09 janvier 2008

Un secret ; Philippe Grimbert

41e1N5vi4dLLivre de Poche ; 184 pages

Il y a environ un an, j'avais adoré La petite robe de Paul du même auteur. Je m'étais promis de lire Un secret assez rapidement, mais comme d'habitude, j'avais tout un tas de livres à lire avant. Il y a quelques mois, j'ai appris par Choupynette qu'une adaptation de Un secret venait de sortir, mais en fait ça m'a plutôt refroidie. Finalement, on me l'a offert, et je l'ai lu tout de suite après.

L'histoire est celle d'un homme (Philippe Grimbert lui même semble t-il) qui nous raconte son enfance auprès de ses parents, Maxime et Tania, deux êtres amoureux du sport. Contrairement à eux, le narrateur n'a pas une forme éclatante, et a le sentiment d'être une déception pour sa famille. Pour compenser, il s'invente un frère, et sa raconte les années de bonheur de ses parents avant sa naissance. Un jour, à l'école, il se jette sur un garçon qui a fait une remarque qui l'a blessé. Il ignore pourquoi, mais il s'est senti insulté. C'est Louise, qui prend soin des muscles de Tania et Maxime, qui va finalement lui dévoiler ce qu'il a toujours pressenti.

Ce que j'aime le plus chez Philippe Grimbert, c'est son style, très technique et très efficace. Cela donne du rythme et de la clarté à ses romans. Grâce à lui, il rend ses histoires parfaitement crédibles, met le doigt exactement là où il le faut, et nous embarque complètement dans son livre. Je pensais qu'en ayant déjà lu Philippe Grimbert, je savais à quoi m'attendre, mais cela ne m'a pas empêché de tomber de haut et de ressortir bouleversée par ce livre. Il démontre que le poids des non-dits, de la culpabilité jamais soulagée peut prendre le visage d'un bonheur parfait grâce à la complicité de tous, de ceux qui essaient d'être heureux comme de ceux qui veulent simplement oublier que le présent a chassé un passé douloureux. C'est évident que tout cela est assez cliché, mais je n'ai absolument pas eu le sentiment d'avoir lu un roman téléphoné de A à Z. Les personnages sont complexes, leurs actions sont parfois cause, parfois conséquence, même si souvent il est difficile de savoir s'il y a vraiment des coupables. De toute façon, la seule chose qui compte, c'est comment les personnages ressentent ce qui s'est passé. Maxime se sent coupable, mais pas parce que Hannah s'est volontairement jetée dans la gueule du loup, parce qu'il croit à une punition du Destin. Il ignore la vérité, alors il se construit des preuves de sa culpabilité. La scène où le narrateur tente d'apaiser son père, après toutes ces années de silence, quand leur chien s'est fait écrasé, m'a énormément touchée.

En résumé, j'ai trouvé ce roman très maîtrisé et bouleversant. Finalement, je verrais bien le film...

" Un 'm' pour un 'n', un 't' pour un 'g', deux infimes modifications. Mais 'aime' avait recouvert 'haine', dépossédé du 'j’ai' j’obéissais désormais à l’impératif du 'tais'. "

Les avis de Biblioblog, Jules, Lily, Anne-Sophie, Anne, et Patch.
Flo a moins aimé.

Posté par lillounette à 11:30 - - Commentaires [21] - Permalien [#]


06 janvier 2008

Entre Dieu et moi, c'est fini ; Katarina Mazetti

18297523_p_1_

Le mec de la tombe d'à côté m'avait beaucoup plu, Entre Dieu et moi, c'est fini est un petit bijou.

Linnea est une jeune Suédoise de seize ans. Elle nous fait partager ses pensées un peu comme elle parle à un mur chez sa grand-mère. Elle nous raconte le lycée, le beau Markus, le pauvre Henrik, et surtout Pia. Pia était sa seule amie, pendant "cent-vingt jours". Mais maintenant, Pia est morte (ne lisez surtout pas la quatrième de couverture du livre, elle en dit beaucoup trop à ce sujet), et Linnea a du mal à s'en remettre.

