15 avril 2010

L'histoire d'un mariage ; Andrew Sean Greer

Points ; 263 pages.Traduit par Suzanne V. Mayoux. 2008. Pearlie Cook prend la parole pour nous raconter sa vie dans les années 1950. Elle vivait alors avec Holland, son mari, et leur fils Sonny. "Les gens se font une idée des années cinquante. Ils parlent des jupes ballon décorées d'un caniche en laisse, des grèves de transports routiers, d'Elvis ; ils parlent d'une jeune nation, d'une nation innocente. Je ne sais pas pourquoi ils se trompent tellement ; ce doit être un dérapage de la mémoire, car tout cela est venu plus tard,... [Lire la suite]
Posté par lillounette à 16:10 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : , , ,

05 avril 2010

Plus jamais d'invités ! ; Vita Sackville-West

Le Livre de Poche ; 213 pages.Traduit par Micha Venaille. 1953. Séance de rattrapage pour ce livre, lu il y a déjà plusieurs mois, mais qui vaut le détour. De Vita Sackville-West j'avais déjà dévoré Toute passion abolie, un texte plein de charme. Le Livre de Poche a eu la très bonne idée de nous offrir un nouveau roman d'elle il y a quelques mois, que je me suis empressée de découvrir. Rose Mortibois, mariée depuis plus de vingt ans à Walter, un mari qui lui offre tout le confort matériel qu'elle peut souhaiter mais qui semble... [Lire la suite]
16 mai 2009

L'étalon ; David Herbert Lawrence

Phébus ; 195 pages.Traduit par Marc Amfreville et Anne Wicke.V.O. : St Mawr. 1925. Voilà un livre que j'ai ouvert en traînant un peu des pieds, puisque L'amant de Lady Chatterley n'était pas vraiment parvenu à me convaincre il y a quelques années. Lou est une jeune américaine qui séjourne en Europe avec sa mère, Mrs Witt, quand elle tombe amoureuse d'un futur baronnet, Sir Henry (Rico pour les intimes). Ils se marient, mais leurs rapports deviennent très vite simplement formels et presque hypocrites. Lou est une jeune femme... [Lire la suite]
13 mai 2009

Toute passion abolie ; Vita Sackville-West

Le Livre de Poche ; 224 pages.Traduit par Micha Venaille.V.O. : All Passion Spent. 1931. Dans sa biographie de Virginia Woolf, Nigel Nicolson, qui était le fils de Vita Sackville-West, évoque la liaison que sa mère et l'auteur de Mrs Dalloway ont entretenue. Il semblerait d'ailleurs que la vie de Vita Sackville-West soit digne d'un roman. Epouse d'Harold Nicolson, lui-même bisexuel, elle mène une vie libre, et il me semble que les deux époux ont vécu à l'étranger du fait du statut de diplomate d'Harold. Si je vous raconte tout ça,... [Lire la suite]
10 mai 2009

Avril enchanté ; Elizabeth Von Arnim

10/18 ; 366 pages.Traduit par François Dupuigrenet-Desroussilles.V.O. : The Enchanted April. 1922. Cette semaine, j'ai entrepris de relire A Room with a View, qui comme chacun devrait le savoir, est un merveilleux roman qui se déroule en partie en Italie. Cela (ainsi que les billets de certaines blogueuses) m'a rappelé que j'avais un autre livre plein de promesses évoquant l'Italie. Mrs Wilkins et Mrs Arbuthnot, deux jeunes femmes qui fréquentent le même club mais qui ne se connaissent pas, décident sur une impulsion de louer... [Lire la suite]
26 avril 2009

Madame Bovary ; Gustave Flaubert

Pocket ; 478 pages.1857. Flaubert et moi avons une relation très compliquée. Je me suis jetée sur L'éducation sentimentale quand j'étais en terminale, convaincue qu'il allait s'agir du livre de ma vie. J'ai en vain tenté de le terminer durant trois étés, avant de me jurer que je ne relirai jamais Flaubert. Mais j'ai entendu tellement de bien de Madame Bovary, tant sur les blogs que de la part de mes quelques amis livrophiles, que j'ai été convaincue de renouer avec cet auteur. En plus, Une vie de Maupassant est bourré de clins... [Lire la suite]
Posté par lillounette à 20:49 - - Commentaires [31] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


22 avril 2009

Mémoires de deux jeunes mariées ; Honoré de Balzac

Le Livre de Poche ; 380 pages.1842. J'ai récemment fait la découverte d'un texte de Balzac intitulé Physiologie du mariage, qui contient des idées étonnantes (pour l'époque) sur les femmes en tant qu'épouses. Je ne l'ai pas lu (à part un bout d'extrait contenu dans mon édition du Père Goriot), mais ce qu'on m'en a dit m'a donné envie de dépoussiérer Mémoires de deux jeunes mariées, où je pensais voir développés des principes du même ordre. 1824. Louise de Chaulieu et Renée de Maucombe viennent de quitter le couvent où elles ont... [Lire la suite]
10 avril 2009

Une vie ; Guy de Maupassant

Le Livre de Poche ; 256 pages.1883. Je crois que je n'avais rien lu de Maupassant depuis le lycée. J'avais seulement lu quelques nouvelles, que j'avais beaucoup aimées, mais qui ne m'avaient pas donné l'envie de replonger dans cet auteur. Mais j'ai tous les ans des envies de classiques français au printemps, alors je me suis dit que c'était l'occasion de renouer. 1819. Jeanne vient de sortir du couvent, et elle est une jeune femme pleine d'espérances. Avec ses parents, elle retourne dans la demeure familiale des Peuples, en... [Lire la suite]
14 mars 2009

A moi pour toujours ; Laura Kasischke

Belfond ; 401 pages.Traduit pas Anne Wicke.V.O. : Be Mine. 2007. Depuis maintenant deux ans et demi que j'écris sur ce blog, j'ai appris à surmonter parfois mes préjugés à l'égard d'auteurs qui ne me tentaient pas, et cela a donné lieu à de très belles découvertes. Malheureusement, ce n'est pas toujours le cas... Sherry est une femme qui a tout pour être heureuse. Un job intéressant, un mari amoureux, et un fils de dix-huit ans, Chad. Ce dernier vient cependant de quitter la maison, laissant derrière lui un grand vide. Le jour... [Lire la suite]
Posté par lillounette à 09:55 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
Tags : , ,
03 mars 2009

On Chesil Beach ; Ian McEwan

Vintage ; 166 pages.2007. J'ai acheté ce livre au moment de la rentrée littéraire 2008 je crois, mais c'est ma relecture d'Expiation qui m'a décidée à l'ouvrir. Edward et Florence viennent de se marier. Ils s'aiment, mais alors qu'ils prennent leur dîner, la perspective de leur nuit de noces les effraie. Ils sont vierges. Il a peur de ne pas assurer, elle est convaincue qu'il est expérimenté, et le corps de son mari la dégoûte d'avance. On est en 1962, alors elle n'ose rien lui murmurer de plus qu'un timide "j'ai un peu... [Lire la suite]


  1  2    Fin »