20 mars 2016

Sarnia - G.B. Edwards

sarniaEbenezer Le Page, vieil homme de quatre-vingt ans, décide de coucher sur papier le récit de sa vie à Guernesey. A l'exception d'une rapide excursion sur Jersey et d'une nuit forcée sur l'île de Lihou, il n'a jamais quitté sa petite terre natale.
Il a connu deux guerres, vu vivre et mourir la plupart de ses proches, aimé les femmes (surtout la belle Liza Quéripel), soigné ses tomates. C'est aussi au cours de son existence que Guernesey est devenue un territoire moderne, touristique, contre lequel il a du mal à ne pas se dresser.

Je pensais en ouvrant ce roman trouver une oeuvre dont le souffle romanesque m'emporterait immédiatement. L'image qu'évoque Guernesey pour moi est tellement empreinte de romantisme, de vent, de furie, d'ambiance délicieusement désuète, que lorsque j'ai dû freiner mes ardeurs face à un début de récit tranquille et très factuel, je me suis demandé où j'avais atterri.
Au final, on tombe très vite sous le charme d'Ebenezer (en même temps, comment ne pas tomber sous le charme d'un Ebenezer ?). Il est ronchon, réactionnaire, assez misogyne (les femmes en pantalon, quelle horreur !), mais c'est un tel numéro qu'on ne peut que l'apprécier. 

"J'ai bien peur mon cher Mister Le Page, a-t-il dit, l'air franchement désolé pour moi, que vous soyez un anachronisme."


A travers son récit, on découvre l'histoire de Guernesey, cette île pas vraiment anglaise ni vraiment normande comme on a tendance à la désigner. Lorsqu'Ebenezer vient au monde à la fin du XIXe siècle, c'est une île dont les habitants ont pour beaucoup des liens de parenté, où l'on parle en patois, et qui est peu fréquentée par les touristes. Il y grandit avec sa soeur Tabitha, son ami Jim, ses petits cousins Raymond et Horace. La vie de famille est d'abord rythmée par les querelles ridicules des deux tantes, Hetty et Prissy. Puis, les premiers drames se produisent avec la Première Guerre mondiale, qui emporte des maris et des fils.
Ce qui m'a le plus plu dans ce livre, c'est de voir la petite Guernesey prise dans la grande Histoire. Cette île minuscule, du fait de son appartenance à la Grande-Bretagne, envoie des soldats, subit l'Occupation, et semble si fragile face à ces grandes armées.

"La guerre vint. Elle vint à mon insu. Un jour tout était normal, et le lendemain, c'était la guerre."

Mais n'allez pas croire que Sarnia est un livre déprimant. Certes, on passe du rire aux larmes à de nombreuses reprises. Mais c'est surtout une déclaration d'amour pour Guernesey (on a envie de s'y précipiter après avoir achevé notre lecture), pour ses habitants (Ebenezer est un grand sentimental) et une histoire pleine d'anecdotes familiales comme seules les vieilles personnes en ont, qui redonnent le sourire même dans les moments les plus sombres.

Un livre unique et passionnant servi par une magnifique plume.

Points. 637 pages.
Traduit par Jeanine Hérisson.
1981 pour l'édition originale.


02 janvier 2009

Le cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates ; Mary Ann Shaffer

24580218_1_France Loisirs ; 387 pages.
Traduction de Aline Azoulay-Pacvon. 2008.
V.O. : The Guernsey Literary and Potato Peel Society.

Je déteste France Loisirs (désolée pour les fans...), leur façon de recruter les adhérents ne me plaît pas du tout, et quand je vois leur catalogue, je me dis que nous n'avons absolument pas les mêmes goûts...
Mais cette fois, j'ai craqué devant les assauts de Clarabel, puis de la moitié de la blogosphère (la version anglaise n'a pas une aussi belle couverture). J'ai fait les yeux doux à une personne de mon entourage abonnée à FL, et elle me l'a très gentiment acheté.

Londres, 1946. Juliet Ashton est un écrivain en mal d'inspiration. Un jour, elle reçoit une lettre d'un habitant de Guernesey, un certain Dawsey Adams, qui a trouvé son adresse sur un ouvrage de Charles Lamb. Elle découvre alors l'existence du cercle littéraire des amateurs de littérature et de tourte aux épluchures de patates, créé grâce à la rapidité d'esprit d'une habitante de Guernesey, durant l'Occupation. Au fils des lettres, Juliet se lie d'amitié avec les différents habitants de l'île, et commence à écrire sur eux.

Si vous êtes déprimé, si vous aimez les personnages loufoques, ou si les îles anglo-normandes vous attirent, ce livre est fait pour vous. Juliet est une héroïne extrêmement attachante avec son caractère bien trempé, et son amour des livres. Cette lecture m'a d'ailleurs rappelé que le livre de Daphné Du Maurier sur Branwell Brontë m'attend bien sagement dans ma bibliothèque. Et que les hommes qui tomberaient sur ce billet ne s'offusquent pas, mais je n'ai pu m'empêcher de noter cette phrase d'Isola (qui parle de mon Heathcliff, donc je suis pardonnée) :

"Les hommes sont plus intéressants dans les livres qu'ils ne le sont en réalité."

Outre cet hymne à la lecture, Le cercle littéraires des amateurs d'épluchures de patates évoque une page douloureuse de l'Histoire, puisque les habitants de Guernesey sont encore marqués par le passage des Allemands, et les Londoniens non plus n'ont pas repris leur vie d'avant la guerre. Heureusement, les personnages ont assez de ressources et de malice pour ne pas s'effondrer et nous abattre avec eux, et l'on referme ce livre avec le sourire aux lèvres. Nous sommes en effet confrontés à une avalanche de personnages qui ont tous une particularité (sorcière, ivrogne, vieille bique...) qui permettent de dédramatiser l'histoire tout en gardant conscience des difficultés passées. Mention spéciale au personnage d'Elizabeth, je n'avais même pas remarqué qu'elle était absente avant que ce ne soit dit. Sa présence jusque là était telle que la nouvelle tombe comme un coup de massue. C'est très habile de la part de l'auteur. Je suis beaucoup moins convaincue par Rémy. Étrangement, ce témoin direct des horreurs de la guerre, cette jeune femme brisée par ce qu'elle a subit, n'est pas celle par qui l'émotion passe. Je veux bien croire que cela soit voulu, mais je n'ai pas compris quel était l'intérêt de la faire venir à Guernesey.   
En ce qui concerne la forme épistolaire, je ne suis pas particulièrement une amatrice du genre, mais j'ai trouvé qu'elle passait très bien avec ce roman, et ajoutait même beaucoup à son charme (cette dernière phrase qui semble totalement inutile, est en fait destinée à une certaine personne qui devrait se reconnaître).   
Juste une critique, l'écriture est un peu lourde dans les premières lettres des habitants de Guernesey reçues par Juliet, et donne à ces dernières un côté artificiel.
Mais bon, le reste est très agréable (je crois que je ne me remettrais pas de l'anecdote avec Oscar Wilde...), alors tout va bien.   

Pas le roman du siècle, mais un livre idéal pour les froides soirées qui sont encore devant nous !

Les avis de Clarabel, Emjy, Fashion, Tamara, Michel et Karine.

Posté par lillounette à 10:41 - - Commentaires [43] - Permalien [#]
Tags : , ,