01 juin 2011

Une ballade d'amour et de mort : Photographie préraphaélite en Grande-Bretagne, 1848-1875

Je crois que j'ai découvert les préraphaélites en même temps que la littérature anglaise, mais je n'avais jamais pris le temps de creuser au-delà d'une béate admiration. Le Musée d'Orsay m'a permis de m'initier  un peu plus à ce mouvement en proposant une exposition surprenante sur la photographie préraphaélite.

P1150432

Rassurez-vous, je ne vais pas entreprendre une analyse de l'exposition, j'en suis parfaitement incapable, mais je voulais partager avec vous quelques (re)découvertes que cette exposition m'a permis de faire.

Le rapport des préraphélites à la nature, à la littérature et à l'histoire était présenté dans cette exposition. L'alternance entre photographie et peinture permettait aussi de voir les influences réciproques entre ces deux arts. Globalement, je n'y connaît strictement rien en matière de technique photographique, mais ça n'empêche pas mon esprit de vagabonder face à une exposition comme celle-ci.

J'étais venue essentiellement pour les portraits de Julia Margaret Cameron, photographe qui a eu des sujets tels que Julia Duckworth, qui n'est autre que la mère d'une certaine Virginia Woolf, ou encore Alice Liddell, la petite fille pour laquelle Lewis Carroll (dont certaines oeuvres photographiques étaient exposées) a écrit Alice au Pays des Merveilles.  J'ai été plus que satisfaite sur ce plan là.

imagesLe Tournesol, Julia Margaret Cameron

494px_Maud__by_Julia_Margaret_CameronMaud, Julia Margaret Cameron

index
Pomone, Julia Margaret Cameron

Plusieurs modèles des préraphaélites sont aussi fortement mis en avant. C'est le cas de Jane Morris, immortalisée par John R. Parsons et Dante Gabriel Rossetti.

              Jane_morris_blue_silk jane

Et d'Ellen Terry, brièvement épouse du peintre Watts, et modèle de Julia Margaret Cameron et Lewis Carroll.

            446px_Dame__Alice__Ellen_Terry___Choosing___by_George_Frederic_Watts Sadness__by_Julia_Margaret_Cameron

D'autres photographies que j'ai particulièrement aimées  : 

800px_Fading_Away
Fading away, Henry Peach Robinson

carrollAmy Hughes, Charles Dodgson

abbey
Bolton Abbey, Roger Fenton

 sinclair
Avenue at Weston, Warwickshire, James Sinclair

Je voulais aller à Orsay pour admirer les portraits que je savais y trouver, mais j'ai découvert la passion des préraphélites pour la nature, que j'ignorais (je vous ai dit que j'étais simple spectatrice novice et peu futée). Les premières salles laissant toute la place à ce sujet, il m'a été difficile de passer à côté, et plusieurs oeuvres proposées m'ont particulièrement impressionnée.

L'exposition est terminée depuis dimanche dernier, mais vous pouvez trouver une présentation sur le site du musée d'Orsay. Et pour un vrai commentaire, c'est par ici.

Posté par lillounette à 13:00 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags : , ,