17 juin 2018

American Gods - Neil Gaiman

Source: ExterneAprès avoir effectué trois ans de prison, Ombre s'apprête à rentrer chez lui, auprès de son épouse Laura et de Robbie, son meilleur ami. Mais, ceux-ci sont tués dans un accident de voiture, laissant l'ex-détenu sans foyer et sans travail.
Lors d'un voyage en avion vers la ville où il va enterrer sa femme, Ombre fait la connaissance de Voyageur, un homme étrange aux moeurs clairement douteuses, qui lui propose de travailler pour lui en tant qu'homme de main. D'abord réticent, Ombre finit par accepter, et se met à parcourir l'Amérique aux côtés de son nouveau patron.

N'attendez pas une histoire de gangsters ou d'aventure traditionnelle avec American Gods. Ce livre est une réécriture des mythologies du monde
Nous croisons donc des dieux et des créatures légendaires, mais ils sont clairement déchus. Alcooliques, isolés, vulgaires, réduits à exercer des professions mal considérées (prostituées, employés des pompes funèbres...), difficile de percevoir derrière ces personnages ceux qui dominaient les mondes anciens.
Avec cette histoire complètement barrée, l'auteur se livre à une critique de certains aspects de la culture américaine et aborde le choc ressenti par les migrants lorsqu'ils arrivent sur cette terre, souvent en très mauvaise posture (esclavage, repris de justice...). Si les divinités m'ont plus amusée qu'autre chose, j'ai été particulièrement intéressée par les passages (trop peu nombreux) où l'on croise des êtres humains (à Lake Side notamment). En découvrir davantage sur Ombre et le voir interagir avec ses semblables me l'a également rendu plus attachant car il manque un peu d'épaisseur au début du roman.
Je me suis longtemps demandé comment Neil Gaiman allait achever cette histoire qui semble ne jamais finir. Mon intérêt était systématiquement relancé lors des passages évoquant les étapes de la colonisation de l'Amérique et les derniers chapitres éclairent tout le reste, montrant le brio de Neil Gaiman qui a bien piégé son lecteur. J'ai toutefois ressenti des longueurs au cours de ma lecture de ce livre (qui est un gros pavé).

Je n'ai pas tout aimé dans ce livre (c'est une constante pour moi lorsque je lis cet auteur), mais c'est assurément un roman qui devrait plaire aux adeptes de Gaiman lorsqu'il se montre irrévérencieux et qu'il mélange les genres. J'ai commencé à regarder la série qui en a été tirée, elle semble très fidèle.  

L'avis de Lili.

Je remercie Audible et Angèle Boutin pour ce livre audio.

Audiolib. 19h11.
2001 pour l'édition originale.

(malgré le thème du livre, Gaiman est bien britannique)

Source: Externe


31 août 2015

Neverwhere - Neil Gaiman

jl5613-2001Richard Mayhew mène une vie simple et banale. Un soir, alors qu'il se rend au restaurant avec sa fiancée, une jeune fille ensanglantée lui demande de l'aide tout en refusant qu'il appelle les secours. Abandonnant sa compagne furieuse derrière lui, il emmène l'inconnue chez lui et la soigne. Il s'agit en réalité de Porte, la fille de Lord Portico, un important personnage du Londres d'En Bas, monde dont Richard découvre l'existence. Lord Portico vient d'être assassiné, et ses meurtriers poursuivent Porte pour la tuer également. Finalement, le marquis de Carabas intervient et emmène Porte avec lui pour la protéger, laissant Richard retourner à sa vie.
Cependant, dès le lendemain, il s'aperçoit qu'il n'existe plus pour personne. Ayant perdu son travail, son appartement, ses amis et toutes ses ressources, il décide de retrouver Porte et de pénétrer dans le monde d'En Bas.

Décidément, moi qui avais été très déçue lors de ma première rencontre avec Neil Gaiman, puis séduite par ma seconde lecture de cet auteur, j'ai bien fait de poursuivre ma découverte de son univers.
Ce livre est assez particulier dans sa conception, puisqu'il s'agit à l'origine d'une série que Neil Gaiman (qui était le créateur de la version télévisée) a adaptée à l'écrit. Cela explique sans doute pourquoi le roman grouille de descriptions très précises et amusantes du monde d'En Bas. J'ai adoré m'y promener, bien qu'il soit plus inquiétant que les mondes parallèles de livres tels Harry Potter ou A la croisée des mondes. Richard découvre un monde qui semble être bloqué à l'ère victorienne, dont les quelques membres qui s'aventurent à la surface de la Terre sont à nos yeux des sans-abris ou des fous qui parlent seuls. Sur les marchés, on s'arrache des choses abîmées, sales, mortes, et l'on se sustente avec des plats à base de chiot ou de chat. Les tueurs qui poursuivent Porte sont d'une cruauté et d'une violence rares, et les morts auxquelles nous assistons sont décrites avec moults détails. Heureusement, de nombreux passages très drôles détendent l'atmosphère, et rien n'est gratuit.
Dans la quête que poursuivent Porte et ses compagnons, le suspens est omniprésent. A l'exception du duo formé par les horribles Croup et Vandemar, tous les personnages semblent capables de révéler un visage tout autre que celui qu'ils présentent au premier abord. Même Richard, qui se contente d'exister au début du livre, se met à rêver de devenir l'égal des héros légendaires.
Pour les amateurs de la capitale anglaise, Neverwhere est également un livre qui rend un magnifique hommage à Londres. On y rencontre l'ange Islington, les moines de Blackfriars, on visite des stations de métro inconnues, les toits de la ville, on cherche l'un des secrets du British Museum...

Un très beau livre !

L'avis de Cachou.

J'ai lu. 350 pages.
Traduit par Patrick Marcel.
1996 pour l'édition originale.

Posté par lillounette à 19:33 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,
20 mai 2013

L'étrange vie de Nobody Owens -Neil Gaiman

l-etrange-vie-de-nobody-owens_2625831-LUne nuit, un bébé d'un an et demi s'éclipse de chez lui. Il fait bien, car sa famille est en train de se faire massacrer par le Jack. L'enfant atterrit dans un cimetière où les habitants décident de le garder et de le protéger. Mr et Mrs Owens deviennent officiellement ses parents, et comme il n'a pas de nom, on décide de l'appeler Nobody, Bod pour les intimes.
Bod grandit donc dans ce cimetière peuplé de fantômes de tous les âges mais qui ne vieillissent jamais, ainsi que d'un monstre caché au centre de la colline. Il devient aussi l'ami imaginaire de Scarlett Amber Perkins, une petite fille bien vivante.
Hors des grilles du cimetière cependant, le Jack continue à le rechercher.

J'ai ouvert ce livre sans grande conviction. Neil Gaiman et moi, nous avons une relation compliquée. Je n'ai pas terminé Stardust et je n'aime pas son travail dans Doctor Who (même s'il n'est pas le seul à blâmer pour mon désintérêt concernant cette série).
Cependant, sans être mon coup de coeur de l'année, ce roman m'a énormément plu et touchée. Il s'agit d'une histoire simple, mais qui contient énormément de choses traitées de façon originale.
Tout d'abord, Neil Gaiman crée un monde imaginaire dans lequel on se sent tour à tour bien et apeuré. Silas, le protecteur de Nob, est un personnage aussi mystérieux que séduisant et réconfortant. Nob semble complètement à l'abri du monde extérieur dans ce cimetière où chacun veille sur lui, même ceux qui prennent les airs les plus terrifiants.
D'un autre côté, les goules essaient de détourner le petit garçon de sa vie, et ses premières expériences à l'extérieur du cimetière pourraient bien le laisser amer et craintif.
Car ce livre est surtout l'histoire d'un enfant qui devient adulte. Ses contacts avec le monde lui apportent ses premières épreuves, mais aussi ses premières aventures avec la vie. Neil Gaiman aurait pu finir sur une note complètement positive et pleine d'espoir, j'ai apprécié le fait que Scarlett ne soit pas aussi prévisible dans ses réactions.

Au final, un joli roman d'apprentissage façon fantastique qui me réconcilie avec un auteur que j'enrageais d'être la seule à ne pas apprécier.

D'autres avis chez Lou et Cachou.

Albin Michel. 310 pages.
Traduit par Valérie Le Plouhinec.
2008 pour l'édition originale.

 

Posté par lillounette à 21:28 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : , ,