15782050_1_Editions du Rouergue ; 157 pages.

J'ai repéré ce livre il y a quelques mois chez Clarabel. Il y a quelques temps, je l'ai trouvé à 7 euros chez Gibert, du coup je me suis dit qu'il ne fallait plus hésiter.

" Depuis toujours, elle s'est perdue.
Bébé, ses parents l'oublient dans une fête foraine. Fillette, elle s'égare avec plaisir dans les bois. Trente ans plus tard, à l'hôpital, on la dit perdue. La tumeur, une étoile accrochée à son cerveau, l'a fait basculer dans un univers d'anges et d'ogres. Quelque chose de son enfance lui est revenu. Qu'on lui laisse oublier la rentrée des classes. Elle est partie cueillir des mûres. C'est son dernier été.
"

Autant vous le dire tout de suite, nous sommes à mille lieues de La Belle au Bois dormant, histoire à laquelle le titre de ce roman m'a immédiatement fait penser. Il y a bien un prince, mais qui ne peut ni empêcher sa belle de se perdre, ni la réveiller d'un baiser d'amour. En fait, même le lecteur ne sait pas trop où il se trouve, car il suit les pensées d'une femme dans le coma. Difficile donc de séparer les souvenirs de l'imagination.
Il y a de très bons passages dans ce livre, poétiques, rythmés, parfois même familiers. C'est décousu, car nous suivons les rêves, les pensées et les souvenirs de quelqu'un. L'auteur a quand même eut la très bonne idée de donner un cadre à son histoire, en évoquant le monde qui continue de tourner dans la chambre d'hopital de la narratrice. Nous faisons donc connaissance avec des infirmières ainsi qu'avec le mari de la narratrice. Cela me fait penser qu'à la fin du livre, je me suis demandé si j'avais raté le nom de la femme qui nous raconte son histoire, ou si Fabienne Juhel avait délibérément choisi de ne pas le donner, afin d'appuyer sur le fait que son héroïne est perdue.
C'est peut-être un peu trop lent parfois, certainement pas le genre de livres qui plaira à tout le monde (il ne s'y passe pas grand chose, sauf sans doute si l'on est callé en psychanalyse), et je n'ai pas tout compris je pense. Pourtant, ce livre m'a émue, et plusieurs semaines après ma lecture, j'en garde un souvenir de douceur.