29 mai 2007

Encore du papotage...

Copie_de_a_room_with_a_viewVous l'avez peut-être constaté, j'ai (enfin) réussi à créer une bannière pour mon blog. Je sais que c'est la chose qui vous préoccupait le plus ces derniers mois... alors je voulais vous faire partager ce moment de bonheur. 
Vous vous bidonnez dans doute, mais pour un as de l'informatique tel que moi, même une bannière (trop courte, je sais) est un exploit. J'espère qu'elle vous plaît en tout cas.
Je vous ai mis des images de deux de mes films préférés : Chambre avec vue, adaptation de Avec vue sur l'Arno de E.M. Forster, roman dont je vous avais parlé (depuis, j'ai refait l'article) et qu'il devrait être obligatoire de connaître (j'espère d'ailleurs que Morwenna, Papillon vous ont mis l'eau à la bouche...). Je m'étend, mais je vous assure qu'il faut lire Forster.
L'image avec Kate Winslet et Emma Thomson est tirée quant à elle Raison et Sentiments de Ang Lee. Je ne vous ferais pas la même pub Jane Austen, Cuné s'en est gracieusement chargée ces derniers temps. Même s'il va de soi qu'Austen est un auteur à lire absolument.

Voilà, voilà, merci de votre attention^^

Pour les lectures, ça vient, ça vient...

Posté par lillounette à 20:56 - - Commentaires [27] - Permalien [#]


Elisez votre livre préféré...

C'est chez Virginie/Chrestomanci. Vous vous souvenez peut-être avoir été sollicités pour dresser la liste de vos dix livres préférés. A partir des votes, Virginie a établit une liste. Maintenant, à nous de choisir notre favori.

Je sais qu'on vote beaucoup ces derniers temps, mais ça ne prend pas de temps, alors au boulot !

Posté par lillounette à 11:25 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

27 mai 2007

Au nom du Roi ; Annie Jay

51Y9tSJydHLEdition Le livre de Poche ; 222 pages.
4,80 euros.

" Paris, 1671. Exupère Lecoq, dix-sept ans, beau, dégourdi et de bonne éducation, se voit confier la mission de garde du corps auprès du fils de Madame de Sévigné. Depuis quelques temps, en effet, de riches jeunes gens disparaissent mystérieusement. Une magnifique femme serait à l'origine de ces enlèvements. Qui est-elle ? Quel est son dessein, sinon celui de détourner la fortune de ses victimes ? Exupère va lui servir d'appât... "

Ayant adoré Un complot à Versailles du même auteur, c'est avec beaucoup d'enthousiasme que j'ai ouvert ce livre.

A nouveau, Annie Jay nous fait enquêter dans le Paris de Louis XIV, aux côtés d'une police qui pourchasse aussi bien les assassins que les (trop) libres penseurs. Nous avons également accès au salon de Mme de La Fayette, ainsi qu'aux problèmes de dot de Camille, la jeune fille à laquelle ce fripon d'Exupère fait les yeux doux (sans succès naturellement). Toutefois, ce livre m'a paru un peu moins concentré sur l'aspect historique que Un complot à Versailles, afin de donner davantage de dynamisme au récit (c'est plus court également).
Les personnages, qu'il s'agisse d'Exupère, de Camille, de Mme de Sévigné, de Marcelin ou encore du vieux La Fontaine, sont très sympathiques, et résument un certain nombre de statuts sociaux de l'époque.
Ce roman est drôle, vif, et romantique. En résumé, tous les ingrédients sont réunis pour nous faire passer un très bon moment.

A noter tout de même que l'une des scènes finales est assez choquante pour des enfants trop jeunes. Mais elle reste quand même supportable, et à part ça, ce livre passe très bien !

Posté par lillounette à 18:11 - - Commentaires [15] - Permalien [#]

25 mai 2007

Doggy Bag Saison 1 ; Philippe Djian

41_KFYYwLMLÉdition 10/18 ; 266 pages.
7,30 euros.

" Marc et David Sollens, la quarantaine sexy, ont tout pour être heureux. A la tête d'un florissant garage de voitures de luxe, leur vie s'écoule avec ses faiblesses, ses accélérations, ses rencontres d'un soir, ses passions et ses tracas. Vingt ans plus tôt, ils faillirent pourtant s'entretuer pour une jeune femme, Edith, qui disparut comme elle était venue. Les plaies furent pansées et nos deux frères enterrèrent la hache de guerre. Mais par un beau matin, la belle pointa de nouveau le bout de son nez. Le " plus américain des romanciers français " nous offre avec Doggy bag une série romanesque mixée sur les platines des séries télé auxquelles il a eu la bonne idée d'emprunter les codes, la vitesse, et la structure en 24 images seconde. "

Je vous délaisse un peu ces derniers temps, je dois réviser mes examens. J'essaie quand même de lire quelques pages par jour, ce qui m'a permis de faire une belle découverte avec ce livre. J'ai très bien vu pourquoi la quatrième de couverture parle de côté "américain" à propos de Philippe Djian. Pour les points communs avec les séries américaines, j'avoue ne pas trop connaître. Mais il s'agit d'une chronique comme on en retrouve beaucoup chez 10/18. Stephen McCauley, Louis Bayard ou Jonathan Tropper (si Patch passe par là...) ont un peu le même genre.

En fait, c'est exactement le genre de lecture dont j'avais besoin pour me détendre. C'est dynamique, drôle et attachant. J'aime beaucoup les différents points de vue sur une même situation. Ils nous montrent que les choses sont plus compliquées qu'on le pense, et qu'en fin de compte, chacun fait ce qu'il peut. N'allez pas croire non plus qu'il s'agit d'un livre hautement philosophique. Ce que j'essaie de dire, c'est qu'on apprécie tout de suite ces personnages, dont la vie peut être d'abord perçue comme un véritable désastre. Il nous font oublier nos propres soucis en nous intéressant aux leurs, forcément beaucoup plus passionnants (d'autant qu'on peut critiquer...). Tout cela grâce à de gros clichés, qui donnent une dose très appréciable de second degré à l'histoire.

Je vous ferais peut-être une critique un peu plus détaillée plus tard, mais là je suis vraiment fatiguée. En tout cas, je peux vous dire que j'ai hâte de lire la suite  de cette série! (6 livres sont prévus, dont 4 sont déjà sortis)

L'avis de Livrovore et celui de Val.

Posté par lillounette à 15:17 - - Commentaires [17] - Permalien [#]

21 mai 2007

La fontaine de sang ; Charles Baudelaire

Nymphes_1_
John William Waterhouse ; Hylas et les nymphes.

La fontaine de sang

Il me semble parfois que mon sang coule à flots,
Ainsi qu'une fontaine aux rythmiques sanglots.
Je l'entends bien qui coule avec un long murmure,
Mais je me tâte en vain pour trouver la blessure.

À travers la cité, comme dans un champ clos,
Il s'en va, transformant les pavés en îlots,
Désaltérant la soif de chaque créature,
Et partout colorant en rouge la nature.

J'ai demandé souvent à des vins captieux
D'endormir pour un jour la terreur qui me mine ;
Le vin rend œil plus clair et l'oreille plus fine !

J'ai cherché dans l'amour un sommeil oublieux ;
Mais l'amour n'est pour moi qu'un matelas d'aiguilles
Fait pour donner à boire à ces cruelles filles !

Charles Baudelaire

Posté par lillounette à 16:46 - - Commentaires [15] - Permalien [#]


17 mai 2007

Décidément...

... l'humour anglais m'épatera toujours ! Saviez-vous qu'un chat baptisé Humphrey avait été employé au 10 Downing Street, la résidence du Premier ministre britannique ? Pour connaître son histoire et rire un peu de ses péripéties, cliquez ici (article traduit de l'anglais depuis wikipedia.org).

Posté par lillounette à 08:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]

16 mai 2007

Le cadavre du métropolitain ; Lee Jackson

51pCs2FG9yLEdition 10/18 ; 285 pages.
7,30 euros.

" A la fin du XIXe siècle, Londres est une cité tentaculaire aussi monstrueuse que fascinante où le crime s'épanouit sans vergogne. Cette capitale est le terrain de chasse de Decimus Webb, inspecteur de Scotland Yard au flegme tout britannique... Lorsqu'une jeune femme est étranglée dans le métro fraîchement inauguré, la presse s'empare de l'affaire et le public en émoi réclame l'arrestation du " meurtrier du métropolitain ". L' inspecteur Webb aura besoin de toute sa clairvoyance pour progresser dans cette enquête qui va l'entraîner des taudis londoniens jusqu'au " Foyer d'Holborn pour femmes repenties ", dirigé par l'intraitable Miss Philomena Sparrow. "

C'est Lou qui m'a fait découvrir ce livre, qui quitte les beaux quartiers où enquête Thomas Pitt pour les milieux plus modestes (voire misérables) de la capitale anglaise.

J'ai été surprise de constater que ce "polar" n'en est pas vraiment un, dans la mesure où l'intrigue semble reléguée au second plan dans ce livre (on la perd d'ailleurs presque complètement de vue), et sert surtout à nous entraîner dans les bas quartiers de Londres où évoluent les personnages. La lecture est assez agréable globalement, mais je n'ai pas trouvé cette histoire captivante non plus. Les chapitres sont courts, mais cela sert davantage à faire alterner les personnages qu'à donner du rythme au livre (même s'il y a une accélération sur la fin). Il m'a fallu un peu de temps pour me rappeler qui était qui, et cela a un peu gêné ma lecture.
La reconstitution est intéressante, mais j'ai trouvé que les expressions employées étaient parfois lourdes. Après, cela vient peut-être de la traduction...
Peu à peu, les personnages deviennent familiers, certains se révèlent attachants, et on se met à se soucier de leur sort. L'explication finale est bien trouvée, et je suis contente d'avoir lu un livre illustrant la condition de certaines couches de la société londonienne au XIXe. 
Mais j'ai trouvé l'hécatombe qui accompagne la résolution de l'affaire plutôt grotesque. Quant à la fin, qui se veut malicieuse, je l'ai trouvée plutôt banale, et mon côté fleur bleue en aurait préféré une autre...

Pour résumer, je suis un peu mitigée. L'inspecteur Webb n'est pas vraiment un personnage sympathique, j'attendrais de voir ce que les fans ont pensé du tome 2 pour y jeter un oeil.

L'avis de Marie.

Posté par lillounette à 08:00 - - Commentaires [23] - Permalien [#]

14 mai 2007

Cette fois, c'est la femme... Arthur Rimbaud

Je n'aime pas beaucoup la prose d'ordinaire, mais ce poème est magnifique, notamment le dernier paragraphe.

the_20star_1_
L'étoile ; Edgar Degas

Cette fois, c'est la Femme...

Cette fois, c'est la Femme que j'ai vue dans la ville, et à qui j'ai parlé et qui me parle. J'étais dans une chambre sans lumière. On vint me dire qu'elle était chez moi : et je la vis dans mon lit, toute à moi, sans lumière ! Je fus très ému, et beaucoup parce que c'était la maison de famille : aussi une détresse me prit ! j'étais en haillons, moi, et elle, mondaine, qui se donnait ; il lui fallait s'en aller ! Une détresse sans nom, je la pris, et la laissai tomber hors du lit, presque nue ; et dans ma faiblesse indicible, je tombai sur elle et me traînai avec elle parmi les tapis sans lumière. La lampe de la famille rougissait l'une après l'autre les chambres voisines. Alors la femme disparut. Je versai plus de larmes que Dieu n'en a pu jamais demander.

Je sortis dans la ville sans fin. Ô Fatigue ! Noyé dans la nuit sourde et dans la fuite du bonheur. C'était comme une nuit d'hiver, avec une neige pour étouffer le monde décidément. Les amis auxquels je criais : où reste-t-elle, répondaient faussement. Je fus devant les vitrages de là où elle va tous les soirs : je courais dans un jardin enseveli. On m'a repoussé. Je pleurais énormément, à tout cela. Enfin je suis descendu dans un lieu plein de poussière, et assis sur des charpentes, j'ai laissé finir toutes les larmes de mon corps avec cette nuit. - Et mon épuisement me revenait pourtant toujours.

J'ai compris qu'elle était à sa vie de tous les jours ; et que le tour de bonté serait plus long à se reproduire qu'une étoile. Elle n'est pas revenue, et ne reviendra jamais, l'Adorable qui s'était rendue chez moi, - ce que je n'aurais jamais présumé. - Vrai, cette fois, j'ai pleuré plus que tous les enfants du monde.

Arthur Rimbaud

Posté par lillounette à 08:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

12 mai 2007

Le cadavre de Bluegate Fields ; Anne Perry

61F9CNGKBXLEdition 10/18 ; 381 pages.
7,80 euros.

" Londres, 1886. Le corps d'un jeune aristocrate est retiré des bas-fonds de Bluegate Fields. L'autopsie révèle qu'Arthur Waybourne, seize ans et déjà syphilitique, a été violé puis noyé dans un bain. Malgré les récriminations du père, un lord soucieux de sauvegarder les apparences, tout indique que le crime a été commis par un familier. Entravé par un supérieur soucieux de ménager la haute société, contrarié par un second qui singe les manières de l'aristocratie, l'inspecteur Thomas Pitt n'aura pas trop de toute sa conscience professionnelle pour ne pas se contenter du coupable idéal. Voulant sauver un innocent, l'inspecteur continue, au risque de sa carrière, à rechercher le vrai criminel. Dans l'ombre, son épouse, Charlotte et sa belle-soeur, Emily Asworth, ne restent pas inactives. "

C'est la sixième aventure de Charlotte et Thomas Pitt que je lis, et décidément je ne m'en lasse pas. Le thème central de ce roman est l'homosexualité, totalement réprouvée dans l'Angleterre victorienne. J'ai trouvé que ce livre contenait les personnages les plus détestables rencontré jusque là chez Anne Perry, Lord Waybourne. Le supérieur de Thomas se révèle également comme étant un homme particulièrement exécrable. Et ce lèche-bottes de Gillivray ! J'espère que Thomas aura bientôt l'occasion de leur faire regretter leur attitude...
Il y a une tension assez importante dans ce roman, car on redoute l'erreur judiciaire. On suit Charlotte au tribunal, puis on se rend avec elle et sa soeur Emily à la morgue. Dominic Corde fait son retour dans la série, toujours aussi séduisant que vieux-jeu, et emmène sa belle-soeur Charlotte dans un lieu de rencontre assez particulier... Quant à Tante Vespasia, elle nous prouve une fois de plus combien elle est audacieuse.
Le couple Pitt évolue également dans ce volume. Charlotte ressent pour la première fois de la jalousie, et Thomas tente de se montrer autoritaire avec sa femme afin de la préserver. Ce à quoi il ne parvient pas, naturellement !

J'apprécie le fait qu'Anne Perry parvienne à varier les thèmes abordés d'un tome à l'autre, tout en conservant un cadre général similaire. Son écriture est toujours aussi efficace, et ne laisse passer aucun passage ennuyeux.

Comme j'ai du mal à lâcher Anne Perry une fois que je suis lancée, je pense que je vous en reparlerai très prochainement.

Posté par lillounette à 08:00 - - Commentaires [23] - Permalien [#]

10 mai 2007

Rutland Place ; Anne Perry

61YPVN5ET8LEdition 10/18 ; 314 pages.
7,30 euros.

Charlotte Pitt reçoit un message de sa mère, Caroline Ellison, car un objet compromettant qu'elle possède a disparu. En se rendant à Rutland Place, elle s'aperçoit que plusieurs autres choses se sont volatilisées dans le voisinage. De plus, Caroline se sent épiée. Quand une femme est assassinée, Thomas Pitt entre en scène. Aidé de Charlotte et d'Emily Ashworth (qui fait son grand retour), il va tenter d'établir des liens entre les faits et d'éclaicir le mystère, malgré les réticences habituelles de la haute société à dévoiler ses secrets. Chantage, empoisonnement, idylles, tout est réuni pour une nouvelle aventure des époux Pitt... (je sais, j'ai encore du boulot pour apprendre à résumer un livre)

Ayant fait quelques lectures plutôt déprimantes ces derniers temps, j'ai décidé de me réconforter en retrouvant des personnes connues, à savoir l'Inspecteur Pitt et sa femme. J'ai bien fait de reprendre cette série, car ce tome est celui qui m'a le plus touchée depuis le début.

On retrouve dans ce livre le discours habituel d'Anne Perry sur les comportements hypocrites de la haute société londonienne et sur l'injustice sociale règnant dans l'Angleterre victorienne. Pitt est toujours mal habillé, Charlotte continue à parler avec une franchise effrayante, et Emily maîtrise de mieux en mieux les ficelles permettant d'évoluer dans le milieu de l'aristocratie. Nous retrouvons également Edward et Caroline Ellison, les parents de Charlotte, avec beaucoup de plaisir.

Ce qui m'a touchée dans ce roman, ce sont certains des habitants de Rutland Place. Ambrosine, contrainte de vivre avec un mari "fossilisé", mais aussi Eloise. J'avais vaguement entrevu le drame exposé dans ce roman au cours du livre, mais sans oser y croire. Le dénouement m'a vraiment noué le ventre. Comme je ne peux pas dévoiler l'intrigue, je m'arrête là...
Autre point très positif du roman, les scènes plus légères. Même si c'est fait de façon un peu grossière, je me suis bien amusée à voir Charlotte dans un music-hall, se saoûler au champagne (la classe ! Même si quand on est enceinte, c'est moyen...), et rentrer complètement ivre chez elle, en chantant des chansons d'ivrogne. La réaction de Pitt est assez impitoyable d'ailleurs...

Pour résumer, j'ai passé un excellent moment de lecture, et j'espère retrouver certains personnages dans les tomes à venir.

Posté par lillounette à 08:02 - - Commentaires [12] - Permalien [#]