10 décembre 2014

La soif primordiale - Pablo de Santis

product_9782070455294_195x320Buenos Aires, années 1950. Santiago, jeune réparateur de machines et homme à tout faire d'un journal, se retrouve propulsé enquêteur spécialisé dans la recherche de personnes en lien avec l'occulte. Envoyé à la recherche d'informations sur les "antiquaires", il rencontre un professeur d'université et sa fille Luisa, dont il tombe amoureux. Mais celle-ci est fiancée à Montiel, un disciple de son père, et lorsque les deux hommes sont mêlés à un interrogatoire d'antiquaire qui s'achève par la mort de ce dernier, la vie de Santiago prend une tournure découlant entièrement de cet événement.

Autant le dire tout de suite, cette lecture a été pour moi un échec total. J'ai mis des semaines à terminer cette histoire manquant cruellement de rythme.
C'est vraiment une question de forme, car le fond y est. Le fantastique arrive de façon impromptue pour le héros, il assiste à un meurtre, passe de l'autre côté de la barrière. Avec la transformation vient la soif primordiale, mais aussi le métier de bouquiniste, l'amour des vieilles choses, et la quête d'un livre permettant à un vampire d'aimer une mortelle. Ces thèmes font généralement mouche tant ils sont indémodables ou précieux pour les boulimiques de lecture, mais ici ça ne fonctionne pas. Les événements, pourtant violents parfois, semblent déconnectés les uns des autres, les personnages ressemblent à des automates, rien n'est familier.
Impossible donc d'éprouver la moindre empathie pour les personnages, à commencer par Santiago. Il est jeune, passionné par les livres, mais complètement spectateur de sa propre vie. Pour le lecteur, relegué spectateur d'un spectateur, ça devient dur de se sentir impliqué.

Le thème de la soif primordiale, celle des vampires, m'a rappelé un film récent, Only lovers left alive. Le rythme y était pourtant très lent aussi, mais il possédait ce truc qui fait qu'on entre dans une histoire (non, je ne parle pas de Tom Hiddleston).

Les seuls passages qui m'ont plu sont ceux qui évoquent les livres et ce qu'ils révèlent de nous.

Pablo de Santis m'aura quand même permis, contre toute attente, de réaliser mon challenge Myself, qui consistait à lire un livre de langue espagnole cette année.

Merci à Anna pour cette lecture.

Vous pouvez trouver ici un avis dithyrambique et très intéressant sur ce livre.

Folio. 273 pages.
Traduit par François Gaudry.
2012 pour l'édition originale.

Posté par lillounette à 16:32 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

03 mars 2011

L'ombre de Dracula ; Fabrice Colin

61355990Gallimard Jeunesse ; 315 pages.
2010.

Je vous ai parlé du premier tome des Étranges soeurs Wilcox il y a quelques semaines. Comme j'avais le deuxième tome sous la main, je me suis vite plongée dedans.

Cette fois, Amber et Luna suivent des aventures séparément. L'aînée des deux soeurs est enlevée par Abraham Stoker, qui pensait naïvement pouvoir échapper à ses anciens amis. Elle se retrouve ainsi à bord d'un bateau à destination de New-York, sur lequel voyage également le terrifiant Lord Ciceley, dépêché par Dracula pour dérober l'un des fragments du Venefactor au Duc de Manhattan, et qui espère se servir d'Amber pour parvenir à ses fins.
De son côté, Luna fuit les Invisibles à la demande d'Elizabeth Bathory, toujours plongée dans un profond sommeil, mais capable de communiquer avec la jeune fille. Elle se rend chez une famille humaine  sur les indications de la comtesse, et avec l'aide de ces gens, dérobe le corps d'Elizabeth. Accompagnée du chat Watson, elle se rend ensuite à Liverpool, à bord du Pneumonaute, qui transporte également la comtesse.

J'ignore si mon plaisir de lecture a été influencé par le temps que j'ai mis à lire ce livre (un peu dans les transports matin et soir), mais je crois que j'ai perdu le fil.
D'un côté, le récit connaît des développements intéressants, avec l'introduction de nouveaux personnages et de nouvelles créatures, qui mettent un peu plus en place le cadre du récit. Le fait que les chapitres alternent entre les deux soeurs permet aussi de découvrir davantage les Wilcox dans leur singularité (et entre nous, je crois que je préfère Luna).
D'un autre côté, j'ai vraiment eu le sentiment de piétiner, malgré la construction à deux voix du livre, qui devrait donner du rythme (les chapitres avec Amber sont souvent trop longs). Bon, j'ai ressenti un regain d'intérêt à la fin. Il faut dire que la brouille entre Sherlock Holmes et Sir Arthur Conan Doyle est irresistible, et qu'elle justifie le comportement inconcevable du célèbre détective dans cette série que j'avais relevé lors de ma lecture du premier tome.
En fait, j'ai beau n'avoir rien d'une spécialiste de la littérature vampirique, j'ai l'impression que les mêmes ficelles reviennent toujours, et qu'il faut beaucoup de profondeur pour parvenir à sortir du lot. Dans ce cas précis, j'ai été moyennement satisfaite. J'adore les fées et le Pneumonaute est une introduction excellente, mais le coup des loups-garous et de Sekhmet, en plus de tout le reste, sonne un peu comme de la surenchère pour moi. Dans le premier tome, on avait des clins d'oeil inombrables à des personnages connus, et le procédé m'avait amusée, mais si c'est systématique, ça a un goût de facilité.
Autre reproche, nous avions quitté les soeurs Wilcox avec des questions irrésolues, L'ombre de Dracula n'apporte aucune réponse ou presque, et celles que l'on obtient ont un goût amer. Par exemple, le personnage de Rebecca, qui était prometteur et envoûtant, m'a finalement beaucoup déçue, la personnalité que l'on découvre chez la jeune femme me paraissant très éloignée de ce que le reste de l'histoire laissait espérer. 
Les personnages sont tous des énigmes et incapables d'un peu de franchise, ce qui personnellement me lasse au bout de deux tomes, d'autant plus si leurs révélations n'ont rien de folichon. L'absence des Invisibles m'a aussi beaucoup perturbée. Ils semblaient bien plus malins dans le tome 1...

Je suis donc assez mitigée en ce qui concerne ce deuxième tome. Je vais attendre de voir ce que les fans de la série vont dire sur le troisième volet pour décider si je m'y plonge dans un futur plus ou moins proche.

Emmyne et Lily ont des avis beaucoup plus enthousiastes.

Posté par lillounette à 11:06 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,
07 février 2011

Les Vampires de Londres ; Fabrice Colin

ESW_01_vampires_londresGallimard Jeunesse ; 283 pages.
2009
.

Lorsque Amber Wilcox se réveille, elle est enterrée vivante. Revenue à la surface, elle constate qu'elle se trouve dans un cimetière, et délivre sa sœur, Luna, enterrée dans la tombe d'à côté. Les deux jeunes filles, qui ignorent ce qui leur est arrivé, se mettent alors à marcher dans les rues de Londres, à la recherche de leur maison. Des choses étranges se produisent : elles sont plus rapides et plus fortes, elles voient des créatures inconnues d'elles jusque là, et elles ressentent surtout une faim terrible qui les pousse à se jeter sur un rat. En d'autres termes, on dirait bien qu'elles sont des vampires. 
Les deux sœurs sont finalement recueillies par des amis de leur père, qui appartiennent à une organisation secrète reliée au gouvernement anglais, les Invisibles, dont la mission est d'empêcher les Drakul, les vampires soumis à Dracula de prendre le contrôle de l'Angleterre.
L'intérêt porté par les Invisibles aux sœurs Wilcox n'est pas entièrement désintéressé. Les membres de l'organisation secrète comptent en effet sur les capacités de vampire de Luna et Amber pour lutter contre ceux qui troublent la vie de la capitale anglaise.

J'ai ouvert ce livre avec pas mal d'attentes (Angleterre, XIXe siècle, ambiance mystérieuse, c'est du sur mesure), et j'ai été plutôt agréablement surprise. Le premier tome des Etranges soeurs Wilcox est en effet bien construit, distillant le suspens tout au long du récit, et introduisant toute une galerie de personnages très connus de l'époque victorienne aux côtés desquels on a envie d'enquêter. On croise ainsi Sherlock Holmes (qui est toutefois très différent du personnage de Sir Arthur Conan Doyle, même pour quelqu'un comme moi qui connaît peu l'original), le docteur Watson, Dracula et Abraham Stoker (qui tient ici le rôle d'un conteur mystérieux), Jack l'Éventreur, Elizabeth Bathory (que l'on voit décidément partout ces derniers temps !), et même la reine Victoria. Cela permet à l'auteur de créer un univers assez original, sans être révolutionnaire.
Les sœurs Wilcox sont bien croquées également. De tempéraments opposés, elles réagissent chacune à leur manière aux événements auxquels elles sont confrontés, se font des cachotteries, ce qui permet d'épaissir le récit. Des questions demeurent. Elles ne se connaissent pas encore en tant que vampires, ignorent ce qui leur est réellement arrivé, ainsi que ce qui s'est passé avec leur belle-mère. Les amis de
leur père (porté disparu) ne semblent pas non plus décidés à tout leur révéler, de quoi créer une ambiance angoissante, renforcée par l'omniprésence des cimetières, des parcs vides, et des rencontres au clair de lune (oui, les vampires vivent la nuit, quel scoop !).

Quelques détails m'ont agacée (on tombe à plusieurs reprises dans la facilité, et je n'en pouvais plus de lire "l'aînée des Wilcox" au bout de 300 pages), mais j'ai dévoré ce livre. Je lirai sans aucun doute la suite.

Vous pouvez trouver beaucoup d'autres avis sur BOB.
Fashion propose une interview de l'auteur autour de ce livre.

13 décembre 2008

Dracula ; Bram Stoker

9782290349496_cb_1_

J'ai Lu ; 574 pages.
Traduction de Lucienne Molitor. 1897.

Après ma lecture de Carmilla, je me suis jetée sur Dracula en pensant qu'il allait avoir l'étoffe qui manque au texte de Le Fanu. J'ai été amèrement déçue.

Jonathan Harker, clerc de notaire, se rend en Transylvanie pour affaires chez le comte Dracula, qui vient d'acquérir une propriété en Angleterre. D'abord rassuré par la présence du comte, Jonathan Harker réalise bientôt qu'il est prisonnier de son château, et que Dracula n'est pas celui qu'il prétend être.

J'ai beaucoup de mal à comprendre comment il est possible de prendre plaisir à la lecture de ce roman. Je me suis un peu documentée au cours de ma lecture, et je veux bien croire que Dracula puisse être intéressant à étudier. En revanche, ma lecture "plaisir" de ce livre s'est vite transformée en une grosse déception.
Je ne sais pas à quoi je m'attendais, mais pour un roman qui est censé être plus ou moins angoissant, je trouve que la forme épistolaire est inapropriée. Toutes les actions sont rapportées, les dialogues sont posés, peu nombreux. Cela gâche totalement le suspens, et rend le roman long, mais long....
De plus, les personnages qui racontent l'histoire ne sont pas les plus importants. C'est Dracula qui donne son titre au roman, mais on a rarement vu un héros aussi absent. A aucun moment, le lecteur n'a accès à ses pensées, à qui il est vraiment. Il est vu par tous comme un monstre, mais ce ne sont que des avis rapportés. On passe davantage de temps à attendre la mort de Lucy, à attendre que les choses se passent en fait, qu'à être réellement dans l'action. Et dès qu'il se passe quelque chose, on n'a droit qu'à de vagues explications (du fait de la construction du roman), qui font de Dracula une idée plus qu'un être bien réel. J'attendais des explications à la fin, mais rien n'est venu. Tout est bâclé en quelques lignes, alors que Stoker nous a raconté en long en large et en travers le voyage des poursuivants de Dracula depuis l'Angleterre jusqu'à sa demeure, et tout un tas d'autres choses tout aussi captivantes... A plusieurs reprises, l'auteur lance des phrases qui m'ont fait espérer voir le personnage de Dracula prendre de l'épaisseur, mais Stoker ne les exploite pas.
L'autre personnage qui pouvait être intéressant est Van Helsing, mais lui aussi reste plutôt inaccessible. Par ailleurs, afin de ménager le suspens, le professeur dissimule des informations, ce qui a des conséquences fâcheuses.
Le seul personnage qui m'a paru intéressant est Renfield. Il se dévoile bien plus que Dracula, et ce n'est qu'à travers lui que j'ai ressenti le pouvoir du comte.
Pour ne pas être trop méchante, je dirais quand même que la première partie du livre (en gros, lorsque Jonathan est chez le comte) est bien. Les descriptions du château, le pouvoir du comte sur les loups, les découvertes de Jonathan, créent une ambiance gothique conforme à ce que j'attendais de ce livre. Malheureusement, ça ne dure pas.

Un livre que je n'ai pas du tout apprécié, donc. J'espère que l'adaptation de Coppola (qui s'éloigne beaucoup de l'histoire originale) sera plus appréciable.

Les avis beaucoup plus enthousiastes de Karine :), Isil, Hydromielle, et Romanza.

32180986_p_1_

 

Posté par lillounette à 19:33 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : , , ,
09 décembre 2008

Carmilla ; Joseph Sheridan Le Fanu

51CJS714GDLBouquins. 66 pages.
Titre original : Carmilla.1871.

Cela faisait quelques temps déjà que je voulais découvrir Le Fanu, le Victorian Swap m'en a donné l'occasion.

Un soir qu'elle se promène avec son père et ses deux gouvernantes, Laura est témoin d'un accident de carrosse très violent. Deux femmes se trouvent dans la voiture. Si la mère est indemne, ce n'est pas le cas de sa fille. Le père de Laura, alors que la dame lui confie qu'il lui faut immédiatement reprendre la route, implore cette étrangère de lui confier son enfant jusqu'à son retour.
Une amitié naît immédiatement entre Laura et Carmilla, mais cette dernière refuse toujours obstinément de donner des détails de son passé. De plus, Carmilla tient des discours très étranges, tandis qu'au dehors, plusieurs femmes périssent après avoir juré avoir été victimes d'un monstre.

J'ai beaucoup aimé ce court texte, même si je pense comme d'autres blogueuses qu'il n'a rien de transcendant non plus. Il s'inscrit clairement dans le courant gothique, mais comporte quand même des éléments nouveaux par rapport à ce que j'avais pu lire jusque là. Chose appréciable, Laura est un personnage beaucoup plus étoffé que les héroïnes gothiques du XVIIIe siècle. Elle reste encore fragile, mais elle narre l'histoire, et semble beaucoup plus perspicace que ses consoeurs.
Carmilla est un peu décevante en revanche. Il est évident que, du fait de la brièveté du texte, le suspens ne tienne pas bien longtemps. Cependant, pour un vampire qui survit depuis des décennies, son numéro de charme semble faiblard. Cela dit, ses sentiments pour Laura, presque amoureux, ont dû choquer les bonnes âmes de l'époque (un rien m'amuse). De plus, les préjugés que l'on a à l'égard des vampires aujourd'hui (ceux des romans, je n'y crois pas en vrai, rassurez-vous), correspondent peu ou prou aux caractéristiques vampiriques de Carmilla. D'ailleurs, j'ai commencé le Dracula de Bram Stoker, pour qui Le Fanu a été une source d'inspiration.
En ce qui concerne la narration, il a déjà été souligné que la même histoire est répétée de façon quasi identique à deux reprises. C'est maladroit, mais ça ne gâche pas non plus la lecture.

Une bonne découverte pour les novices en matière de vampires dont je suis, donc. Le Fanu et moi n'en avons pas fini !

Les avis d'Isil et de CryssildaCryssilda.

32180986_p_1_

Posté par lillounette à 11:23 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : ,
17 septembre 2008

Le vampire de Ropraz ; Jacques Chessex

9782253122814_G_1_Le Livre de Poche ; 96 pages.

Au début de l'année 1903, Rosa, la fille du juge de paix, est sortie de sa tombe, violée, et affreusement mutilée. Elle était connue pour son attitude irréprochable, et personne ne parvient à imaginer qu'un être humain ait pu lui faire une telle chose. Deux autres cadavres de jeunes femmes subiront le même sort, plongeant toute la région dans l'effroi. Les suspects se succèdent, sans résultat, jusqu'à ce qu'un jeune homme présentant le profil idéal pour servir de bouc émissaire soit arrêté.

Ce livre me tentait depuis pas mal de temps, mais les avis assez mitigés trouvés sur les blog m'avaient refroidie. Après ma lecture, je suis moi aussi assez perplexe.
Le début est prometteur. L'ambiance est lourde, un peu effrayante, et Jacques Chessex écrit vraiment très bien.
Mais l'ensemble ne m'a pas convaincue. Aucun personnage ne ressort vraiment du lot, du coup on a plus l'impression d'avoir affaire à une bande de cinglés qu'à une véritable énigme. Alors oui, c'est certain que mettre tous les crimes commis depuis des années sur le dos d'un seul homme permet aux "honnêtes" gens d'oublier leurs propres crimes, mais il n'y a rien de bien original là-dedans. Le premier chapitre laisse espérer une histoire passionnante, effrayante, pleine de faits inexpliqués. En fait, l'auteur se contente de décrire des faits, sans susciter un quelconque questionnement. Même la question de la culpabilité de Favez ne semble pas être si importante. Il y a beaucoup d'ébauches d'idées, mais rien n'est creusé.
J'imagine que la dernière page avait pour but de provoquer l'intérêt sinon l'indignation du lecteur, mais dans mon cas, c'est raté. C'est beaucoup trop court, beaucoup trop froid, et finalement sans importance.

Une déception donc, même si je pense que je relirai Jacques Chessex.

Les avis de Lou, Tamara, Patch, Sylvie, Sentinelle

Posté par lillounette à 13:30 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : ,