31 décembre 2006

Bilan littéraire 2006

Un soir de juillet, sous une chaleur étouffante, j'ai tapé "Orgueil et Préjugés" sur Google, et je suis tombée sur La Bibliothèque d'Allie. C'est comme ça que j'ai découvert qu'un blog, ce n'était pas toujours raconter sa vie (et éventuellement celle des autres) sans aucune pudeur. Puis, l'idée de créer un blog à mon tour a commencé à germer dans ma tête.

En septembre, quand j'ai commencé ce blog, je ne savais pas trop si j'allais le continuer longtemps. Certes, il n'a que trois mois et demi, mais il m'a déjà apporté beaucoup de choses et m'a permis de rencontrer des personnes avec lesquelles parler "bouquins" n'est pas barbant du tout. J'ai pu, grâce à vous, découvrir de nouveaux auteurs, acheter des livres presque les yeux fermés, et surtout échanger mon point de vue sur des lectures communes.

Tout ce blabla inutile pour en venir au fait que je vais faire mon bilan littéraire de l'année. Qui est plein de merveilles en grande partie grâce à vos bons conseils. 

Certains livres présentés sur mon blog ont été lus plusieurs fois en 2006 mais je ne les compte pas. D'autres livres (notamment les BD's) sont comptabilisés sans avoir fait l'objet d'une critique.

Nombre de livres lus : 101.

Les coups de coeur (il y en a eu d'autres, mais cela risquerait de faire un peu chargé) :

Austen Jane : Tous ses livres sont incontournables. Pour leur légèreté, leur humour, qui n'ont pas pris une ride en deux cents ans. Auteur de l'année avec E.M. Forster. Meilleure surprise de l'année avec Orgueil et Préjugés.

Brontë Charlotte : Jane Eyre. S'il fallait n'en retenir qu'un, ce serait celui-là (heureusement, je ne suis pas face à ce choix cornélien).

Dickens Charles : Un chant de Noël. Parce que l'on se souvient de son innocence en le lisant. Livre jeunesse de l'année.

Forster E.M. : Maurice et Avec vue sur l'Arno. Pour leur charme, pour leur bousculement des conventions, pour tout je crois. L'un de mes deux auteurs de l'année avec Jane Austen.

Gaskell Elizabeth : Nord et Sud. Pour ses héros, pour la confrontation de deux mondes qui tentent de s'imposer, de se comprendre. Difficile d'expliquer ses coups de coeur...

Gavalda Anna : Ensemble, c'est tout. Parce que la surprise causée par ce livre a été excellente. Pour son humour et son humanité.

O'Faolain Nuala : Chimères. Encore une fabuleuse surprise. Impossible de dire avec précision ce qui m'a tant plu.

Tremblay Michel : La nuit des princes charmants. Pour son titre et son côté enchanté.

Wilde Oscar : Le fantôme de Canterville. Pour son humour, pour son charme encore une fois.

Les déceptions :

Coben Harlan : Juste un regard. J'ai été très déçue alors que j'avais adoré ses précédents livres.

Coelho Paolo : Le Zahir. Je ne suis pas prête à ouvrir de nouveau un livre de cet auteur. Premier livre de l'année que je n'ai pas fini. J'en suis sortie écoeurée.

Jaenada Philippe : Vie et mort de la jeune fille blonde. Je n'ai pas du tout accroché au style, et n'ai pas eu la moindre indulgence quant au contenu du livre.

James Henry : Le menteur. Je n'aime pas les livres où je ne ressens aucune sympathie pour les principaux personnages, ou alors il faut être très doué (cf. Lady Susan).

Roegiers Patrick : La géométrie des sentiments. Parce que pour moi, art et vulgarité ne vont pas ensemble.

La plus belle couverture de l'année :

Les Heures

Cunningham Michael ; Les Heures.

Dans l'ensemble, 2006 a été une excellente année de lecture. J'espère que 2007 me réservera autant de belles surprises...

Les auteurs à suivre :

Besson Philippe.
Brontë Charlotte.
Gaskell Elizabeth.
Gavalda Anna.
Ishiguro Kazuo.
McCauley Stephen.
Morgan Robert.
O'Faolain Nuala.
Tremblay Michel.
Wilde Oscar.
[...]

Posté par lillounette à 11:12 - - Commentaires [30] - Permalien [#]

29 décembre 2006

Les colombes du Roi Soleil Tome 4 : La promesse d'Hortense ; Anne-Marie Desplat-Duc

2081633752Edition Flammarion ; 328 pages.
10 euros.

" Quatre jeunes filles rêvent d'aventure et de succès. Elevées aux portes de Versailles, ces Colombes du Roi-Soleil volent vers leur destin. Hortense a fait une promesse à son amie Isabeau : rester avec elle à Saint-Cyr jusqu'à leurs vingt ans. Mais Simon, l'homme qu'elle aime, ne supporte plus de vivre loin d'elle. Hortense accepte de s'enfuir avec lui. Même si elle sait qu'elle risque de provoquer le courroux du roi... "

Après avoir écrit un premier tome mettant en scène quatre amies à Saint-Cyr, Anne-Marie Desplat-Duc s'est plu à nous dépeindre la destinée de chacune de ces jeunes filles. Dans ce quatrième tome, c'est donc la jeune Hortense qui est mise en scène.
Certes, l'écriture est parfois un peu maladroite selon moi au niveau de l'usage de termes de l'époque moderne. Mais j'ai adoré suivre Hortense jusqu'en Suisse, voir à différents niveaux les persécutions contre les protestants sous le règne de Louis XIV, puis les excès du protestantisme de Zürich.
C'est aussi la Noblesse qui n'a plus que ses titres pour se pavaner que nous présente Mme Desplat-Duc dans ce roman. Celle des protestants, naturellement, mais aussi celle des catholiques, comme la famille d'Hortense.
Mais surtout, pour les rêveuses (et les éventuels rêveurs), c'est une histoire d'amour touchante, très idéalisée, proche du conte de fées entre Hortense, la sage et catholique demoiselle de Saint-Cyr, et Simon, protestant refoulé et davantage téméraire et insouciant.
Et comme dans tous les contes, il y aura de bonnes fées pour permettre aux deux amoureux de se défaire de la situation embarrassante dans laquelle ils se sont empêtrés et de se retrouver.

Posté par lillounette à 11:13 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
27 décembre 2006

Bonbons assortis ; Michel Tremblay

2742740295Edition Actes Sud ; 179 pages.
15 euros.

" La petite enfance de Michel Tremblay contient en germe la sensibilité et l'émotivité si vives de l'œuvre à venir. Quand il ouvre le tiroir de ce paradis perdu, les trésors qu'il y découvre sont plus vivants que jamais, plus savoureux parce que plus de cinquante ans ont passé, qui les ont affinés en vibrants récits. C'était l'époque où la magie du père Noël opérait encore et où les gentils mensonges des adultes tenaient lieu de vérités : ceux de son frère Jacques et de sa marraine Robertine, ceux de son oncle Josaphat et de sa grand-mère Tremblay, mais surtout ceux de sa mère Nana, qui mêle bonne et mauvaise foi avec un égal bonheur et dont le rire sonore fuse à travers tout l'univers de l'écrivain. "

Toujours sur le conseil d'Allie, j'ai ouvert ce nouveau livre de Michel Tremblay. Le début m'a fait craindre une grave désillusion alors que La nuit des princes charmants m'avait vraiment enthousiasmée. Et puis, dès la seconde nouvelle, je suis entrée dans les souvenirs de ce petit garçon qui se débat lorsque son père, qui le tient dans ses bras pour la première fois depuis des années, décide de l'emmener dehors en plein orage. Pour admirer le ciel, blotti contre lui. Ce recueil de souvenirs est drôle, touchant. On peut facilement se moquer de la famille Tremblay, un peu ridicule, mais qui ressemble finalement un peu à la nôtre. Même si, pour la plupart, nous ne vivons pas avec notre grand-mère, notre tante, nos oncles et nos cousins, ce qui réduit considérablement le nombre d'occasions de se chipoter...
Certes, Michel Tremblay se moque un peu dans ce livre, de sa famille, de lui même. Mais  chaque histoire dévoile un amour profond pour ceux qui en sont les acteurs. Car c'est beaucoup par amour pour sa "moman" que le petit Michel accepte de porter des souliers affreux et trop petits le jour de sa première communion. Et c'est également par amour que la "moman" donne à son fils de quoi acheter "dix petits chinois", ou plutôt leurs "âmes". Même si cela lui coûte le prix d'un "festin pour douze personnes", elle refuse que son petit garçon soit la cible de moqueries.
Nos parents sont souvent maladroits, comme nous, mais ils ne nous blessent pas volontairement. J'ai été triste pour Michel le soir de Noël, quand il reçoit un ours en peluche à la place de la poupée dont il rêvait depuis des mois. Parce qu'un petit garçon, ça ne joue pas à la poupée pensent les adultes. Heureusement que Papa est là et réconcilie son garçon avec le teddy bear, pour ne pas l'empêcher d'être un enfant.

Posté par lillounette à 22:07 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

Pour Noël j'ai eu...

22650765382264043741En ce moment, j'ai beaucoup de travail, les fêtes à préparer, et donc peu de temps pour lire. Mais heureusement, le Père Noël ne m'a pas du tout punie pour mon relâchement. Il m'a donc offert Neiges artificielles de Florian Zeller, qui j'espère, confirmera ma bonne opinion de cet auteur. J'ai également reçu L'affaire Jane Eyre et Délivrez-moi ! de Jasper Fforde. Dans la continuité de Jane Austen, La poursuite 2290336033de l'amour de Nancy Mitford. Pour mon Challenge, j'ai eu les tomes 1 et 2 de La Vallée des larmes (je sais, je les avais achetés il y a longtemps, mais j'ai attendu Noël quand même). Et pour finir, le Tome 4 de Les colombes du Roi Soleil. Alors un grand merci au Père Noël pour ces beaux présents que j'ai hâte d'ouvrir.2081633752

Comme je suis une grande curieuse, puis-je vous demander ce que vous a apporté Papa Noël ? (j'ai oublié de le mettre en béguin pour une célébrité :-o ! )

Posté par lillounette à 14:29 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
24 décembre 2006

Joyeux Noël

Je vous souhaite à toutes et à tous un très JOYEUX NOEL !!! 

J'espère que le Père Noël vous gâtera et que vous passerez un

agréable moment avec ceux que

vous aimez.

Posté par lillounette à 09:47 - - Commentaires [18] - Permalien [#]

23 décembre 2006

Le questionnaire du 7

Florinette m'a aimablement refilé le bébé...

7 choses que vous faites bien :

- Râler
- Acheter des livres
- Mettre les gens en boîte
- Plaisanter
- Bavarder
- Bouquiner
- Rêver

7 choses que vous ne pouvez/savez pas faire :

- Pardonner
- Garder mon porte-monnaie fermé
- Dire aux gens combien je les aime
- Cuisiner
- Admettre que j'ai tort
- Supporter les pleurs et les cris des enfants
- Aller vers les autres

7 choses qui vous attirent dans le sexe opposé :

- La franchise
- La galanterie
- La taquinerie
- Le sentiment d'être en sécurité
- L'impression d'être quelqu'un de bien quand IL me regarde
- La façon de comprendre les choses différemment
- L'humour

7 choses que vous dites souvent :

- P..... !
- Mon Dieu ! (sans aucune implication religieuse)
- C'est pas vrai !
- Mais euh...
- J'en sais rien
- Au revoir !
- Je suis occupée là !

7 béguins pour une célébrité :

- Colin Firth
- Hugh Grant
- L'acteur de Coup de foudre à Bollywood
- Eric de La petite sirène
- Robbie Williams
- Philippe de La Belle au bois dormant
- Le dernier, je peux pas vous le dire, c'est trop gênant...

7 personnes dont vous voudriez qu'elles répondent à ce questionnaire :

Hum, je ne sais pas. Céline peut-être. Choupynette ne s'y est pas encore collée ? Non, sérieusement, qui veut...

Posté par lillounette à 08:58 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
22 décembre 2006

Histoires de Noël ; Bernard Clavel

2226118616Edition Armand Colin ; 192 pages.
12,50 euros.

" Voici le temps de Noël, le temps de tous les mystères, de tous les possibles... Les dix contes de Bernard Clavel, quels qu'en soient le lieu et l'époque, évoquent la justice retrouvée, la générosité qui se révèle, la solidarité simple et belle: Entre neige et feu de bois, tour à tour allégoriques et modernes, féeriques et inquiétantes, ces histoires prouvent combien la magique poésie des nuits de Noël sait nous émouvoir, encore et toujours. "

Que dire de plus ? Ces dix petites histoires se lisent d'une traite. La première histoire est assez déconcertante au début, puis la magie de Noël arrive pour nous rassurer. Ce petit livre est destiné aux grands enfants, il tente d'allier l'ambiance féérique de Noël et la dure réalité quotidienne des hommes et des femmes, de tous temps et de tous horizons.
Parce que quel que soit notre âge, notre lieu de vie, ou notre époque, nous avons besoin de retrouver l'espoir. Mais, comme parfois il nous faut de l'aide pour rêver d'un monde enchanté, Bernard Clavel a décidé de recréer pour nous nos illusions d'enfants. Chaque histoire commence mal, et même si toutes ne s'achèvent pas bien, leurs héros ont ressenti un peu de cette joie si vive qui nous prend le coeur en cette période de fête.
Mes histoires préférées sont Julien et Marinette, une histoire vue et revue, mais toujours aussi belle, et Les soldats de plomb, ou l'on assiste de façon totalement imprévue à la naissance du Père Noël.

Posté par lillounette à 09:59 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
20 décembre 2006

Le fantôme de Canterville ; Oscar Wilde

2290334022Librio ; 93 pages.
1887
.

" Un ministre américain et sa famille achètent à Lord Canterville son château et tout ce qu'il contient... fantôme compris. Mais la famille Otis n'a vraiment pas peur des fantômes. Alors, lorsqu'un spectre qui a l'habitude de terroriser tout le monde se trouve confronté à deux jumeaux qui ne pensent qu'à lui jouer de mauvais tours, il est plus que déconcerté. "

Voilà un livre qui vous mettra du baume au coeur en cette période de fêtes. Certes, l'histoire n'a rien à voir avec Noël, mais elle est très agréable à lire, et si j'avais eu une cheminée, je me serais calée dans un fauteuil à côté pour lire.
Vous vous souvenez de Un chant de Noël de Charles Dickens ? Je suis sortie de ce livre tout aussi émerveillée. D'un côté, nous avons un fantôme qui hante son château, puni pour avoir assassiné son épouse trois siècles auparavant. Il a pris beaucoup de plaisir à faire mourir de frayeur ceux qu'il a rencontrés au cours de son errance.
Mais voilà que le dernier Lord Canterville décide de vendre sa demeure à un ministre américain, Mr Otis. Celui-ci vient avec son épouse, Mrs Otis, son fils aîné, Washington ( "prénommé ainsi par ses parents dans un instant de patriotisme qu'il n'avait jamais cessé de regretter" ), sa fille Virginia, et ses terribles jumeaux. Par avance, le fantôme de Canterville se réjouit à l'idée de jouer bien des tours à cette famille venue du Nouveau Monde.
C'était sans compter sur la personnalité américaine que nous dépeint avec beaucoup d'humour Oscar Wilde. Au lieu de s'émouvoir devant une tache de sang impossible à laver, Washington Otis s'attache à la nettoyer chaque jour avec le Super-Kinettoy et Extra-Détersif Pinkerton. Et quand il entend le bruit des chaînes que traîne le fantôme derrière lui, Mr Otis n'a pas les cheveux qui se dressent sur la tête. Non, il vient poliment lui demander de mettre du lubrifiant Soleil Levant Tammany dessus, pour que le bruit cesse...
En plus, notre pauvre fantôme n'est pas un fantôme comme les autres. Les jumeaux ne cessent de le maltraiter, il s'enrhume, doit garder le lit des jours durant. Et quand il croise un autre fantôme, il s'enfuit terrifié... pour s'apercevoir ensuite que ce n'est qu'un mauvais tour de plus de la part des enfants Otis. Parce que la Noblesse anglaise et ses fantômes, c'est dépassé...
Heureusement, la petite Virginia prendra la peine d'écouter le fantôme de Canterville, et essayera de lui faire retrouver la paix.

A noter que je vous ai indiqué l'édition Librio pour son prix très bas. Cependant, l'édition Hachette BiblioCollège est illustrée, pour seulement 1 euro de plus. C'est celle que je possède.2011682096

Posté par lillounette à 15:53 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
Tags :
19 décembre 2006

L'amour ; Marguerite Duras

2070385531Edition Folio ; 130 pages.
5,10 euros.

" Texte d'une extrême concision et d'une gravité intense. La figure indécise d'une femme enceinte et de deux hommes (l'un est venu pour se tuer), sur une plage éclairée par S. Thala, une ville en flammes. Plus hiératique qu'énigmatique. "

C'est là que les choses se compliquent, parce que je n'ai rien, mais alors rien compris. C'est une lecture assez sympathique, rapide. Mais alors que les personnages principaux sont toujours les trois mêmes, on a l'impression d'en rencontrer des nouveaux à chaque page ou presque. Où cela se passe t-il ? A S. Thala. Ne me demandez pas ce que "S." signifie, je n'en ai pas la moindre idée.
Parfois on pense que c'est une ville au bord d'une rivière, puis une prison, puis le terrain de jeu d'un pyromane. Ou simplement un souvenir... Mais un souvenir de quoi alors ? Euh... là non plus je ne peux pas vous répondre. J'ai cru que c'était le lieu de souvenirs agréables, mais l'abandon semble le marquer.
Et puis, ces personnages, qui sont-ils ? Se connaissent-ils ? Ont-ils vécu une histoire d'amour ? Quel lien les unit ? Pourquoi "le voyageur" voulait-il se tuer ? En quoi la présence de "la femme" a pu le dissuader de se tuer ? Mais ne sont-ils pas déjà morts ?
A chaque fois que l'on pense tenir une réponse, la page suivante vient la contredire.
Bref, une lecture qui tient en haleine en raison de sa brièveté et de son rythme soutenu, mais aussi un roman qui me laisse perplexe, et que j'aurais tôt fait d'oublier.

Posté par lillounette à 19:11 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
18 décembre 2006

Adieu ; Alfred de Musset

monet_claude_la_pie_3100035_1_
La Pie ; Claude Monet

Adieu

Adieu ! Je crois qu'en cette vie
Je ne te reverrai jamais.
Dieu passe, il t'appelle et m'oublie ;
En te perdant je sens que je t'aimais.

Pas de pleurs, pas de plainte vaine.
Je sais respecter l'avenir.
Vienne la voile qui t'emmène,
En souriant je la verrai partir.

Tu t'en vas pleine d'espérance,
Avec orgueil tu reviendras ;
Mais ceux qui vont souffrir de ton absence,
Tu ne les reconnaîtras pas.

Adieu ! tu vas faire un beau rêve
Et t'enivrer d'un plaisir dangereux ;
Sur ton chemin l'étoile qui se lève
Longtemps encor éblouira tes yeux.

Un jour tu sentiras peut-être
Le prix d'un
coeur qui nous comprend,
Le bien qu'on trouve à le connaître,
Et ce qu'on souffre en le perdant.

Alfred de Musset

Posté par lillounette à 09:38 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : ,