02 juin 2016

Magies secrètes - Hervé Jubert

couv35280622Il se passe des choses étranges à Sequana. Des femmes de l'aristocratie se sont retrouvées figées lors de la constitution d'un tableau vivant, un parasite semble prendre possession des corps, et Udolphe, le neveu d'Obéron III et de l'impératrice Titania, a été enlevé. D'après le message envoyé à l'ingénieur-mage Georges Beauregard, le prisonnier sera amputé d'une extrémité toutes les vingt-quatre heures, puis de la tête le cinquième jour.
Que se passe t-il dans la Féerie ? Pourquoi Beauregard est-il le destinataire du message ? Quel lien avec son étrange rêve dans lequel il a vécu les derniers instants d'un poète suicidé ?

Magies secrètes est le premier tome des aventures de l'ingénieur-mage Beauregard. Il s'agit d'un roman initialement publié dans une collection jeunesse, ce que j'ai deviné assez rapidement en débutant ma lecture. Il y a beaucoup d'action, quelques scènes gentiment sanglantes pour ravir les adolescents (et les autres) en manque d'hémoglobine et surtout de l'humour. De nombreuses notes de bas de page faisant penser à Terry Pratchett alimentent le récit de détails complémentaire et d'anecdotes loufoques. On pense aussi parfois à une version parisienne de Neverwhere de Neil Gaiman (qui reste un bon cran au-dessus tout de même).
En tant que premier volet d'une série, l'accent est essentiellement mis sur l'univers créé par Hervé Jubert. Il devient vite évident que l'action se situe dans un Paris haussmannien relevé à la sauce steampunk. Les transformations du préfet de la capitale, appelé baron Hoffmann ici, servent à évoquer un monde dont les bouleversements sont défavorables aux membres de la Féérie, qui cohabitaient jusqu'à présent avec les autres habitants de Sequana.
Au niveau de l'enquête, je dois admettre qu'elle ne m'a pas passionnée. J'ai préféré la découverte des personnages, dont beaucoup semblent receler des mystères, à commencer par Beauregard lui-même et sa protégée, Jeanne.

Une lecture sympathique. Je lirai volontiers les tomes suivants.

Les avis de La tête dans les livres (très semblable au mien, même si elle déplore un manque d'action général) et de Nourritures en tout genre, beaucoup moins enthousiaste.

Je remercie les éditions Folio pour ce livre.

Folio. 300 pages.
2012 pour l'édition originale.

Posté par lillylivres à 18:21 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

31 août 2015

Neverwhere - Neil Gaiman

jl5613-2001Richard Mayhew mène une vie simple et banale. Un soir, alors qu'il se rend au restaurant avec sa fiancée, une jeune fille ensanglantée lui demande de l'aide tout en refusant qu'il appelle les secours. Abandonnant sa compagne furieuse derrière lui, il emmène l'inconnue chez lui et la soigne. Il s'agit en réalité de Porte, la fille de Lord Portico, un important personnage du Londres d'En Bas, monde dont Richard découvre l'existence. Lord Portico vient d'être assassiné, et ses meurtriers poursuivent Porte pour la tuer également. Finalement, le marquis de Carabas intervient et emmène Porte avec lui pour la protéger, laissant Richard retourner à sa vie.
Cependant, dès le lendemain, il s'aperçoit qu'il n'existe plus pour personne. Ayant perdu son travail, son appartement, ses amis et toutes ses ressources, il décide de retrouver Porte et de pénétrer dans le monde d'En Bas.

Décidément, moi qui avait été très déçue lors de ma première rencontre avec Neil Gaiman, puis séduite par ma seconde lecture de cet auteur, je vais finir par le ranger parmi ceux que j'affectionne le plus.
Ce livre est assez particulier dans sa conception, puisqu'il s'agit à l'origine d'une série que Neil Gaiman (qui était le créateur de la version télévisée) a adaptée à l'écrit. Cela explique sans doute pourquoi le roman grouille de descriptions très précises et amusantes du monde d'En Bas. J'ai adoré m'y promener, bien qu'il soit plus inquiétant que les mondes parallèles de livres tels Harry Potter ou A la croisée des mondes. Richard découvre un monde qui semble être bloqué à l'ère victorienne, dont les quelques membres qui s'aventurent à la surface de la Terre sont à nos yeux des sans-abris ou des fous qui parlent seuls. Sur les marchés, on s'arrache des choses abîmées, sales, mortes, et l'on se sustente avec des plats à base de chiot ou de chat. Les tueurs qui poursuivent Porte sont d'une cruauté et d'une violence rares, et les morts auxquelles nous assistons sont décrites avec moults détails. Heureusement, de nombreux passages très drôles détendent l'atmosphère, et rien n'est gratuit.
Dans la quête que poursuivent Porte et ses compagnons, le suspens est omniprésent. A l'exception du duo formé par les horribles Croup et Vandemar, tous les personnages semblent capables de révéler un visage tout autre que celui qu'ils présentent au premier abord. Même Richard, qui se contente d'exister au début du livre, se met à rêver de devenir l'égal des héros légendaires.
Pour les amateurs de la capitale anglaise, Neverwhere est également un livre qui rend un magnifique hommage à Londres. On y rencontre l'ange Islington, les moines de Blackfriars, on visite des stations de métro inconnues, les toits de la ville, on cherche l'un des secrets du British Museum...

Un très beau livre !

L'avis de Cachou.

J'ai lu. 350 pages.
Traduit par Patrick Marcel.
1996 pour l'édition originale.

Posté par lillounette à 19:33 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :
27 février 2015

La voix du couteau (Le chaos en marche, Livre 1) - Patrick Ness

voix_du_couteauNous sommes sur Nouveau Monde, à Prentissville, la seule colonie où les hommes ont survécu après la guerre contre les Spackle. Avant de disparaître, ces créatures ont eu le temps de propager le virus du Bruit sur la planète, tuant toutes les femmes et révélant à tous les pensées des hommes en continu.
C'est ainsi que Todd, qui aura treize ans dans un mois, sera le dernier enfant à atteindre l'âge adulte. Il vit dans une ferme auprès de ses pères adoptifs, Ben et Cillian. Il travaille dur, n'a pas pu étudier suite à une interdiction des livres et de l'apprentissage lorsqu'il était encore enfant.
Un jour qu'il se promène dans les marais avec son chien, il sent un trou dans le Bruit, un endroit vide de pensées. Cette révélation fait voler en éclats tout ce qu'il a toujours cru.

Ce livre a beaucoup plu sur la blogosphère il y a quelques années, et depuis, il figurait sur la liste des milliers de livres que je dois absolument lire un jour. Merci donc à Anna des éditions Folio de me l'avoir proposé, et d'avoir patienté pour la publication de mon billet qui devrait être rédigé depuis des semaines.

En ce qui concerne mon avis, je dois dire que je suis assez mitigée. Ca commence vraiment très bien et très fort. L'auteur fait en sorte que l'on soit aussi perdu que Todd durant presque tout le livre. Au niveau de la forme, Patrick Ness laisse à plusieurs reprises des blancs dans le texte pour nous perdre davantage, les mots employés par Todd sont étranges, ressemblent à des fautes de prononciation et d'orthographe sans qu'on comprenne pourquoi. En ce qui concerne l'histoire, la fuite, l'inquiétude pour Ben et Cillian, l'incompréhension face à certaines découvertes, nous les ressentons aussi fortement que Todd. De nombreuses pistes semblent pouvoir être explorées : la nature humaine, l'extrêmisme religieux, le surnaturel, la découverte d'un autre univers... La réflexion sur les multiples façons de communiquer lorsqu'on est un être humain est très intéressante. On peut mentir même lorsque nos pensées sont publiques, se dévoiler dans le silence. Si ce fait n'est pas révolutionnaire, il est développé de façon subtile, et je pense que pour le jeune public (auquel le livre s'adresse en premier lieu), ce livre peut permettre d'entamer une réflexion intéressante à ce sujet.
Dans son genre, La voix du couteau est aussi un livre intéressant car original dans son genre. Ce n'est pas du tout une de ces histoires à la Hunger Games. Le schéma est différent de ce que j'ai pu lire jusqu'à présent. Le héros se retrouve en fuite et engagé dans une recherche de la vérité qu'il n'a absolument pas provoquée. J'ai aussi eu l'impression d'être dans une ambiance de western avec l'armée de méchant à cheval écrasant tout sur son passage et armée seulement de fusils. Pas de matériel de haute technologie ici, seulement des éléments à la limite (et parfois un peu au-delà) du surnaturel. De la violence aussi, gratuite, et particulièrement dure à avaler.

Si le livre m'a cependant déçue, c'est parce que j'ai trouvé la fin trop longue à venir, les révélations décevantes, et parce que ce livre ne se suffit clairement pas à lui-même. Il est évident qu'un livre appartenant à une série doit donner envie de lire la suite. Mais ici, rien n'est bouclé, l'auteur n'exploite pas vraiment les pistes qu'il suit, tourne en rond, et on reste sur un goût d'inachevé.

Merci encore à Anna des éditions Folio.

Des avis chez Cachou (qui fait bien de souligner la fadeur du héros), Kathel et Cathulu.

 

Posté par lillounette à 16:28 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,
25 octobre 2011

Hunger Games - Suzanne Collins

hunger-games_suzanne-collinsPour prouver sa domination sur les douze districts, le Capitole organise chaque année la Moisson. Ainsi, un garçon et une fille de chaque district sont sélectionnés pour participer aux Hunger Games, un jeu de télé-réalité dans lequel les participants s'affrontent jusqu'à la mort dans une arène où ils doivent aussi trouver de quoi se nourrir et un abri pour dormir. Le dernier survivant remporte le jeu.
Katniss vit dans le district Douze, le plus défavorisé. Elle nourrit sa mère et sa petite soeur, Prim, en braconnant avec son ami Gale. Mais le jour de la Moisson, le nom de Prim est tiré au sort. Katniss décide alors de prendre sa place. Le garçon sélectionné pour le district Douze est Peeta, le fils du boulanger. Il a permis à Katniss de ne pas mourir de faim autrefois, mais seul un participant peut gagner la partie.

