12720340_pFolio ; 142 pages.

" Plus que le mortel ennui d'une vie répétitive, c'est une indifférence, une absence de résistance à la vie que Baricco suggère en ouvrant son roman par quelques phrases laconiques, purement énonciatives. Au début, Hervé Joncour fait penser à un spectateur repu qui se refuserait à intervenir dans la pièce qui se joue, et qui pourtant parle de lui.

Voyageur en quête d'oeufs de vers à soie, il se voit contraint, pour sauver les industriels de son village, d'effectuer une expédition "jusqu'au bout du monde". Or, en 1861, la fin du monde, c'est un Japon qui sort à peine de son isolationnisme, et, qui plus est, de mauvaise grâce. Et c'est au Japon que la vie du héros prend un tour nouveau en croisant celle d'une femme mystérieuse.

À la fin du roman, plusieurs années se sont écoulées, qui ont paru un battement de cils raconté en douceur par une voix neutre qui a fait défiler sous nos yeux, tels des panneaux de papier de riz, les séquences successives de cette vie impalpable traversée par des personnages d'ombre subtile. "

C'est suite à la critique de Céline que je suis tombée sur ce petit livre, qui n'avait, a priori, pas grand chose pour me plaire. Très honnêtement, le commerce des vers à soie, je m'en fiche comme d'une guigne. En plus, ma dernière expérience avec un "chef d'œuvre" de la littérature italienne contemporaine n'avait pas été très concluante.

Pourtant, j'ai trouvé cette lecture très agréable. L'écriture est effectivement neutre, il n'y a rien qui nous pousse à nous intéresser aux personnages de ce roman, leurs sentiments restent assez flous. Pourtant, l'auteur parvient à donner du dynamisme à l'histoire, grâce à des phrases courtes et des passages répétitifs qui s'allient bien avec le fond de l'histoire.
Car il s'agit d'un homme qui, chaque année, se rend au Japon, dans le même endroit, chez la même personne, par les mêmes chemins, pendant la même durée de temps. Ce rituel, d'abord imposé par sa profession, devient nécessaire à Hervé Joncour.
Là-bas, il a rencontré une jeune fille dont les yeux ne sont pas orientaux, et qui va symboliser la fascination qu'il se met à éprouver pour le Japon, mais qui est également comme un écho d'Hélène, la femme que Joncour laisse en France à chaque fois qu'il part en voyage. Obnubilé par le lointain, Joncour ne voit pas distinctement celle qui se trouve à ses côtés, et qui aimerait être son Etrême-Orient, celle à qui il déclare son amour en ouvrant des volières remplies d'oiseaux, celle qui porte une soie si fine qu'on a l'impression de ne rien tenir entre les doigts quand on la touche.

C'est un roman délicat, sensuel, que nous livre Alessandro Baricco. Sa longueur est exactement celle qu'il faut pour ne pas nous ennuyer. Peut-être pas LE chef d'oeuvre de l'année pour moi, mais un joli coup de cœur qui risque d'en enchanter bien d'autres.

Outre Céline (qui en parle bien mieux que moi), Allie, Frisette, et BMR & MAM ont aimé ce roman.