La vraie réussite de Katarina Mazetti dans ce petit roman est de nous parler de choses pénibles avec énormément de recul et d'humour. Bon, c'est certain qu'à seize ans, on a rarement le sens de l'autodérision de Linnea, mais je me suis beaucoup retrouvée en elle (même si j'ai quelques années de plus). Comme toutes les adolescentes, Linnea est pleine de contradictions. Elle veut parler, mais trouve cela trop douloureux. Elle veut aimer, mais cela semble assez dangereux. Donc mieux vaut qu'elle se focalise sur un type inaccessible qu'elle aime tant qu'il ne la regarde pas, et snober celui qui l'aime parce qu'il lui permet de se détester  elle-même à travers lui...
J'ai adoré les réflexions pleines de n'importe quoi mais très vraies des personnages de ce livre. Même les piques que se balancent les filles, les rapports de force qui basculent parfois en quelques secondes, sont jubilatoires et plus vrais que nature.

Après plusieurs lectures assez éprouvantes (et je n'ai toujours pas ouvert Faulkner...), ce livre était tout à fait ce dont j'avais besoin.

" - [...] Est-ce qu'on peut être indifférent à ses enfants ? Ne pas les aimer ?
  - Dieu a sacrifié son propre fils, si ce qu'on raconte est vrai ", a dit Pia. "
(page 77)

Les avis de Cuné, Clarabel, et Gachucha.

Gaïa ; 160 pages.

Posté par lillounette à 06:30 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags : , ,

04 janvier 2008

La passion selon Juette ; Clara Dupont-Monod

9782246615712_G_1_

Grasset ; 238 pages.
17,90 euros.

C'est Clarabel qui m'a mis l'eau à la bouche en commentant ce roman d'une très belle façon. Les autres avis qui sont apparus sur les blogs étaient tous très bons, du coup j'attendais beaucoup de La passion selon Juette. Finalement, je suis assez déçue.

L'histoire est celle de Juette, fille d'un receveur des impôts. Son physique désespère sa mère qui pense qu'elle ne trouvera jamais de mari. Pourtant, à l'âge de treize ans, Juette accepte de prononcer la phrase qui la marie à un homme qui l'aime, mais qui, à ses yeux, sera seulement un bourreau. Ses deux enfantements, très douloureux, contribueront à affirmer son caractère, à lui faire refuser la vie que les hommes veulent lui imposer. Lorsqu'elle se retrouve veuve quelques années seulement après son mariage, elle décide de faire ses propres choix.

J'ai trouvé que ce livre souffrait de lourdeurs assez nombreuses. Beaucoup de clichés, le personnage de Juette n'est pas vraiment crédible. Certaines choses ne sont pas assez claires à mon goût tandis que d'autres le sont trop. En fait, j'ai eu le sentiment que l'auteur essayait de caser toutes ses connaissances sur la période où se déroule son roman, et qu'en même temps elle en oubliait un peu ses personnages, qui ne sont pas vraiment développés en tant qu'humains. Certes, seulement deux personnages sont vraiment mis en avant. Mais même le personnage de Juette, qui raconte une grande partie de l'histoire dont elle est l'héroïne, et qui est censée avoir un caractère extrêmement déterminé, n'a pas réellement de consistance. J'ai eu tout au long de ma lecture le sentiment qu'une autre personne parlait à travers Juette. En plus, il y a un réel décalage entre les phrases simplissimes ainsi que le ton que Juette utilise pour s'adresser à nous (particulièrement au début du livre), et la maturité que ses actes laissent transparaître. 
J'ai été touchée par le regard de Juette sur les hommes, par ses interrogations, par sa clairvoyance, ou encore par sa prise de conscience du poids de certaines phrases (à l'image de celle prononcée à l'église pour accepter un époux). 
Ce roman reste cependant une grosse déception. L'idée de départ semblait plutôt bonne, mais ce livre manque de consistance et de maîtrise pour être convaincant. 

Les avis de Clarabel, Lily, Flo, Florinette, MAlice, Chiffonette, Gambadou.
 

Posté par lillounette à 06:00 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags :

02 janvier 2008

L'empreinte de l'ange ; Nancy Huston

414J94AYG5L

J'ai Lu ; 219 pages.

J'ai découvert Nancy Huston en juin dernier avec Lignes de faille, qui est mon plus gros coup de coeur de l'année 2007. J'ai décidé de lire L'empreinte de l'ange pour approfondir ma connaissance de cet auteur, et tout ce que je peux dire, c'est que je n'étais pas au bout de mes surprises.