Enorme coup de coeur pour le premier volet de la trilogie de Suzanne Collins. J'avais à peine entamé sa lecture que je ne pouvais plus m'arrêter de lire. A partir de l'entrée des participants dans le jeu, c'était encore pire. J'avais succombée au voyeurisme le plus honteux, que le roman dénonce clairement, même si c'est loin d'être ce qui est le plus mis en avant ou ce qui fait le plus le charme de l'histoire. Bien sûr, un tel jeu de téléréalité peut sembler irréaliste, mais quand on voit certains programmes télévisés et leur succès, on peut se demander si les gens seraient capables de résister à l'appel du sang au cas où la fiction deviendrait réalité.
Dans l'arène, c'est un peu le retour de Lord of the flies, les alliances se forment, et les candidats laissent s'exprimer leur instinct de survie. Certains meurtres sont terriblement tristes, et j'avais beau savoir dès le début que mon héroïne allait s'en sortir (le suspens ne tient pas dans l'originalité de l'histoire), je me demandais dans quel état, et ce que les autres allaient se faire subir entre eux.
Mais j'ai aussi aimé ce livre grâce à son histoire d'amour pas du tout banale, ni facile (hum !). Mon coeur balance entre Gale et Peeta, mais je savoure chaque moment où ils sont évoqués quand même. Peeta, qu'il n'est pas toujours simple de cerner, surtout au début, et qui n'est pas autant le chevalier en armure que ce que l'on croyait au début (ce qui lui permet peut-être de ne pas basculer du côté obscur). Et Gale, plus sauvage, qu'on devrait revoir rapidement. Si je ne vois pas forcément l'intérêt d'une suite en ce qui concerne le jeu, je sais déjà que je succomberai pour connaître le fin mot du triangle amoureux.

Un excellent roman jeunesse, pour adolescents et grands adolescents (voire très grands adolescents) !

Vous pouvez vous rendre chez Cuné, Laël, Caro[line], Stephie, Praline, Kalistina..., vous verrez que c'est un incontournable.

En plus, un film doit bientôt sortir !!

Posté par lillounette à 15:48 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , , ,
07 mai 2011

Le Trône de fer - George R.R. Martin

George_R_R_martin_le_tr_ne_de_ferComme vous le savez, je suis une experte en matière de science-fiction/fantastique/fantasy, et je sais en un clin d'oeil catégoriser les livres qui s'y rapportent, comme je l'avais prouvé avec Mervyn Peake...
Avec cette série, j'ai aussi appris que les livres de ces genres avaient des pouvoirs magiques. Si, si, quand le lecteur est captivé et ne veut plus jamais que ça s'arrête, des tomes supplémentaires apparaissent miraculeusement.
Mon humour est nul, je sais. En fait, l'édition originale anglaise comprend pour l'instant quatre tomes, mais en France on en a treize pour d'obscures raisons. Donc, quand je vous parle du tome 1 français, je n'évoque en réalité que la moitié du premier tome anglais, divisé en deux volumes en VF. Entre nous, ça m'arrange. J'ai déjà entamé sérieusement la suite, mais je trépigne trop pour attendre encore avant de vous parler de cette série.

Il y a quinze ans, Robert Baratheon, Eddard Stark et John Arryn ont mit un terme au règne de la dynastie des Targaryen sur le royaume des sept couronnes. Ses représentants versaient dans la démence, et le roi Aerys menaçait de tout détruire et avait commis en compagnie de sa progéniture des crimes impardonnables.
Depuis, Robert Baratheon a été couronné roi, et a épousé Cersei Lannister, pour renforcer son alliance avec la puissante et ambitieuse famille des Lannister, qui ne s'est soumise que tardivement à la rébellion. Cersei est une femme assoifée de pouvoir, qui n'a d'affection que pour son frère jumeau, Jaime, et ses trois enfants. L'aîné, Joffrey, tête à claques, est l'héritier de Robert.
John Arryn a été nommé Main du roi (c'est à dire la personne la plus puissante du royaume après le roi), et a épousé Lysa Tully, fille de Lord Hoster, qui règne depuis Vivesaigues sur le Conflans. Elle lui a donné un fils geignard et souffreteux, Robert, et se terre dans sa forteresse des Eyriés.
Le livre commence alors que John Arryn vient de mourrir. Robert Baratheon se rend dans le Nord, gouverné par son ancien compagnon d'armes, Eddard Stark, pour lui demander d'être sa nouvelle Main. Depuis la guerre, Ned a épousé Catelyn Tully, la soeur de Lysa, et mène une vie heureuse auprès d'elle, de leurs cinq enfants (Robb, Sansa, Arya, Bran, Rickon) et de son bâtard, Jon. Le Nord est aussi là où se trouve le Mur, qui protège le continent des Autres, et qui dispose de la Garde de Nuit, composée de frères ayant juré de consacré leur vie entière à cette mission. Personne n'a vu les Autres depuis des millénaires, ni les autres créatures fantastiques censées vivre au-delà du Mur. Pourtant, Ned et ses fils découvrent au début du roman six loups-garous (qui ne se transforment pas à la pleine lune, ce sont des animaux) dans la neige. Les enfants Stark en reçoivent chacun un (Jon, le bâtard, s'approprie le loup albinos), qui ne les quitte plus et les protège.
Lord Eddard n'est pas heureux de la demande de Robert d'être sa nouvelle Main, mais il n'a pas d'autre choix que d'accepter. De plus, Catelyn reçoit de sa soeur Lysa une lettre inquiétante, qui accuse les Lannister d'avoir assassiné John Arryn. Ned est alors décidé à partir pour Port Real, la capitale, afin d'enquêter. Ses filles, Sansa, fiancée au prince Joffrey, et Arya, garçon manqué,  ainsi que son deuxième fils, Bran, doivent l'accompagner dans le sud. En son absence, Robb, son fils aîné, a la charge du Nord, et sa mère reste auprès de lui, ainsi que le petit Rickon. Quant à Jon, il ne peut rester à Winterfell, la résidence paternelle. Il est aimé de ses frères et soeurs, mais n'a aucun statut social en tant que bâtard, et Catelyn le hait pour ce qu'il représente. Il décide de s'engager dans la Garde de Nuit, où l'on peut s'élever socialement sans se soucier de son milieu d'origine.  
Peu avant le départ de Robert et Ned pour la capitale, Bran, qui a l'habitude de grimper partout, fait une chute qui le blesse grièvement. Il reste donc à Winterfell, entre la vie et la mort. Par ailleurs, partout dans le royaume, on murmure que l'hiver vient.

Long résumé qui ne sert pas à grand chose, parce que le nombre de personnages, de lieux et d'intrigues qui peuplent ce livre est encore plus grand. Je ne vous ai même pas parlé de Tyrion Lannister, le Nain, frère de Jaime et Cersei, qui est l'un des protagonistes les plus intéressants du livre. Ni de Viserys et Daenerys, les enfants du roi fou, exilés au-delà des mers, qui complotent pour regagner leur trône. Pour l'instant, ils sont assez en retrait, mais ils n'ont pas l'intention d'en rester là.
N'étant pas habituée à autant de personnages, il m'a fallu du temps et l'aide de la présentation des familles en début de livre pour m'y retrouver. L'histoire étant narrée par plusieurs protagonistes, essentiellement les Stark, j'ai fini par mieux visualiser les choses, et à partir de là, j'étais conquise.
En fait, je ne sais pas trop quoi vous dire sur tout ça, à part que l'on savoure toutes ces intrigues, que l'on se fait manipuler par les personnages, dont il est difficile de connaître le coeur. A l'exception de la plupart des Stark, on a de véritables surprises, ce qui me plaît énormément. Ca me rappelle un peu Mrs Coulter et Lord Asriel, donc ça promet pour la suite. La découverte du monde qui nous est décrit est également savoureuse. J'ai particulièrement apprécié de suivre Jon au Mur. D'ailleurs, je m'interroge beaucoup sur  ce jeune homme, et je me demande si l'identité de sa mère n'est pas toute simple finalement. Mais j'imagine qu'on ne saura pas la vérité avant la fin de la série, donc je vais me concentrer aussi sur le reste (ce qui n'est pas très dur).
Je n'ai pas l'habitude des séries, et pourtant je suis ravie qu'il y ait autant de pages à dévorer. La plupart des personnages n'ont pas encore dévoilé leur potentiel, certains n'étant que mentionnés, mais devraient prendre rapidement plus d'ampleur.

Ce premier volume sert en fait à mettre en place l'action, mais il le fait merveilleusement bien. On n'est pas complètement épargnés pour autant, et je crois que je n'ai pas fini de pleurer. C'est un coup de coeur.

Juste une remarque, parce que quand même : l'édition est bou-rrée de coquilles. Et ça n'a pas l'air de s'arranger avec le tome 2, dans lequel j'ai notamment repéré une énorme faute d'orthographe. 

Pour ceux qui auraient vécu dans une grotte ces derniers mois, une série adaptant l'oeuvre vient de commencer à être diffusée. Je n'y ai jeté qu'un oeil pour l'instant, mais elle a l'air très fidèle à l'oeuvre.

Choupynette, Thomas, Céline et Hydromielle sont aussi enthousiastes.

Posté par lillounette à 12:28 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags :

20 septembre 2010

Le Clan des Otori, I : Le Silence du Rossignol ; Lian Hearn

9782070302581Folio ; 371 pages.
Traduit par Philippe Giraudon.
2002
.

