28 juin 2018

La Vie rêvée de Virginia Fly - Angela Huth

huth" Pourquoi, se demanda Virginia, était-elle le genre de fille à qui les gens proposaient toujours une boisson chaude et non simplement un verre ? Qu’y avait-il chez elle qui empêchait les gens d’imaginer qu’elle s’enfilerait volontiers un double whisky ? "

Virginia Fly a beau avoir trente et un ans et un respectable emploi de professeur, elle vit toujours chez ses parents et n'a jamais eu le moindre rapport sexuel. Ses deux seuls amis sont un vieux professeur avec lequel elle se rend régulièrement à Londres pour assister à des concerts, et Charlie, son correspondant américain, qu'elle n'a jamais vu.
Lorsqu'une émission de télévision se rend chez elle afin d'évoquer sa virginité, Virginia est convaincue qu'un bel inconnu succombera à ses mimiques et lui écrira.

Ce roman n'est pas exempt de défauts, mais j'ai de nouveau apprécié l'habileté d'Angela Huth dans sa description des relations humaines. Avec un style très ironique qui lui permet de très bien croquer les personnages gravitant autour de son héroïne et le décor offert par la campagne anglaise moyenne, l'auteur aborde le décalage entre les contes de fées que l'on imagine enfant et la réalité de la vie.
Bien planquée derrière ses rêves pendant que la révolution sexuelle battait son plein, Virginia n'a pu être déçue. Si sa situation lui pèse, elle a aussi l'avantage de ne pas quitter le domaine du fantasme, et donc du contrôle. Le réveil est dur et les situations dans lesquelles se retrouve notre héroïne vont du cocasse au franchement horrible (ce dernier aspect est traité de façon un peu trop succinte à mon goût, même si ce n'est pas le propos du livre). Après avoir dévoré D.H. Lawrence et s'être inventé des amants brutaux rencontrés en pleine nature, la découverte du corps de l'autre et de ce qu'est parfois le sexe amène Virginia à complètement désacraliser le sujet.
On se sent mal à l'observer, car Virginia est une femme perspicace qui mériterait de faire une bonne rencontre. Je crois qu'Angela Huth aime bien malmener un peu ses héroïnes.

« Tout ira très bien, vous verrez. C’est la terreur du grand saut, j’imagine, après ces années passées à attendre. Vous savez ce que c’est, le réel. Il détruit toujours nos illusions avec une extrême cruauté. Une cruauté dévastatrice. »

Une vision pessimiste de l'amour, du sexe et du mariage, qui seraient forcément, à un moment donné basés sur le compromis et le mensonge (à soi-même et aux autres).

Les avis opposés de Lou et de Mrs Figg.

Quai Voltaire. 2018 pages.
Traduit par Anouk Neuhoff.
1972 pour l'édition originale.

Source: Externe


21 juillet 2017

Le choeur des femmes - Martin Winckler

product_9782072722677_195x320Jean [Djinn] Atwood est un prodige de la médecine. Lorsqu'on est major de sa promotion, que les représentants des groupes pharmaceutiques nous courtisent et que la chirurgie gynécologique nous tend les bras, difficile de se sentir concerné par les "histoires de bonnes femmes". Pour valider son internat, le docteur Atwood va cependant devoir effectuer un stage de six mois avec le docteur Karma. Un cauchemar, car ce médecin pratique son métier de façon peu conventionnelle.

C'est un énorme malentendu qui m'a conduite vers ce livre. J'avais le souvenir que la regrettée Erzébeth avait adoré cette lecture. En retournant voir son billet après avoir acheté ce roman, j'ai eu la surprise de lire qu'elle l'avait en fait détesté.
Que les choses soient claires, c'est mauvais. C'est même très mauvais. Et surtout, c'est de pire en pire. Mais, il y a certains passages intéressants.
Pour ceux qui ne connaissent pas Martin Winckler, il s'agit d'un (ancien) médecin qui, via son site internet, lutte contre les idées fausses concernant la sexualité, la contraception, le désir d'enfant... Il dénonce également l'attitude d'une grande partie du corps médical, qui se montre infantilisant vis-à-vis des patients. J'ai beau ne pas avoir une grande expérience du corps médical, j'ai quand même été confrontée à des médecins pas toujours ouverts à certaines demandes et à de l'agacement quand je posais trop de questions à leur goût. Et si j'en crois les demandes de noms "bons" médecins dans mon entourage, mon cas est loin d'être isolé. Attention, je connais des médecins dévoués, patients et bienveillants. Je suis aussi persuadée que l'on agit aussi souvent par mimétisme, comme le faisait telle ou telle personne, sans forcément réaliser que ce n'est pas l'idéal. Mais il est aussi normal qu'on dise que ces comportements sont inadaptés voire destructeurs. J'ai apprécié de lire que la médecine n'avait pas réponse à tout, et que les patientes remettant en cause certaines vérités (comme la pilule efficace à 100% si elle est prise correctement) ne sont pas forcément des menteuses. A travers le personnage du docteur Karma, Martin Winckler rappelle également que le rôle du médecin n'est pas de juger ses patientes, et encore moins de les punir.
Nombre des patientes que les deux médecins reçoivent, mais aussi celles qui leur écrivent, ont droit à la parole dans ce livre, et l'effet choral est en effet plutôt bien réussi. On sent toute la frustration, la colère, la douleur des ces femmes qui ne sont pas toujours bien traitées, que ce soit chez elles ou en dehors.

Cependant, si l'aspect documentaire et les idées de départ sont plutôt louables, Martin Winckler n'est pas du tout convaincant lorsqu'il prend la casquette de romancier. Ses personnages sont extrêmement caricaturaux. Karma n'est même pas attachant, sa bienveillance est tellement poussée à l'extrême qu'elle sonne faux et qu'il en devient insupportable. Le docteur Atwood est encore pire en passant d'interne butée et formatée à médecin encore plus fabuleux que Karma... Inutile de chercher des nuances chez les personnages secondaires, il n'y en a pas non plus.
Si la lecture est fluide, il y a beaucoup de redites, de passages inutiles et mal écrits (les chansons/poèmes en particulier).
Impossible également de ne pas évoquer les énormes ficelles. Les rebondissements de la fin sont ridicules, et Winckler n'hésite pas à en ajouter encore et encore pour nous caser toutes les thématiques possibles : secrets de famille, perversion, transsexualité, gros complexe d'Oedipe, mutilations, euthanasie...  le tout enrobé d'une dose supplémentaire de bons sentiments ! Difficile de desservir davantage ces questions complexes et donc de mieux rater son roman. Quant à la façon dont l'auteur boucle la boucle... je préfère ne pas en parler.

Une lecture catastrophique pour commencer le challenge Pavé de l'été de Brize.

L'avis d'Erzébeth. Yue Yin a été enchantée.

Folio. 682 pages.
2009 pour l'édition originale.

Posté par lillylivres à 12:12 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : , , ,