414roAxtL1LGallimard, 188 pages.

Je ne lis jamais les livres ayant obtenu un prix littéraire parce qu'ils ont eu un prix littéraire. J'avais adoré Lignes de faille l'année dernière, mais j'ai du mal à croire que les jurés du prix Femina sont moins soumis à des pressions que ceux du Goncourt. Du coup, je ne me suis absolument pas émue en voyant qui avait reçu le prix Femina cette année. En plus, Baisers de cinéma n'est pas du tout un titre qui me parle. Sauf que la magie de Noël est passée par là, et je me suis donc retrouvée avec ce livre dans les mains...

L'histoire : Gilles Hector n'a jamais connu sa mère, et a été élevé par son père Jean, directeur de la photographie pour les plus grands cinéastes. Peu avant sa mort, Jean Hector confie à son fils qu'il doit sa naissance "à un baiser de cinéma". Sans plus d'indice, Gilles Hector décide de la retrouver en visionnant le plus de films possibles. C'est au cours d'une séance de cinéma qu'il rencontre Mayliss, une jeune femme mariée, dont il tombe amoureux.

Ce livre commence avec une citation d'Olivier Adam : "Le sens caché de ma vie aura été de fuir un père présent et de chercher sans fin une mère disparue. " Cette phrase reflète extrêmement bien l'atmosphère de ce roman. Gilles Hector nous raconte en effet sa quête pour découvrir l'identité de sa mère, même si c'est le souvenir de son père qui imprègne presque chacune de ses phrases et la plupart de ses regards. A travers son récit, le narrateur évoque effectivement son père à travers sa profession de directeur de la photographie. La très belle plume d'Eric Fottorino m'a fait découvrir avec émerveillement le métier de Jean Hector, alors que je n'y connais absolument rien en matière de cinéma. Toutes ces évocations de lumière, de noir et blanc, de couleur de la nuit, des rêves bleus de Mayliss, donnent de l'émotion, de la cohérence au récit, et une consistance particulière aux personnages.
En fait, c'est un peu comme si on regardait un film, avec des personnages que l'on suit seulement pendant un petit moment de leur vie, une intrigue, et un fond très précis, le XXème siècle.

Le seul reproche que je ferais à ce livre est sa fin. Je l'ai trouvée un peu trop rapidement expédiée, ce qui m'a donné le sentiment d'être laissée un peu en plan sans avoir eu de réponse à mes questions.

J'ai du mal à en dire plus car ce livre m'a vraiment envoûtée. Cela faisait longtemps que je n'avais pas été autant séduite par un auteur français.

"La nuit avait occupé une bonne partie de sa vie, l'éclairage de la nuit. Il prétendait qu'au cinéma la nuit n'existait pas. Le spectateur devait voir les images avec l'acuité d'un chat. Mais mon père détestait les nuits toujours bleues des films français. Il disait que les réalisateurs manquaient d'imagination. Lui avait inventé une lumière au sodium qui plongeait l'obscurité dans un bain orange. C'est ainsi qu'il voyait la nuit. Lumineuse et sanguine. " (page 21)

De très beaux billets chez Clarabel et Lily.