11 novembre 2006

Encore des livres...

J'ai beau avoir affirmé à Patch que je voulais faire une désintoxication, j'ai encore craqué toute la semaine, et je suis entrée dans plein de librairies...

J'ai trouvé L'homme au masque de Catherine Cookson, après beaucoup de recherches infructueuses. J'ai aussi acheté La Garden Party de Katherine Mansfield, Gelée Royale de Roald Dahl, La Vallée des larmes de Sonia Marmen, Les colombes du Roi Soleil d'Anne-Marie Desplat-Duc, Le Jardin Secret de Frances H.9782070518449TN_1_ Burnett (j'avais adoré le film étant petite), La Fascination du pire de Florian Zeller, Vie et mort de la jeune fille blonde de Philippe Jaenada, Le menteur de Henry James, et les9782253117308TN_1_ Pensées de Marc-Aurèle.208163039722580673402070413071

Ils vous disent à bientôt pour une prochaine critique !

Posté par lillounette à 17:30 - - Commentaires [13] - Permalien [#]

Jane Austen. Passions discrètes ; Claire Tomalin

2746700115

Editions Autrement ; 411 pages.
22,95 euros.

"A l'enfant, pour qui les livres étaient un refuge. A la petite fille que son imagination entraînait dans des directions surprenantes à mesure qu'elle se découvrait le pouvoir de raconter des histoires. A la jeune fille énergique qui aimait danser et plaisanter ; qui rêvait d'un mari et s'exerçait à écrire des romans de toute la force de son intelligence. A la jeune personne de vingt-cinq ans qui jugea qu'elle n'aimait pas les gens et qu'elle ne pouvait plus écrire ; qui fut tentée de faire un mariage rassurant et sans amour et en repoussa la tentation. A la femme qui donnait son amitié aux gouvernantes et aux domestiques. A l'auteur publié, rayonnant de sa réussite et de la maîtrise de son art. A la mourante qui a affronté la mort avec courage et continua à écrire jusqu'à ses derniers instants. La Jane Austen que je préfère est celle qui se rit des opinions du monde. C'est une chance qu'elle ait une telle faculté de rire."

Il s'agit de la première biographie que je lis, sauf erreur de ma part, pour le plaisir. Et je dois bien avouer que je me suis régalée. Un peu comme dans un roman, plus on avance, et plus l'histoire que nous raconte Claire Tomalin est passionante. On a l'impression, avec tous les détails donnés par l'auteur, d'avoir été introduits dans le monde de Jane Austen. Les personnages de son entourage sont décrits avec précision pour que l'on comprenne au mieux le milieu de Jane Austen, malgré le manque de sources existantes à son sujet. Des tas de petites anecdotes sont contées, et nous montrent que l'on peut supposer que dans tel ou tel personne, Jane Austen a trouvé l'un des personnages de son roman.
Par ailleurs, d'un point de vue historique, cette biographie est extrêmement riche sur la façon de vivre au XIXème siècle d'une jeune fille comme Jane Austen, mais pas seulement, cette dernière ayant des frères qui ont dû mener à bien leurs affaires, d'autres qui s'embarquent dans la marine au moment des guerres contre les révolutionnaires français, un membre de sa famille (par alliance) guillotiné.
Ce contexte est celui dans lequel Jane Austen a rédigé ses oeuvres. J'aime beaucoup les passages où Claire Tomalin nous parle des pièces de théâtre de James Austen, le frère aîné de Jane, des premiers écrits extrêmement cyniques de cette dernière. D'ailleurs, lorsque l'on connaît le goût prononcé de Jane Austen pour les fins heureuses, on se demande quel est le lien avec ses oeuvres toujours très noires de jeunesse. En fait, c'est probablement la "maturité" (le mot n'est pas très pertinent quand on sait qu'elle a écrit plusieurs de ses romans avant l'âge de trente ans...) qui l'a amenée à modérer ses écrits, et à récompenser les gentils et les repentants. Ceci tout en gardant son ironie implacable qui me ravit tant. C'est ceci qui est absolument inimitable chez Jane Austen, l'alliance de l'étude du genre humain sur fond d'une sublime histoire d'amour avec un regard d'une sévérité absolue sur la société qui entoure ses héros.
J'ai quelques désaccords avec Claire Tomalin sur l'interprétation des livres de Jane Austen ; pour moi Marianne Dashwood épouse bel et bien le Colonel Brandon par amour, il est écrit qu'elle découvre que l'on peut aimer deux fois. En revanche, je n'ai jamais pensé qu'Elizabeth Bennet puisse être amoureuse de George Wickham. Elle a un faible pour lui, mais ce n'est pas de l'amour selon moi.
Mais sinon, vraiment, c'est une lecture que je recommande à tous ceux qui aiment Jane Austen. L'hommage que lui rend Claire Tomalin est vraiment à la hauteur du personnage.

Posté par lillounette à 08:46 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,
10 novembre 2006

Coup de gigot et autres histoires à faire peur ; Roald Dahl

2070551814

Edition Folio Junior ; 116 pages.
3 euros.

"Qui pourrait croire que derrière cette paisible ménagère, si tendre et si attentionnée avec son mari, se cache une terrible meurtrière ? Et cette logeuse débordante d'amabilité et de gentillesse, comment ne pas lui faire confiance ? Mais attention ! Les apparences sont parfois trompeuses..."

Moi qui croyait que Roald Dahl écrivait pour les enfants, je me suis lourdement trompée. Ses nouvelles sont délicieusement cruelles et très drôles. Cette logeuse dont on devine peu à peu à peu la monstruosité, et surtout ces ménagères, paisibles et dévouées à leur mari en apparence, mais qui décident sur un coup de tête de faire ce qu'elles ont toujours rêvé de faire. C'est à dire, se délivrer de ces maris qui ne se sont jamais souciés de leurs désirs, et qui ont agit sur leurs vies comme s'ils en étaient les propriétaires. J'aime beaucoup "Mary et William", c'est un véritable retournement de situation, de l'homme qui donne des conseils domestiques à sa femme même après sa mort au "bébé" totalement soumis aux désirs presque vengeurs de son épouse. Certes, l'image de la douceur féminine prend un sacré coup, mais quel régal !

Merci  à Allie de m'avoir fait découvrir ce petit recueil...

Posté par lillounette à 17:10 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
08 novembre 2006

Cousine K ; Yasmina Khadra

2266144553

Edition Pocket ; 107 pages.
5,20 euros.

"Entre les murs d’une grande propriété isolée, un homme et sa mère vivent dans l’attente du retour du fils aîné. Torturé par un amour qu’il dit avoir à jamais perdu et par le manque de sentiments que lui témoigne sa mère, l’homme se souvient de son enfance et des épisodes tragiques qui l’ont rythmée.
Récit flamboyant d’une souffrance incandescente, Cousine K relate la folie d’un homme et ses efforts désespérés pour conjurer une enfance vécue comme une malédiction. Une enfance faite de lambeaux, une île maudite, désertique, comme une prison aux grandes fenêtres de ronces. Survivant de ce long hiver, le personnage campé par Yasmina Khadra nous conte l’enfer quotidien de celui qui attend un geste d’affection comme on espère sa libération de l’antre de la mort. Avec une justesse qui fait de ce texte bref une perle noire aux émotions contradictoires, il confirme son sens de l’observation dans cette exploration de l'esprit humain en proie aux démons de la haine. --Hector Chavez --."

C'est le premier livre que je lis de cet auteur, et même si j'ai beaucoup aimé, je ne sais pas s'il y en aura d'autres. C'est une atmosphère très pesante que l'on trouve dans ce roman. Yasmina Khadra décrit très bien la solitude de son personnage, qui est totalement inexistant pour son entourage, et qui en souffre énormément. Peu de choses l'atteignent vraiment, il ne pleure pas son père par exemple, pourtant décédé de manière très brutale. Cependant il est profondément blessé par sa mère, qui ne prend même pas la peine de l'appeler par son propre nom. Et l'on sait combien l'amour et le regard d'une mère peuvent déterminer la vie de ses enfants...
Le narrateur, dont on ne connaît pas le nom (il est trop insignifiant aux yeux des autres pour être nommé), est fasciné par cette cousine K, pourtant très méchante avec lui. Mais, elle a le mérite à ses yeux de savoir qu'il existe. Toute la souffrance emmagasinée par le narrateur va le plonger peu à peu dans la folie, et le rendre obsédé par une seule idée, se rendre utile. C'est bien cela qu'il gémit un soir, il veut être serviable, parce que c'est la seule façon qu'il a d'exister.
Cet homme semble d'abord totalement apathique, puis blessé, avant d'apparaître comme un fou. Mais l'auteur parvient, malgré le sentiment d'horreur qui nous saisit, à nous faire compatir pour son héros.
Un livre bouleversant !

Posté par lillounette à 21:32 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
07 novembre 2006

Daisy Miller ; Henry James

2070422054

Edition Folio 2 euros ; 106 pages.
2 euros.

"Daisy Miller est jeune, belle et riche, mais son indépendance et ses manières excentriques d'Américaine choquent la vieille société européenne qui lui ferme ses portes. Toujours accompagnée de Giovanelli, un jeune mondain chasseur de dots, elle compromet sa réputation avec désinvolture. Même Winterbourne, son meilleur ami, ne croit plus à son innocence. Un soir, alors qu'elle contemple le clair de lune au pied du Colisée, elle contracte une maladie mortelle..."

Je sais, j'avais mis cet auteur et ce livre sur ma liste de Challenge 2007... Mais il se trouve que je n'ai pas pu résister, et à vrai dire, je n'ai aucun remords. Parce que je suis ravie d'avoir (enfin) fait connaissance avec Henry James. Cette nouvelle est bien écrite, elle se lit extrêmement rapidement, et elle donne envie de découvrir les autres oeuvres de l'auteur. Bref, une nouvelle mission parfaitement réussie pour cette collection Folio 2 euros.
J'avoue avoir été assez déconcertée par les manières très indépendantes de Daisy Miller, dont on ne sait pas trop durant toute la nouvelle, si elle agit comme elle le fait par insouciance, par provocation ou par vulgarité. Dans cette nouvelle, Henry James nous dévoile le poids du regard des autres, et ses conséquences sur une très jeune femme. Car ce n'est pas parce qu'elle semble se moquer et même ignorer les cancans que Daisy Miller n'est pas en réalité profondément blessée par toutes les rumeurs qui circulent sur elle. Elle tente de vivre, tout simplement, mais l'incompréhension des autres lui fait payer très cher son audace. Même Winterbourne, qui est pourtant le premier à vouloir croire en elle, hésite à le faire. Et pourtant, cette jeune fille qui est avant tout humaine avant d'être originale aurait bien eu besoin de son soutien .
J'ai été assez déçue par la fin, trop brève cependant. Je sais que les nouvelles ont par définition une chute déconcertante, mais j'ai toujours du mal à m'y faire...

Posté par lillounette à 22:48 - - Commentaires [13] - Permalien [#]


05 novembre 2006

Sanditon ; Jane Austen

2253147362

Le Livre de poche ; 381 pages.

"Ce manuscrit inachevé de 1817 de Jane Austen qui en a écrit les onze premiers chapitres (p. 8-83) a été finalement complété par une modeste romancière. Les amateurs apprécieront."

Ce livre est le dernier roman de Jane Austen, laissé inachevé après la mort prématurée de celle-ci. Il a été complété par une romancière anonyme, qui s'est servi des autres oeuvres de Jane Austen, et des notes laissées par cette dernière. Je dois reconnaître que c'est assez réussi. L'autre romancière a tenté de conserver un style ironique et de construire une histoire avec des ficelles qui ressemblent à celles que l'on trouve dans les autres romans de Jane Austen. Cette dernière n'a de toute façon pas eu le temps de corriger son ébaûche, si bien que la romancière qui a terminé Sanditon a pu se permettre quelques libertés.
Mais je rassure les inconditionnels de Jane Austen, nous avons bien là une héroïne austenienne, une jeune fille fine observatrice du monde qui l'entoure, Charlotte, qui est quelque peu bouleversée dans ses habitudes lorsque surgit dans sa vie le jeune et élégant Sidney Parker. Celui-ci est d'une grande franchise quand il s'agit de juger ses semblables, et également manipulateur à souhait lorsqu'il veut obtenir quelque chose. Ce défaut pas très caractéristique des héros austeniens est ce qu'on peut le plus reprocher à celle qui a achevé le livre. Certes, Sidney est joyeux et il fait partie de ces gens qui savent toujours ce qu'il convient de faire. Mais les révélations finales le rapprochent plus d'un Henry Crawford que d'un mari tel que le souhaitait Jane Austen pour ses autres héroïnes. Je justifie cela en me disant qu'Henry est un héros plus moderne que les autres en raison de sa création tardive.

A part cela, nous avons de toute façon onze chapitres entièrement écrits par l'auteur et de quoi ne pas trop rester sur notre faim par la suite, ce qui est déjà pas mal.

Posté par lillounette à 16:18 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :
04 novembre 2006

Ne le dis à personne ; Réalisé par Guillaume Canet

ne_le_disRéalisateur : Guillaume Canet.

Acteurs : François Cluzet (Alexandre Beck), Marie-Josée Croze (Margot Beck), André Dussolier (Jacques Laurentin), Krinstin Scott Thomas (Helene Perkins), Nathalie Baye (Elisabeth Feldman), Jean Rochefort (Gilbert Neuville), Guillaume Canet (Philippe Neuville).

Durée : 2 heures et 5 minutes.

L'histoire : "Sa femme Margot a été sauvagement assassinée par un serial killer. Totalement détruit, Alex ressasse jour après jour le souvenir bouleversant de son amour perdu.
Huit ans ont passé. Alex reçoit un e-mail anonyme. Il clique : une image... le visage d'une femme au milieu d'une foule, filmé en temps réel. Celui de Margot..." (résumé Allociné).

Confier l'adaptation du best-seller de Harlan Coben à un jeune réalisateur français (que j'apprécie pourtant beaucoup), cela me semblait être très risqué. Pourtant, je vais me joindre à l'immense majorité des critiques, et déclarer que ce film est une vraie réussite. Le mot qui me vient pour qualifier cette adaptation est "intelligente".

Le film ne suit pas le roman à la lettre. Pourtant, l'excellent François Cluzet parvient sans peine à nous faire oublier qu'il n'a pas l'âge du "vrai" Beck. C'est bien un homme poussé par un fol espoir qui agit, et qui nous rappelle que l'amour et le chagrin n'ont pas d'âge. Je donne également une mention spéciale à Nathalie Baye, sublime en avocate sûre d'elle et classe à souhait. Kristin Scott Thomas rayonne en confidente dévouée. Jean Rochefort, André Dussolier et François Berléand aussi sont très bien choisis, et nous rappellent que le cinéma français possède de grands acteurs.

Même la transposition de l'histoire en France ne passe pas trop mal, grâce à une habile modification de l'histoire (le côté mafieux du livre ne pouvait pas passer en France).

Seulement quelques petits regrets, des phrases "cultes" qui manquent. L'absence du tueur à gages du livre (invraisemblable en France il me semble) , la modification de la fin s'expliquent très bien. Le fait d'expliquer la mort du fils Neuville de façon différente était indispensable, puisque Beck ignore que sa femme a été battue. Le temps limité d'un film ne permet pas de tout adapter dans son ensemble, et oblige donc le réalisateur à bouleverser quelques aspects de l'histoire. 

Vous l'aurez compris, je me suis régalée, et je n'ai qu'une envie, me replonger dans le livre...

Posté par lillounette à 11:46 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
02 novembre 2006

La Bibliothèque Idéale

En furetant sur le site du magazine Lire, j'ai trouvé un lien vers bibliothaeca idealis. Quand on cherche des idées de lectures, on est toujours un peu perdu. Ce site recense les livres préférés toutes époques et tous genres confondus, selon un classement des lecteurs.

Il donne également des liens vers une liste spécialisée dans la littérature anglophone ici.

Pour la littérature russe, cliquez ici.

Et j'ai également trouvé un palmarès allemand ici.

Je sais, ce n'est pas très significatif, les livres adorés par le public ne sont pas forcément des chefs d'oeuvre. Mais ces listes peuvent attiser notre curiosité, elles ne donnent pas que des références de romans "classiques" (Amélie Nothomb, Umberto Eco, ou Paolo Coelho font partie du classement). Et puis, je pense que pour aller voter sur un site pour les livres que l'on aime, il faut être quelqu'un qui aime la lecture, et qui a envie de partager ses coups de coeur. A voir donc !

Posté par lillounette à 20:33 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
01 novembre 2006

Une fenêtre sur l'Hudson ; Brian Morton

2714441254 Belfond ; 312 pages.

"Les amours contrariées de deux artistes new-yorkais... Une tendre ballade à Manhattan, une réflexion sur la fragile harmonie entre l'art et la vie, un roman brillant, plein d'humour et d'émotion. Nora, une jeune nouvelliste de trente-cinq ans, a cessé d'écrire. Ses textes, inspirés des expériences de ses proches, lui ont valu de se brouiller avec eux. Pourtant, elle ne peut se résoudre à renoncer à sa vocation. Un soir d'insomnie, elle appelle le seul être qui puisse la comprendre : Isaac, l'homme qu'elle a quitté cinq ans auparavant. Ce dernier, photographe, traverse lui aussi une crise : il a perdu l'inspiration. Aussitôt renaît leur ancienne complicité, et avec elle son lot de doutes et de peurs. Quelle relation possible entre un artiste dont le talent s'est érodé et un autre en plein devenir ? Peut-on conjuguer amour et dévotion à son art ? Une interrogation d'autant plus brûlante pour Nora que l'être aimé pourrait bien devenir la cible de sa plume acérée..."

Un livre tout en sensibilité, avec deux personnages un peu en manque de repères. On aimerait que Nora hésite moins, que Isaac essaie plus de la bousculer, mais ils ont déjà tant de problèmes qu'on ne peut pas leur en vouloir. Nora aime profondément Isaac, mais qui a peur de s'engager trop, parce qu'elle ne veut pas se perdre davantage. Parce que l'amour, c'est souvent plein de contradictions, d'actes absurdes. Ces deux là s'aiment, se détestent parfois, se font souffrir, mais surtout ils espèrent un peu follement qu'ils finiront par réussir à s'accorder. Puis il y a la maladie de Billie, la tante de Nora, ainsi que la nouvelle écrite par cette dernière, qui blesse profondément Isaac. Celui-ci s'en veut, d'aimer Nora, de croire en des lendemains plus ensoleillés, un peu naïvement.

Je trouve que Brian Morton est un très bon observateur du genre humain. Il met le doigt avec justesse sur la difficulté de comprendre l'autre, surtout lorsque l'on ne parvient même pas à se comprendre soi même. La fin est énigmatique, c'est vrai, mais je trouve qu'elle est parfaitement en harmonie avec le reste du livre. Que peuvent accepter les personnages, et surtout que veulent-ils accepter ? Parce que dans cette histoire, nous avons deux personnes, qui peuvent chacune décider de fuir ou de rester. Même si on préfèrerait qu'elles optent pour la seconde solution... Un livre dont on sort un peu mélancolique et chahuté, mais c'est probablement l'effet recherché.

Lire l'avis (beaucoup) plus enthousiaste de Clarabel.

Posté par lillounette à 14:42 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
31 octobre 2006

Dernières folies...

2714441254J'ai encore mené des raids à la librairie ces derniers jours, et j'ai déniché quelques petites merveilles :

Sans_titreAinsi, j'ai trouvé Une fenêtre sur l'Hudson, de Brian Morton, à un prix très abordable. Je me mets aux livres d'occasion, budget oblige...

Autres trouvailles, Petits suicides entre amis de Arto Paasilinna, Daisy Miller de Henry James (je sens que je vais prendre un peu d'avance sur mon Challenge 2007), La foire aux vanités de William Thackeray (vu la taille, je pense qu'il attendra l'été), Girlfriend dans le coma de Douglas Coupland, Du bout des doigts de Sarah Waters, L'amant de Lady Chatterley de David H. Lawrence, Le liseur de Bernhard Schlink, et Rebecca de Daphné du Maurier.

8070_mini_1_Mais je suis surtout ravie d'avoir déniché Le maître de forges, de Georges Ohnet. Vous savez, un de ces livres que je me plaignais de ne trouver nulle part. Comme quoi, quand on cherche bien un livre, on finit par le trouver.

Connaissez-vous ces livres ? Qu'en avez vous pensé ? Y a t-il d'autres ouvrages de ces auteurs que vous recommandez de lire (ou de fuir) ?

Posté par lillounette à 23:22 - - Commentaires [6] - Permalien [#]


« Début   45  46  47  48  49  50  51  52  53  54    Fin »