guépardAlors que l'Italie s'apprête à devenir une nation en conquérant le royaume des Deux Siciles, Don Fabrizio, prince de Salina, contemple la disparition de son monde. Ses enfants le déçoivent, sa pieuse épouse ne lui inspire plus que des sentiments fraternels. Seul Tancredi, son neveu, pourtant engagé auprès des Piémontais, suscite son affection.

Il m'est difficile de parler de cette œuvre. J'ai peur de vous rebuter alors qu'il s'agit d'un coup de coeur. Vous ne trouverez pas de passion contrariée ici, ni de batailles épiques. Toutes ces choses se passent au loin et le lecteur n'est témoin que de leur impact sur les Salina. Inexorablement, sous l'action du temps, Don Fabrizio, le vieux guépard, voit ses maisons se fissurer, ses terres être démembrées, son influence disparaître.

Ce livre étonnant a été accusé d'être réactionnaire lors de sa parution. En effet, l'ambiance est surranée et Don Fabrizio est décrit avec une admiration nostalgique. C'est un personnage superbe. Face à lui, la classe montante est incarnée par Don Calogero Sedàra, le maire de Donnafugata,  dont le style vestimentaire laisse à désirer et dont l'épouse, une simple paysanne est soigneusement cachée. Lorsque Tancredi s'éprend d'Angelica, la flamboyante fille de Don Calogero, personne n'imagine qu'il puisse naître un attachement entre un jeune homme de si haute naissance et la petite fille de celui qui était surnommé " Peppe ’Mmerda ".

Pourtant, le clairvoyant don Fabrizio est sincère lorsqu'il appelle le peuple de ses terres à voter contre ce qu'il représente. En refusant une fonction honorifique et inutile au nouveau sénat, il prouve également qu'il a accepté son sort. Sa fille ne se battra pas davantage quand la maison Salina ne sera plus habitée que par des fantômes ou le vieux chien de son enfance empaillé.

"J’appartiens à une génération malheureuse, à cheval entre les temps anciens et les nouveaux, et qui se trouve mal à l’aise dans les deux. De plus, comme vous-même avez pu vous en rendre compte, je suis sans illusions ; que ferait donc le Sénat de moi, d’un législateur inexpérimenté à qui manque la faculté de se leurrer lui-même, cette qualité essentielle requise pour ceux qui veulent guider les autres ? Ceux de notre génération doivent se retirer dans un coin et regarder les culbutes et les cabrioles des jeunes autour de ce fastueux catafalque. "

On pourrait éventuellement voir dans la description des membres du parti piémontais, qui truquent les élections, ou dans celle du fonctionnaire chargé de recruter un sénateur effrayé par les histoires horribles que les Siciliens prennent un malin plaisir à lui raconter, une taquinerie contre le nouveau régime.

" ...ces cochons de la Mairie engloutissent mon opinion, ils la mâchent et puis la chient transformée comme ils veulent. Moi, j’ai dit noir et eux me font dire blanc ! Pour une fois que je pouvais dire ce que je pensais, cette sangsue de Sedàra m’annule, comme si je n’avais jamais existé, comme si je n’étais rien mêlé à personne, moi qui suis Francesco Tumeo La Manna fils de feu Leonardo, organiste de l’Église Mère de Donnafugata, mille fois son maître à lui auquel j’ai même dédié une mazurka que j’ai composée quand est née cette… (et il se mordit un doigt pour se retenir) sa mijorée de fille ! "

J'y vois davantage une description des excès de toutes les révolutions ainsi qu'un fort attachement à la Sicile et à ses habitants.

Et puis, quelle finesse dans l'écriture ! Bien que l'on ressente la résignation du vieux guépard, l'auteur fait preuve d'un humour teinté d'amertume qui ajoute de la légèreté dans le récit au point que je me suis surprise à rire à plusieurs reprises.

Je vous recommande absolument ce livre aussi beau que tragique. 

Comme souvent, c'est Dominique qui m'a convaincue de découvrir enfin ce grand classique.

Audiolib. 9h05.
Lu par Denis Padalydès.
1958 pour l'édition originale.