En 1957, à Paris, Raphaël, un jeune musicien, laisse une annonce pour trouver un bonne qui s'occupera de son appartement parisien. Lorsque Saffie, une jeune allemande apathique sonne à sa porte, il ne met que quelques instants à en tomber follement amoureux. Il la met dans son lit et l'épouse très rapidement, tout en espérant qu'elle finira par l'aimer. Leur fils, Emil(e), naît quelques mois plus tard, magré les tentatives d'avortement de Saffie. C'est lors d'une simple course pour Raphaël, en compagnie d'Emil(e), que Saffie trouve enfin le goût de la vie en la personne d'Andràs, un jeune Hongrois. 

C'est un livre d'une efficacité redoutable que Nancy Huston nous offre avec L'empreinte de l'ange. Ce roman m'a poussée jusqu'à la nausée, m'a donné envie de le jeter à l'autre bout de la pièce, mais c'était trop tard. Je me suis retrouvée emprisonnée dans le récit que fait cette voix intraitable, qui se moque presque des émotions qu'elle provoque en nous et que j'ai haïe autant qu'elle m'a envoûtée.
Les personnages de ce livre ne sont pas particulièrement attachants. Saffie m'a laissée de marbre au début. A un moment, j'ai pensé, comme Raphaël, que son passé expliquait son attitude. Mais contrairement à lui, qui est naïf comme nous, tout en ne disposant pas des informations de la narratrice, j'ai peu à peu réalisé que le contexte historique, dissimulé en simple décor avant de prendre beaucoup plus d'importance, n'excusait pas tout non plus. Car Nancy Huston nous raconte l'histoire de quatre personnes lors de la guerre d'Algérie autant que la guerre d'Algérie et les marques de la Seconde Guerre mondiale avec quatre personnages comme prétexte. Forcément, les deux sont liés. Saffie et Andràs sont unis par le passé. Toutefois, leur relation ainsi que le trio amoureux qu'ils forment avec Raphaël, sont aussi et surtout des histoires assez banales.

En fait, comme dans Lignes de faille, Nancy Huston démontre qu'elle maîtrise parfaitement ce qu'elle écrit. Mais cette fois, je suis incapable de vous dire si j'ai aimé ou non. Je mettrais autant un zéro pointé à cette histoire qui m'a vraiment remuée qu'un 10/10. Si j'avais commencé à lire Nancy Huston avec ce livre, je n'aurais probablement pas continué à la lire. Mais j'ai également envie d'applaudir. A vos risques et périls donc...

L'avis de Lily.

Posté par lillounette à 09:30 - - Commentaires [19] - Permalien [#]

31 décembre 2007

Bilan littéraire 2007

Je n'aurais sûrement pas le temps de passer demain, alors je vous souhaite dès maintenant une très belle année 2008, pleine de bonheur

J'ai complètement oublié de vous faire un billet pour Noël, alors j'en profite pour vous souhaiter un Joyeux Noël en retard. J'espère que vous avez été gâtés et que vous avez bien profité de ceux que vous aimez. Merci à vous de passer sur mon blog, d'être aussi sympathiques, et de partager un peu de vous avec moi.

Livres Lus en 2007 : 126 (un peu moins pour ceux qui on été commentés sur mon blog)

Mes trois plus gros coups de coeur :

1- Lignes de failles, Nancy Huston : six mois après ma lecture, je retiens l'incroyable maîtrise dont l'auteur fait preuve dans ce roman qui m'a énormément marquée.

2- Auprès de moi toujours ; Kazuo Ishiguro : autre roman qui m'a beaucoup touchée, et dont la lecture a été envoûtante.

3- Léviathan ; Paul Auster : comme les deux autres, ce roman m'a tourneboulée, j'ai vécu dans son ambiance, avec ses personnages, et mon admiration pour lui n'a pas diminué après presque un an.

Autres coups de coeur :

La Foire aux Vanités ; W.M. Thackeray : monument satirique, j'ai passé une semaine à me délecter en sa compagnie.

Les royaumes du Nord ; Philip Pullman : roman dans lequel l'auteur fait preuve d'une imagination, d'un sens du suspens, et d'une capacité à exposer ses idées remarquables.

Angel ; Elizabeth Taylor : je me suis prise d'affection pour l'héroïne, et aie été bouleversée par l'histoire de sa vie.

L'auberge de la Jamaïque ; Daphné du Maurier : étrangement, j'avais envie de mettre ce titre dans la liste davantage que Rebecca (par contre on inverse en ce qui concerne les adaptations^^).

Rutland Place et Un étranger dans le miroir ; Anne Perry : Anne Perry est l'auteur que j'ai le plus lu cette année. A une seule exception, j'ai toujours passé de bons moments avec elle.

Amsterdam ; Ian McEwan : j'adore me faire mener en bateau par un auteur.

L'ancre des rêves ; Gaëlle Nohant : j'ai traîné ce livre avec moi pendant une semaine, en savourant son ambiance.

Les mystères d'Udolphe ; Ann Radcliffe : autre ambiance, tout aussi savoureuse.

En jeunesse :

Les Sorcières de Spence, Tome 1 : L'Oeil du Destin ; Libba Bray.

Fascination ; Stephenie Meyer.

Je suis une vraie midinette...

Les déceptions :

Possession ; A.S. Byatt : indigeste, beaucoup trop dense pour moi.

La tournée d'automne ; Jacques Poulin : ce roman m'a vraiment ennuyée...

Mal de pierre ; Milena Agus : j'en attendais peut-être trop, mais cette histoire ne m'a pas touchée.

Je t'oublierais tous les jours ; Vassilis Alexakis : je ne m'attendais pas à ce contenu. Malgré un titre très beau, j'ai eu beaucoup de mal à entrer dans ce livre dont j'ai surtout apprécié la fin.

Contes de la rose pourpre ; Michel Faber : du coup je n'ai même plus envie de lire La rose pourpre et le lys...

Le temps n'est rien ; Audrey Niffenegger : j'avais peut-être trop d'attentes...

Les désastreuses aventures des enfants Baudelaire, Tome 1 ; Lemony Snicket : j'ai trouvé ce livre assez vide, et je reste perplexe face à son succès (mais je n'en ai peut-être pas assez lu).

La plus belle couverture de l'année :

L'ancre des rêves de Gaëlle Nohant : l'aspect de ce livre me plaît infiniment. J'adore la douceur de sa couverture, l'odeur de ses pages. Pour la couverture, j'adore les couvertures mystérieuses, le rêve, le bleu et la mer...

Les auteurs à suivre :

Paul Auster
Libba Bray
Nancy Huston
Ian McEwan
Gaëlle Nohant
Anne Perry
William Makepeace Thackeray

41ZRJnk_aBL

Posté par lillounette à 00:00 - - Commentaires [31] - Permalien [#]


01 décembre 2007

Blog en pause...

Projet3Depuis quelques mois, je prends beaucoup moins de temps pour lire. Et quand je finis un livre, je n'ai pas toujours l'envie de le commenter. Je passe également beaucoup moins de temps sur vos blogs, et surtout, je ne vous laisse plus beaucoup d'avis de passage... Mais ce n'est pas seulement dû au manque de temps. Je suis assez irritable ces derniers temps, je prends très mal des petits rien qui m'auraient, au pire, fait rire jaune en temps normal. C'est un peu la même chose pour mes lectures : j'ai beaucoup de mauvaises surprises, qui n'en seraient peut-être pas si j'étais plus enjouée (je vous rassure, je vais quand même très bien, juste un petit tas de petits pas grand chose...). Il paraît que c'est normal au mois de novembre...

Donc j'ai décidé de laisser ce blog hiberner jusqu'au début de l'année prochaine. J'ai pensé très fort à Lamousmé ce matin, j'espère que l'ouverture de Neverland était aussi fabuleuse que prévu.
Si Val me lit, j'aimerais toujours que l'on se fasse notre lecture commune de janvier.
Je vais essayer de répondre à mes emails très rapidement, promis !
J'espère que vous êtes tous occupés à préparer les fêtes, et je vous souhaite plein de bonnes choses à toutes et à tous. Peut-être que je repasserai mettre un petit billet pour Noël.

En attendant, je vous embrasse,

Lilly

PS : Pour l'image, je voulais une jolie image de l'hiver, mais il ne neige pas encore par chez moi...

Posté par lillounette à 23:23 - - Commentaires [33] - Permalien [#]

15 novembre 2007

His Dark Materials : The Subtle Knife ; Philip Pullman

51dum6TvBYL

Scholastic Press ; 1024 pages.
V.F. : La Tour des anges.

Je vous préviens, ça fait trois semaines que j'essaie d'écrire ce billet, et comme j'en ai marre de ne pas y arriver mais que je veux quand même vous parler de ce livre, je poste !

Après avoir dévoré le tome 1 de A la croisée des mondes, je me suis donc ruée sur le second opus. Je n'ai pas vraiment été déçue, même si je suis moins sous le charme que lors de ma lecture du premier volet (le fait que ma lecture ait été très éparpillée y est sans doute pour quelque chose).

L'histoire : Nous retrouvons Lyra, toujours en compagnie de son daemon Pantalaimon. A la fin du premier volet, ils venaient d'emprunter le pont entre plusieurs mondes construit par Lord Asriel. Cela les a conduits dans un monde où il ne semble y avoir personne. Les maisons sont vides, et certaines choses (comme les frigos) sont totalement inconnues de Lyra.
Finalement, elle recontre Will, un jeune garçon venant également d'un autre monde (le nôtre je suppose) et qui recherche son père. Ensemble, ils vont tenter d'en apprendre plus sur la destinée de Will, tandis que dans les autres mondes, les adultes recherchent Lyra, et se préparent à un grand bouleversement.

Il y a une chose que j'ai aimée en particulier dans ce livre, c'est la multitude des points de vue. Ils nous permettent d'envisager l'intrigue à travers les yeux de différents personnages pas toujours au même endroit. Grâce aux informations récoltées, on peut commencer à reconstituer avant même Lyra et les autres, quelques éléments du puzzle créé par Philip Pullman.
En fait, ce tome est une vraie transition entre le premier et le troisième tome. Il s'y passe relativement peu de choses, à part sur la fin, mais on sent que des choses importantes se préparent. Des anges en très grand nombre traversent le ciel, les gens commencent à choisir leur camp... Surtout, ça ne rigole plus du tout. Autant certaines choses étaient plutôt amusantes dans le premier volet, autant cette fois-ci les personnages n'ont plus la tête à plaisanter. En même temps, on peut comprendre que quand on essaie de comprendre l'organisation de l'univers (surtout celui du livre, avec plusieurs dimensions et des créatures fantastiques dans tous les coins), il est difficile de penser à autre chose... De plus, Lyra et Will mènent une vie dangereuse qui les isole du reste des enfants qu'ils peuvent rencontrer. Philip Pullman continue en effet à ne pas être tendre avec ses personnages, ni avec la nature humaine.
Malgré cela, on passe quand même un bon moment de lecture. J'ai eu un peu de mal au début du livre, car Philip Pullman va assez lentement et est beaucoup plus dans la théorie que dans le tome précédent. En plus, ni mon cher Lord Asriel (au passage, je n'arrive pas à imaginer Daniel Craig dans le rôle de ce type censé incarner l'élégance anglaise... et je ne vous parle même pas de Nicole Kidman en Mme Coulter...) ni Iorek Byrnison n'apparaissent dans ce tome.  Heureusement, l'intérêt revient au galop quand on se met à suivre le parcours des sorcières ou de Lee Scoresby, et quand l'action reprend.

Il ne me reste plus qu'à lire le dernier tome...

Posté par lillounette à 19:17 - - Commentaires [15] - Permalien [#]

01 novembre 2007

Challenge ABC 2007 et quelques projets pour 2008...

Dernière mise à jour le 01 novembre 2007 :

Nous sommes déjà en novembre, et rien ne va plus. J'avoue que mon enthousiasme pour le challenge s'est un peu essoufflé. Il me reste 5 livres à lire, ce qui peut paraître peu, mais étant donné mon rythme de lecture actuel et mon peu d'envie de lire ces quelques livres sous peu, je crois que je vais tricher. Je ne fais pas de Challenge en 2008, donc je finirai celui-ci.

Par contre, j'ai l'intention de me lancer quelques défis quand même :

- Lire Guerre et Paix de Léon Tolstoï. Je ne connais pas du tout la littérature russe, et Morwenna m'a convaincue qu'il fallait absolument le lire.
- J'ai vu que beaucoup avait choisi l'Asie comme thème de Challenge ABC 2008. J'ai bien envie de me familiariser un peu plus avec cette littérature, même si je ne promet pas de lire un nombre de livres précis.
- Participer au moins une fois (et dans les temps) au club de lecture des blogueuses.
- Me familiariser un peu avec la science-fiction/fantasy : si vous avez des suggestions, n'hésitez surtout pas à me les soumettre. Je n'y connais absolument rien, donc si vous pouviez me guider un peu je vous en serait très reconnaissante. En plus, ça me fera un prétexte pour aller dévaliser Lamousmé^^

Billet original du Challenge ABC 2007 :

J'ai trouvé cette idée sur le blog de Majanissa, qui la tenait elle même de Kalistina. Il s'agit de lire au cours de l'année 2007 vingt-six livres d'auteurs dont la première lettre commence par l'une des vingt-six lettres de l'alphabet. Vous pouvez trouver le blog du challenge ici. Voici ma liste :

A - Paul Auster : Léviathan.

B- Philippe Besson ; Se résoudre aux adieux.

C- Laurie Colwin ; Une vie merveilleuse.

D- Daphné du Maurier ; Rebecca.

E- George Eliot ; Middlemarch.

F- Michel Faber ; Contes de la rose pourpre.

G- Elizabeth Goudge ; L'appel du passé.

H- Christophe Honoré ; L'infamille.

I- Ishiguro Kazuo ;  Auprès de moi toujours.

J- James Joyce ;  Dublinois.

K- Douglas Kennedy ; Rien ne va plus.

L- David Lodge ; Les quatre vérités.

M- Sonia Marmen ; La vallée des larmes

N- Amélie Nothomb ; Métaphysique des tubes.

O- Ohnet Georges : Le maître de Forges.

P- Barbara Pym ; Adam et Cassandra.

Q- Pascal Quignard ; Tous les matins du monde.

R- J.K. Rowling ; Harry Potter and the Deathly Hallows.

S- Carol Shields ; Jane Austen.

T- William Thackeray ; La foire aux vanités.

U-Brady Udall ; Le destin miraculeux d'Edgar Mint : une vraie surprise (bonne j'espère...). Conseillé par Clarinette.

V- Boris Vian ; L'écume des jours (sur ma PAL) .

W- Tennessee Williams ; Un tramway nommé Désir.

X- Xingjian Gao ; Une canne à pêche pour mon grand-père.

Y- Akira Yoshimura ; La jeune fille suppliciée sur une étagère suivi de Le sourire des pierres.

Z- Stefan Zweig ; La confusion des sentiments.

Posté par lillounette à 12:00 - - Commentaires [83] - Permalien [#]

25 octobre 2007

La fille aux yeux d'or ; Honoré de Balzac

418F6HKHNNLFolio ; 400 pages.

Cet été, Fashion Victim a lancé le challenge Saga de l'été. Même si ma liste de Challenge ABC 2007 n'était pas du tout terminée (et ne le sera pas avant la fin de l'année, mais nous en reparlerons), je n'ai pas pu m'empêcher de relever le défi. J'ai donc choisi de lire l'Histoire des Treize de Balzac, dont j'avais déjà lu le deuxième volet, La duchesse de Langeais. Déjà, ces trois romans ne sont pas franchement longs, mais avec l'un d'entre eux déjà lu, ce défi paraissait être de la rigolade. Naturellement, je ne l'ai pas tenu, et c'est à cause d'une envie subite de lire du Balzac que j'ai ouvert La fille aux yeux d'or, le troisième et dernier volet de l'Histoire des Treize.

L'histoire : En ce qui concerne les Treize, il s'agit d'une association de treize hommes doués de pouvoirs surhumains. Mais que ce soit dans La duchesse de Langeais ou dans La fille aux yeux d'or, ne pas le savoir n'empêche pas de les apprécier. Cette société est très brièvement évoquée dans La duchesse de Langeais, et seul le nom de Ferragus ainsi qu'une allusion aux capacités de Henri de Marsay nous rappellent l'existence de cette confrérie dans La fille aux yeux d'or. En fait, il semblerait que Balzac n'en parle réellement que dans sa préface à l'Histoire des Treize, ce qui me permet de moins regretter de n'avoir pas commencé par le début de l'histoire.

Pour La fille aux yeux d'or, il met en scène un jeune dandy, Henri de Marsay (déjà croisé dans La duchesse de Langeais et Le lys dans la vallée), qui tombe en admiration devant une inconnue aux yeux jaunes. Celle-ci se nomme Paquita Valdès, et est une esclave géorgienne appartenant à une marquise espagnole qui la fait jalousement garder. Le jeune homme qu'est Henri de Marsay ne peut qu'être encore plus tenté de la posséder lorsqu'il constate combien la tâche sera difficile.

Mon avis : J'ai énormément aimé ce livre, même si j'avoue avoir eu assez peur en en lisant les dix ou vingt premières pages. En effet, Balzac s'y livre à une description lapidaire, bien que sans doute assez vraie sur certains points, de la société parisienne qu'il connaît. Dans La duchesse de Langeais, j'avais déjà noté une certaine amertume de Balzac, mais ses quinze pages sur la société de Saint-Germain cadraient bien avec le reste de l'histoire. Ici, Balzac ouvre son histoire en critiquant les Parisiens, l'organisation social, de façon (heureusement) dynamique, mais qui me paraît complètement décalée par rapport à la suite du livre.
Autre point qui m'a un peu gênée, la vision des femmes que donne Balzac par moments... Ce n'était pas la première fois que je notais une certaine misogynie de la part de cet auteur, mais ça peut en énerver certains.

Toutefois, j'ai quand même éprouvé un vif plaisir à la lecture de ce livre, car le formidable témoin de son temps qu'est Balzac met très bien cela à contribution dans La fille aux yeux d'or.
J'ai lu ce roman avec des images de tableaux et de Byron plein la tête. Le héros, Henri de Marsay (déjà rencontré dans La duchesse de Langeais ou Le lys dans la vallée, est un parfait dandy, qui passe plus de deux heures à se préparer chaque jour, et qui vit l'amour comme un amusement.
Surtout, la fascination des gens du XIXe siècle pour l'Orient et les mystères qui y sont associés ressort trèsingres bien dans ce livre. Paquita Valdès est une esclave géorgienne. Sa description, ses rencontres avec de Marsay m'ont immédiatement fait penser à ces odalisques peintes par Ingres à peu près à la même époque.
Ce livre possède véritablement un caractère sensuel, qui est marqué bien entendu par le personnage de Paquita Valdès, décrite comme une femme aux yeux envoûtants, mais aussi comme une Vénus dans sa coquille. Les jeux des deux amants font également ressortir la sensualité de ce roman, lorsque Paquita déguise Henri de Marsay en femme, et qu'il y prend un vif plaisir, au point de vouloir recommencer.
sardanapale_1_Enfin, la couleur dominante de ce roman est le rouge, couleur sensuelle par excellence. Cette couleur accompagne les deux amants jusqu'à la mort de Paquita, lorsque les cousins ainsi que tous les objets qui se trouvent dans la pièce où la jeune fille trouve la mort sont recouverts de sang. J'ai associé cette scène, qui marque le triomphe du rouge à La mort de Sardanapale de Eugène Delacroix, à qui est par ailleurs dédiée La fille aux yeux d'or.

Il n'est pas vraiment question d'amour dans ce roman, plutôt d'ivresse, de rêve. Tout ou presque n'est qu'illusion. Henri ignore où il se rend, et aime davantage l'idée de posséder une femme inaccessible qu'il associe à un rêve qu'il n'aime la femme en elle même.
Une fois Paquita morte, c'est comme si elle n'avait jamais existé. Henri l'oublie, sa soeur s'enferme au couvent avec son secret, et même la mère de la jeune esclave renie sa fille pour un sac de monnaie.

Posté par lillounette à 12:38 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags :

22 octobre 2007

Ma morte vivante ; Paul Eluard

Cela faisait un bon moment que je n'avais pas posté de poésie sur ce blog. J'ai redécouvert ce poème il y a peu, j'avais envie de vous le faire partager...

02_1_
Caspar David Friedrich ; Mondaufgang über der See

Ma morte vivante

Dans mon chagrin, rien n’est en mouvement
J’attends, personne ne viendra
Ni de jour, ni de nuit
Ni jamais plus de ce qui fut moi-même

Mes yeux se sont séparés de tes yeux
Ils perdent leur confiance, ils perdent leur lumière
Ma bouche s’est séparée de ta bouche
Ma bouche s’est séparée du plaisir
Et du sens de l’amour, et du sens de la vie
Mes mains se sont séparées de tes mains
Mes mains laissent tout échapper
Mes pieds se sont séparés de tes pieds
Ils n’avanceront plus, il n’y a plus de route
Ils ne connaîtront plus mon poids, ni le repos

Il m’est donné de voir ma vie finir
Avec la tienne
Ma vie en ton pouvoir
Que j’ai crue infinie

Et l’avenir mon seul espoir c’est mon tombeau
Pareil au tien, cerné d’un monde indifférent
J’étais si près de toi que j’ai froid près des autres.

Paul Eluard

Posté par lillounette à 08:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]