2867464331Édition Liana Levi ; 123 pages.

" Au centre, l'héroïne: jeune Sarde étrange "aux longs cheveux noirs et aux yeux immenses".
Toujours en décalage, toujours à contretemps, toujours à côté de sa propre vie... A l'arrière-plan, les personnages secondaires, peints avec une touche d'une extraordinaire finesse: le mari, épousé par raison pendant la Seconde Guerre, sensuel taciturne à jamais mal connu; le Rescapé, brève rencontre sur le Continent, à l'empreinte indélébile; le fils, inespéré, et futur pianiste; enfin, la petite-fille, narratrice de cette histoire, la seule qui permettra à l'héroïne de se révéler dans sa vérité.
Mais sait-on jamais tout de quelqu'un, aussi proche soit-il..."

Je m'en veux un peu d'avoir lu ce livre juste après avoir refermé La Foire aux vanités. Je suis passée brusquement d'un univers vivant, piquant, dynamique à un récit sobre et tranquille. Sans doute pour cela, j'ai eu énormément de mal à m'intéresser à ce livre. Je n'avais pas particulièrement envie de connaître la suite, j'ai tourné les premières pages un peu mécaniquement. Mais il y a quelque chose d'envoûtant dans l'écriture de Milena Agus. Elle a fini par me plonger dans l'histoire de cette femme, dont le mal-être transparaît à chaque page, sans que cela soit clairement établi. Les personnages deviennent peu à peu familiers, les choses se mettent progressivement en place, du moins le pense t-on. J'ai beaucoup aimé la fin, qui remet en cause tout le reste, qui met enfin des mots sur tous ces non-dits. Comme pour nous glisser que l'on connaît des autres uniquement ce qu'ils nous montrent et ce que l'on veut savoir pour les faire correspondre à l'image que l'on se fait d'eux, et que finalement, il n'y a qu'une mince barrière entre le rêve et la réalité.

Ceux qui ont aimé La note sensible de Valentine Goby seront certainement charmés par ce texte.

EDIT de 03/09 : je garde finalement un mauvais souvenir de ce livre. J'ai été indulgente en rédigeant mon billet, puisqu'il venait après un roman qui figure désormais dans mon panthéon littéraire, mais je n'ai gardé que les mauvais aspects du livre en mémoire...

Les critiques enthousiastes de Chimère, de Clarabel, de Cuné, de Laure et de Papillon.