, mais est également plus sensible, ce qui risque de ne pas l'aider face au cruel Sirius Black. Dans ce livre, on en apprend un peu plus sur Harry Potter et sa famille, ce qui nous le rend encore plus sympathique. On découvre également des personnages attachants, comme le professeur Lupin, et de nouvelles sources de rires et d'étonnement, qui prouvent encore une fois l'inventivité de J.K. Rowling (la carte du maraudeur est une idée qui m'a beaucoup plu). Ron et Hermione sont là, toujours près à aider leur ami, tout comme le fidèle Hagrid, qui fait encore des siennes, et que l'agaçant Malefoy s'amuse à malmener. Un vrai régal ! 

Posté par lillounette à 12:32 - - Commentaires [9] - Permalien [#]