Tomasu, un adolescent membre de la communauté des Invisibles, dans un Japon ancien et imaginaire, vit paisiblement avec sa mère, son beau-père et ses soeurs. Mais cette communauté est méprisée par Iida le plus important chef de guerre Tohan. Un soir, alors qu'il rentre dans son village, il découvre que les siens ont été massacrés. Repéré, il offense Iida en personne, avant de s'enfuir. Dans sa course, il rencontre sire Shigheru, un seigneur Otori, qui le place sous sa protection et le ramène chez lui où il lui donne un nouveau nom, Takeo.
Là-bas, il se trouve mêlé à des intrigues de palais, mais découvre également ses origines et les étonnantes facultés qui en découlent. Il rencontre également l'amour, à travers la belle Kaede, et le désir de vengeance, qui lui était jusqu'alors défendu.

Heu... Vous m'aviez bien dit que cette série était géniale, non ? Juste pour que les choses soient claires, voici un extrait savoureux, bien écrit, auquel il est impossible de résister. Kaede vient de rencontrer Takeo, et il lui a fait un effet dingue :

"Quand le garçon fut hors de vue, elle eut l'impression d'avoir perdu une part d'elle-même. Elle rentra à l'auberge avec Shikuza, qu'elle suivit comme une somnambule. En regagnant sa chambre, elle tremblait comme sous l'effet d'une fièvre violente."

Très franchement, le traitement des relations amoureuses est vraiment moyen dans ce livre, et cela sans doute en raison de la faiblesse du traitement du personnage de la jeune fille, que j'ai trouvé à la fois contradictoire et caricatural. Kaede a été négligée depuis son enfance, mais elle fait preuve d'une très grande lucidité d'esprit et d'une capacité à encaisser les chocs remarquable malgré tout, sans oublier d'être nunuche à souhait, à la fois femme affirmée et princesse en détresse (et le pire est que l'on va forcément se farcir cette intrigue amoureuse dans les tomes suivants... sauf si Lian Hearn en élimine un, mais je vais y revenir).
Au niveau du reste du récit, je suis davantage convaincue, même si je n'ai malheureusement pas ressenti le coup de coeur que j'attendais. Lian Hearn développe ainsi longuement les valeurs et les traditions des cultures qu'elle décrit. Celles-ci ont une importance de premier plan, d'autant plus que la magie a sa place  dans ce livre, et c'est ainsi que Takeo découvre peu à peu ses origines. Si j'ai trouvé que l'intrigue peinait à décoller, cet aspect est bien traité et crée une ambiance un peu onirique et poétique.
De plus, l'auteur ne s'enfonce finalement pas entièrement dans une histoire facile et prévisible. La violence de certaines scènes en témoigne, on ne fait pas que se regarder dans le blanc des yeux quand on est amoureux (ou pas), et la fin est loin de ressembler à celle des contes de fées. Même si encore une fois, la séparation des deux amoureux, est un aspect traité un peu trop facilement.   

Le tout est donc plutôt sympathique, permet de se dépayser un peu, mais est surtout assez creux.  Sur un support différent, mais dans un genre assez proche et beaucoup plus réussi, j'avais été envoûtée par Princesse Mononoke d'Hayao Miyazaki. La série de Lian Hearn s'arrête là pour moi...

L'avis de Lou, complètement opposé au mien (ça change !).

 

Posté par lillounette à 16:10 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : , , ,
08 février 2009

La nuit des temps ; René Barjavel

resize_5_Pocket ; 381 pages.
1968.

Je m'épate vraiment depuis le début de l'année. On est début février, et j'ai déjà lu six livres sur les trente que j'avais pré-sélectionnés ! J'ai aussi réalisé que j'avais réussi un challenge pour la première fois de ma vie, celui du 1% littéraire. Bref, tout ce blabla a surtout pour but de me motiver, donc je m'arrête.
En ce qui concerne La nuit des temps, j'en ai toujours ou presque entendu parler comme d'un chef d'oeuvre avec une superbe histoire d'amour, et c'est donc avec beaucoup d'enthousiasme que je l'ai ouvert.

Une mission française au Pôle Sud découvre l'existence d'une civilisation perdue depuis neuf cent mille ans. Nous sommes en pleine Guerre Froide, et les grandes puissances vont toutes s'allier, à l'aide de la Traductrice, afin de découvrir ce que renferme une sphère qui témoigne d'une civilisation que les hommes actuels n'avaient jamais soupçonnée.
A l'intérieur, deux individus endormis sont découverts. Les scientifiques présents sur la base vont alors tenter de les réveiller.

La nuit des temps n'est pas un livre abominable. J'ai beaucoup aimé le début de l'histoire, ainsi que certains passages. Il y a beaucoup de références dans ce livre, et il s'agit d'un aspect que j'apprécie de trouver dans un livre. J'ai aussi aimé la fin. Je l'ai vue arriver à des kilomètres, mais elle contient plus d'action que dans les trois cents pages précédentes, et il s'agit des seules pages où le romantisme de l'histoire m'a fait de l'effet. Peut-être garderais-je d'ailleurs un bon souvenir de La nuit des temps grâce à ces cinquante dernières pages.
Sinon, j'avoue avoir trouvé le temps long. J'ai très été vite rebutée par le style de Barjavel. Quelques formules m'ont vraiment surprises. Parler de "raison raisonnable" me fait le même effet que lorsque j'entends "orienté à l'ouest". Il n'y a par ailleurs pas seulement ce genre de formules maladroites dans ce livre. Les rares effets de style tentés tombent à plat. Quant aux scènes romantiques, Lou en parle bien mieux que je ne saurais le faire, mais je les ai trouvées consternantes (et je suis une fille qui vénère La belle au bois dormant de Disney). L'histoire d'amour de Païkan et Elea m'a fait bailler plus d'une fois, je l'ai trouvée exagérée, dégoulinante, et surtout insuffisante à soutenir l'intrigue. A aucun moment je ne suis parvenue à me sentir 900 000 ans en arrière, ou dans un monde totalement différent du nôtre.
Je n'ai pas non plus reconnu le monde actuel. Le roman date de 1968, et donc de la Guerre Froide, et j'ai l'impression que Barjavel l'a rendu trop caractéristique de cette période pour lui permettre de bien vieillir. Il écrit comme si tout ce dont il parle devait être une évidence pour le lecteur, ce qui n'est plus le cas aujourd'hui. Les parallèles qu'il fait entre passé et présent sont datés. Il était souvent nécessaire que je me rappelle le contexte dans lequel Barjavel avait écrit.

Je ne sais pas comment formuler exactement mon ressenti. Cette lecture n'a pas été horrible, j'ai réussi à me raccrocher à quelques idées, à quelques passages, à quelques personnages aussi. Mais La nuit des temps n'a pas pour moi la carrure d'un chef d'oeuvre, juste celle d'une lecture que l'on fait par curiosité, ou d'un livre pour adolescents (j'aurais certainement été comblée il y a quelques années).

Les avis de Majanissa, Carolyn Grey et Lou.   

Posté par lillounette à 12:30 - - Commentaires [39] - Permalien [#]
Tags : , , ,
29 janvier 2009

Nineteen-Eighty-Four ; George Orwell

9780141187761_1_Penguin Modern Classics ; 325 pages.
1959. V.F. :
1984.

Lettre O Challenge ABC :

Cette année, j'avais prévu de lire deux livres qui ont obtenu le statut de chef d'oeuvre en Angleterre et dans le monde : Lord of the Flies de William Golding, et Nineteen Eighty-Four de George Orwell. Ce dernier a en plus bénéficié du relooking des éditions Penguin Modern Classics, ce qui donne très envie de le lire. Il s'agit d'une excellente initiative, puisque Nineteen Eighty-Four est un chef d'oeuvre.

BIG BROTHER IS WATCHING YOU. Imaginez un monde où, si vous n'être pas un simple prolétaire, vous ne pouvez pas faire le moindre mouvement sans être scruté à l'aide d'écran, ou écouté grâce à des micros dissimulés absolument partout. Un monde où l'amitié n'existe pas, où les unions sont autorisées seulement dans un but de procréation, où vous devez être fier lorsque vos enfants vous dénoncent comme dissident.
Voilà ce que connaît Winston Smith, habitant d'Océania, l'un des trois groupes territoriaux qui se sont formés au milieu du XXe siècle. Winston travaille au ministère de la Vérité, où il doit sans cesse participer aux mensonges du Parti, transformer les faits, au point de ne plus toujours savoir ce qui est vrai et ce qui ne l'est pas. La ration de chocolat a baissé ? Mais non, elle a augmenté ! Et n'essayez pas d'aller affirmer le contraire, même en pensée, car tous les crimes contre le Parti sont ressentis de la même façon en Oceania.
Winston ne parvient cependant pas à se sentir à l'aise dans cette vie et ce monde qu'il ne comprend pas. Un jour (il faut attendre le deuxième tiers du livre, les résumés sont trompeurs), il entame une liaison avec Julia, une jeune femme qu'il croyait pourtant être totalement acquise à la cause du Parti. Mais leur amour ne peut pas durer, et tous deux savent qu'ils se feront prendre, qu'ils seront torturés, qu'ils se dénonceront mutuellement. La seule chose en laquelle ils croient fermement est l'impuissance du Parti face à leurs sentiments :

" They can't do that,' she said finally. It's the one thing they can't do. They can make you say anything -anything- but they can't make you believe it. They can't get inside you."

Julia et Winston ont tort de dire cela. Car il s'agit justement de ce qui rend Nineteen Eighty-Four si puissant. On croit toucher le fond à chaque instant, on croit que les choses s'amélioreront forcément, mais il devient de plus en plus évident que les personnages sont totalement cernés, dans une situation que l'on ne pouvait même pas concevoir avant d'ouvrir ce livre (si vous cherchez à vous remonter le moral, n'ouvrez pas ce livre). Je n'avais déjà pas une haute opinion de la télé-réalité, je crois que je n'entendrais plus jamais le terme de "Big Brother" comme avant.
Ce qui est le plus effrayant dans ce livre, c'est la lucidité dont fait preuve George Orwell à l'égard de la nature humaine. Il dénonce les totalitarismes, particulièrement le communisme (le livre a été publié en 1949), mais il n'a surtout aucune foi dans l'être humain. Il sait ce qui a fait défaut aux régimes nazi, fasciste, et ce qui fera défaut à l'URSS, et il crée un régime qui n'a pas hésité à aller encore plus loin. Le Parti ne veut pas une soumission de ses membres, il veut une adhésion totale et irréfléchie. L'idée du Nouveau Langage m'a glacé le sang :

"Don't you see that the whole aim of Newspeak is to narrow the range of thought ? In the end we shall make thoughtcrime literally impossible, because there will be no words in which to express it."

La dernière phrase du livre est la plus cynique que j'ai jamais lue. Oui, parce que l'on plonge tellement loin dans la noirceur de l'Homme, que beaucoup de passages nous font quand même rire jaune.
J'ai cherché une note d'espoir dans ce livre. Je pensais que Julia pouvait la représenter. Elle n'a pas connu ce qu'il y avait avant, et pourtant elle semble différente. Seulement, plus j'y repense, et plus je me dit que le Parti nous prouve avec ce qu'il fait à Winston, qu'il est capable de tout, et que personne ne peut lui échapper. S'il est impossible que Julia ait échappé au Parti, il n'y a qu'une solution possible, et c'est pire que tout...

Ce roman est horriblement frustrant, car toutes les questions restent sans réponse. Mais c'est parce que chaque mot que Orwell a écrit est parfaitement pensé. J'ai trouvé Le Livre horriblement ennuyeux et sans intérêt, j'ai vite compris pourquoi. Vraiment le meilleur livre que j'ai lu depuis un moment je crois.

Pour des avis moins décousus, allez chez Erzébeth et Karine.   

12 janvier 2009

The Amber Spyglass ; Philip Pullman

51dum6TvBYLScholastic Press ; 1024 pages.
V.F. : Le miroir d'ambre.

Je n'arrive pas à croire que j'ai mis un an à lire le dernier volet de la trilogie de Pullman. Enfin, si : mon livre regroupant les trois tomes pèse au moins deux kilos, et n'est pas du genre à tenir dans un sac à main... C'est après avoir terminé le tome 1 des Sally Lockhart que j'ai éprouvé une irrésistible envie de replonger dans l'univers de Lyra.

A la fin de The Subtle Knife, la fillette avait disparu. Nous la retrouvons en compagnie de la mystérieuse Mrs Coulter, qui la cache dans une grotte en la maintenant endormie, afin qu'elle ne s'échappe pas. Pendant ce temps, Will, qui a rencontré deux anges qui sont opposés au Régent, traverse l'Asie pour la retrouver. Tout comme les agents de Lord Asriel et ceux de l'Eglise.
Mary, la scientifique dont Lyra avait fait la connaissance en découvrant le monde de Will, découvre quant à elle un monde peuplé de créatures assez étranges, avec lesquelles elle sympathise rapidement. Ce monde est en déperdition, car la Poussière n'agit plus comme il le faudrait. Mary s'engage donc à chercher quelles sont les causes de ce phénomène. Un prêtre est à sa poursuite. Il a reçu pour mission d'éliminer Lyra, et sait qu'il la trouvera grâce à Mary.

Je ne sais pas comment exprimer ce que j'ai pu ressentir à la lecture de ce dernier tome. Les fins sont souvent un peu décevante, mais ce n'est pas du tout le cas ici. Non seulement le ton de l'histoire demeure le même que dans les volets précédents, mais en plus, il reste encore énormément de choses à accomplir avant de boucler l'histoire.
Pullman a encore de l'imagination a revendre, et c'est ainsi que nous découvrons toutes sortes de nouvelles créatures, que nous n'étions pas encore prêts à rencontrer dans les volets précédents. Certaines phrases du premier tome prennent toute leur importance seulement dans The Amber Spyglass. Absolument rien n'est laissé au hasard, et toutes les explications prouvent à quel point Pullman est un auteur talentueux. C'est déchirant, certes (ah ! cette trahison dans le monde des morts ! Cette révélation finale à propos de la poussière ! ), mais l'auteur veux être le seul maître à bord, et il s'en donne les moyens.
Impossible de souffler, ce tome est celui de tous les combats. Les personnages savent que c'est l'avenir de l'univers qui est en jeu. Outre les péripéties de Will et de Lyra, et les choix difficiles auxquels ils sont confrontés, j'ai été fascinée par la relation entre Mrs Coulter et Lord Asriel. Je me rappelle que j'avais trouvé le retournement de situation à la fin du tome 1 fort bien orchestré, je ne pensais pas si bien dire. Ces deux individus, pour lesquels le mensonge et la dissimulation sont une seconde nature, m'ont parfaitement manipulée.
Une fois la dernière page tournée, je me suis précipitée sur le tome 1 pour en relire au moins le début, et retrouver tous ces personnages qu'il est très difficile de quitter, et qui n'ont pas révélé tous leurs mystères.

His Dark Materials est donc tout simplement un chef d'oeuvre, et je vous conseille très fortement de ne pas passer à côté !

J'en profite pour dire deux mots de l'adaptation du premier tome, qui m'a sincèrement déçue. Je ne savais pas trop ce qu'on pouvait en attendre, mais certains choix m'ont beaucoup surprise (notamment le fait de ne pas respecter le découpage de Pullman, qui n'est absolument pas anodin). Ce roman est tellement complexe qu'en fait, j'ai trouvé que le moindre changement modifiait fortement le livre, et cela m'a beaucoup gênée (je suis pourtant une grande amatrice d'adaptations).
Une petite photo quand même pour les filles avides de kulture fashionesque que nous sommes (et aussi parce que j'aime beaucoup Selmaria) :

craig_l_1_

Les avis de La Conteuse, Karine et Papillon.

21 novembre 2008

Délivrez-moi ! ; Jasper Fforde

51YYZ120QSL

Il y a presque deux ans, j'avais dévoré le premier tome de la série des Thursday Next. Je m'étais immédiatement jetée sur Délivrez-moi ! , mais comme je suis une parfaite illustration du proverbe disant qu'il ne faut pas abuser des bonnes choses, mon élan avait été coupé net. J'ai réouvert ce livre parce que j'avais besoin d'un bon divertissement, et j'ai eu un énorme choc : j'avais complètement oublié que Thursday avait un cousin qui s'appelait Wilbur ! Je ne comprends pas comment c'est possible tellement je trouve ce prénom abominable.

Mais passons, puisque l'heure est grave. Thursday croit nager dans le bonheur depuis son mariage avec Landen. Ils viennent juste d'apprendre qu'ils vont avoir un enfant, et seules les interviews auxquelles est conviée Next afin de raconter son aventure dans Jane Eyre apportent une ombre au tableau.
L'ennui est que Goliath n'apprécie pas du tout que l'un de ses agents ait été coincé dans Le Corbeau d'Edgar Allan Poe, que la ChronoGarde est toujours à la recherche du père de Thursday, et que les coincidences très étranges qui entourent la jeune femme sont de plus en plus menaçantes.
Quand Landen est éradiqué par la ChronoGarde, qui le fait mourir à l'âge de deux ans dans l'accident de voiture auquel il avait pourtant survécu, Thursday est prête à tout pour le ramener.
Elle nous emmène donc au Japon, puis se retrouve dans la bibliothèque dont nous rêvons tous, celle où sont rangés tous les livres jamais publiés, gardés par le chat de Alice au pays des merveilles (entre parenthèses, si ma swappeuse du Victorian Swap passe par là, je meurs d'envie de le lire maintenant). De là, elle commence son apprentissage pour entrer dans les textes avec Miss Havisham (que j'étais ravie de revoir), toujours vêtue de sa robe de mariée en lambeaux, mais délicieusement hargneuse.

Je ne vais pas vous raconter tout le livre, mais j'en meurs d'envie parce que je me suis régalée ! Fforde est vraiment un génie, le monde qu'il a créé est drôle, incroyablement loufoque, et fantastique pour toute personne qui aime les livres. On apprend que Heathcliff a passé trois ans à Hollywood (où il a également mijoté sa vengeance donc), Mrs Fanny Dashwood a presque l'air sympathique, et avance des arguments pour sa défense qui sont très convaincants. Les personnages des romans évoqués sont encore une fois des personnages qui ont une existence hors de celle que les auteurs leur ont offerte, et tout le monde trouve cela normal que la découverte d'une nouvelle pièce de Shakespeare puisse avoir des conséquences incalculables, ou que l'on se piétine dans une foire aux livres.
Et puis, Pickwick. J'adore cette bestiole !
Le tout est servi par la plume dynamique de Fforde, qui nous fait trembler et enrager. Les rebondissements sont légion, et le plus incroyable est que plus Fforde s'enfonce dans le fantastique et plus il est crédible. Lorsqu'il décrit le monde réel à la fin du livre, c'est nous qui nous paraissons complètement absurdes...

Le quatrième tome étant sorti en poche il y a peu, je sens que je ne vais pas tenir longtemps avant de retrouver Thursday Next !

L'avis de Karine :). Je tiens aussi à dénoncer le fait que Lou n'a pas aimé L'affaire Jane Eyre (comme ça je suis fâchée avec les DEUX organisatrices du Victorian Swap. J'aurais sans doute mieux fait d'attendre que les swappeuses et swappées soient déterminées, mais je suis une téméraire ! ).

10/18 ; 444 pages.
Traduction de Roxane Azimi.
Titre Original : Lost in a Good Book. 2002.

32180986_p_1_

   

Posté par lillounette à 18:48 - - Commentaires [31] - Permalien [#]
Tags : , , ,