29 juillet 2010

Sous le charme de Lillian Dawes ; Katherine Mosby

mosby Folio ; 346 pages.
Traduit par Cécile Arnaud.
2009
.

Gabriel est un jeune homme de dix-sept ans issu d'une bonne famille, qui se fait renvoyer de son établissement scolaire. C'est ainsi qu'il est accueilli par Spencer, son grand frère, un jeune homme à l'allure désinvolte qui a préféré poursuivre ses rêves plutôt qu'une brillante carrière en politique ou en droit.
C'est ainsi qu'il se met à fréquenter des individus qui tentent de gérer chacun à leurs façon les liens qui les attachent à la haute société. Parmi eux, Gabriel est très vite fasciné par la mystérieuse Lillian Dawes.

J'ai ouvert ce livre sans trop savoir ce qui m'attendait, et j'ai été séduite. Lillian Dawes est clairement une cousine éloignée d'Holly Golightly, le genre d'être qui n'en finit pas de vous filer entre les doigts et qui semble perdu.

"Elle parla jusqu'au matin, recroquevillée sur le canapé, la tête du chaton, qui s'était assoupi sur ses genoux, posée sur son bras ; Spencer et moi étions assis dos à la fenêtre, comme pour bloquer la lumière et retenir le jour qui risquait de nous arracher Lillian et de sonner la fin du conte de fées, quand le bûcheron se retrouve de nouveau tout seul dans les bois."

On pense aussi à Francis Scott Fitzgerald ou même à Edith Wharton face à d'autres personnages , qui essayent de tirer parti d'un monde dans lequel les cartes sont redistribuées suite aux deux guerres mondiales, à l'explosion de nouveaux modèles économiques et culturels, tout en sachant inconsciemment que la richesse ne suffit toujours pas et que le sang est encore primordial dans ces milieux. Les scènes comme celle où Gabriel et Spencer réalisent que la bibliothèque de Clayton révèle en fin de compte davantage la malhonnêteté et la superficialité du personnage qu'un quelconque intérêt pour la culture, sont éloquentes.
Gabriel, qui est encore très jeune pour ce milieu pas toujours très sain, essaie de saisir les rouages de ce monde qu'il doit apprivoiser pour sortir de l'enfance. Il est très gauche, et bien sûr il n'aura pas la fille, mais c'est lui qui nous raconte cet été particulier dans sa vie.

J'aime les ambiances un peu désabusées, les personnages hauts en couleurs, ce qu'offre ce livre. On peut lui reprocher son côté conventionnel, un suspens pas forcément très bien maîtrisé en ce qui concerne l'une des intrigue, mais c'est un joli livre malgré tout.

D'autres avis chez Lou, George, Lily, ou Cocola.
Merci à Lise pour le livre.

Posté par lillounette à 15:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , ,


11 octobre 2008

Breakfast at Tiffany's ; Truman Capote

P1120713Vintage ; 192 pages.
1958.

Il y a quelques jours, j'ai déclaré mon amour à mes blogs préférés, qui parlaient beaucoup de livres que j'ai moi-même aimés. Malheureusement, le temps de la rupture arrive je crois, car je vais me brouiller avec pas mal de gens bien en écrivant ce billet. Ma rencontre avec la vraie Holly Golightly n'a pas été aussi concluante que je l'imaginais. J'ai aimé, que ce soit clair, mais je reste beaucoup plus attachée à La traversée de l'été qui m'a fait découvrir Truman Capote il y a quelques semaines.

Alors, le résumé : notre narrateur, un jeune écrivain tranquille, se souvient de sa rencontre, quelques années auparavant, d'avec la fantasque Holly Golightly, qui vivait alors dans un appartement proche du sien. Leurs relations, d'abord cantonnées à des échanges verbaux dans un interphone, toujours en pleine nuit, deviennent peu à peu une sorte d'amitié, si tant est que l'on peut être ami avec Holly. Car cette jeune femme toujours entourée d'hommes d'âge mûr (ce sont les seuls qui l'intéressent) et qui adore traîner chez Tiffany's, dresse finalement des barrières infranchissables entre elle et les autres. Fasciné par la jeune fille, le narrateur en tombe amoureux, et est l'un des derniers à la soutenir lorsque les choses dérapent. 

Je l'ai déjà dit, cette nouvelle n'a pas provoqué chez moi l'enthousiasme que j'imaginais. Toutefois, elle n'est pas non plus inintéressante. Il y a d'ailleurs de très bonnes choses dans ce livre. Holly, pour commencer. Elle paraît d'abord frivole, presque stupide, mais c'est en fait un personnage complexe, qui a gardé une âme d'enfant, ou qui désire en avoir une, elle qui n'a pas vraiment eu d'enfance. Et puis, je trouve cela absolument exquis de marquer "Miss Holly Golightly, Traveling", sur sa boîte aux lettres. Autre moment que j'ai vraiment adoré, lorsque le narrateur reçoit sa belle cage à oiseaux à trois cent cinquante dollars, ornée d'un ruban rouge pour Noël. Holly lui dit alors :" Promise me, though. Promise you'll never put a living thing in it." Cette simple remarque contient à elle seule tout Holly, celle qui a en fait un grand coeur, qui reconnaît ses amis, qui tient à eux, et celle qui tient plus que tout à sa liberté, et qui ne peut se résoudre à établir des projets sérieux.
L'ambiance est à l'image d'Holly, multiple. C'est frivole, drôle, mais aussi sombre et pesant. Et puis, qu'est-ce que j'aime l'écriture de Capote ! Ce type écrivait incroyablement bien. Tous les personnages sont très bien cernés, on les entend presque parler. J'ai même lu des passages à haute voix, afin de m'en rapprocher encore.
Cependant, j'ai quand même trouvé qu'il y avait quelques longueurs dans cette nouvelle, un peu au début, et dans les dernières pages. Pas le dernier paragraphe, qui est parfait. Mais j'ai trouvé que Capote s'étendait un peu trop sur la fin, et j'ai craint que cela se termine de façon un peu abrupte. Et puis, j'ai trouvé cette histoire un peu cruelle, elle m'a mise mal à l'aise. Je sais que c'est volontaire, et j'aime qu'un livre me bouscule d'ordinaire, mais pas cette fois.

Je suis contente d'avoir rencontré Miss Golightly, et je compte bien poursuivre ma découverte de Truman Capote, mais ce livre ne restera pas parmi mes coups de coeur de l'année. J'avais peut-être trop d'attentes... 

Les avis de Céline, Clarabel, et Lou (dont j'ai parcouru vingt-sept fois l'index avant de retrouver l'avis ! ).

Posté par lillounette à 10:15 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : , ,