06 août 2011

Le Monde selon Garp - John Irving

9782020363761-monde-selon-garp-leJohn Irving a toujours été cité dans mon entourage comme étant un monstre de la littérature américaine contemporaine. Les blogs aussi sont très enthousiastes, et Ofelia (qui a parfois bon goût) le compte parmi ses grands chouchous. D'où mon plongeon un demi-siècle plus tard dans l'un des romans les plus connus de l'auteur.

S.T. Garp naît d'une étreinte entre Jenny Fields, infirmière résolument indépendante et célibataire, et le sergent Garp, un petit homme agonisant, au point qu'il ne réalise pas ce qui se passe. De cet homme dont Jenny a presque abusé, Garp ne gardera que le nom. Il est élevé à Steering School, où sa mère a été engagée en tant qu'infirmière. Là-bas, il effectue toute sa scolarité, apprend la lutte, et rencontre Helen, qui sera plus tard la femme de sa vie.
Quand Garp atteint dix-huit ans, Jenny et lui quittent Steering, et décident de se rendre à Vienne pour écrire. Durant les quelques mois qu'ils y passent, Garp se lie avec des prostituées, et écrit sa première nouvelle. Jenny sera plus productive, et avec les plus de mille pages de Sexuellement suspecte, son autobiographie, elle devient une icône du féminisme. Rentré aux Etats-Unis, Garp essaiera de concilier ses ambitions d'écrivain, sa vie d'homme, et l'influence que la lutte des femmes exerce sur lui.

Je pense que je garderai une bonne impression de ce livre, mais je ne peux m'empêcher d'être tout de même en partie déçue, car j'attendais bien plus de ce livre.
Garp et moi, on a déjà mal commencé. J'ai eu besoin de plus de cent cinquante pages pour me sentir intéressée par ce que je lisais. C'est sans doute en partie volontaire. John Irving nous livre un récit très déconcertant, dans lequel il faut trouver ses marques. Mais contrairement à d'autres livres étranges, je n'ai pas eu envie de jouer avec l'auteur, et c'est de l'ennui profond que je ressentais jusqu'à ce que le tableau s'éclaircisse.
Une fois le roman lancé, je n'ai plus eu aucune difficulté pour avaler le reste du livre, apprécier l'humour de John Irving et surtout son imagination débordante. Les personnages de John Irving m'ont fait penser à ceux de Dickens, dans le sens où on a l'impression qu'ils ne sont pas humains, qu'ils ont des proportions étranges, des spécificités physiques inhabituelles. J'ai bien aimé aussi la place du féminisme dans ce livre, dans toute sa nécessité comme dans ses excès. Les rapports entre hommes et femmes sont violents, brouillés, la sexualité à la fois omniprésente et absente. L'écriture enfin est le sujet du livre, avec un personnage écrivain, des récits dans le récit, des questionnements sur les rapports entre fiction et réalité.
Mais, parce qu'il y a un mais, j'ai de gros regrets.
Là où le roman pêche, c'est en ne parvenant pas à allier cette loufoquerie avec de la profondeur. Je n'ai jamais eu le sentiment d'être impliquée dans cette histoire. Je n'ai ni ri, ni ragé, ni pleuré avec les personnages. Garp est complètement terrifié à l'idée qu'il arrive quelque chose à ses enfants, il a des faiblesses, mais je me suis sentie très extérieure à tout ce qui lui arrivait. Même les drames (et malgré les apparences, Le Monde selon Garp en contient suffisamment) ne m'ont pas retournée. Ils sont décrits de manière cocasse, alors on les oublie. Il y a bien quelques passages qui ont une résonnance particulière, mais ils sont trop rares à mon goût. Les dernières lignes notamment, avec le fameux "nous sommes tous des incurables", sont brillantes, mais elles m'ont paru collées artificiellement.

Au final, un sorte de conte étrange et sympathique, mais dont je n'ai jamais trouvé la clé.

"Et le pape, qui a fait voeu de chasteté, tranche pour des millions d'êtres le problème de la contraception. Le monde est fou."

D'autres avis chez Kalistina, Praline et Choupynette.

Points. 648 pages.

Traduit par Maurice Rambaud.

Posté par lillounette à 13:47 - - Commentaires [31] - Permalien [#]
Tags : , ,

22 juillet 2011

Viol, une histoire d'amour - Joyce Carol Oates

50821279_pLe soir du 4 juillet 1996, Tina Maguire et sa fille Bethie traversent le parc pour rentrer chez elles, quand elles sont agressées par un groupe de jeunes voisins. Traînée avec sa mère sous le hangar à bateaux, Bethie parvient à s'enfuir et à se cacher. Elle entend alors, impuissante, sa mère se faire violer et battre par leurs agresseurs. Tina est finalement laissée pour morte, mais survit après quelques jours de coma. Bethie parvenant à identifier la plupart des jeunes coupables, leur condamnation pourrait être facile.
Sauf que Tina était habillée de manière provocante, et elle est bien fichue. En plus, elle fréquente un homme toujours marié. On se met alors à murmurer qu'elle l'a bien mérité.

Je viens à peine de découvrir Joyce Carol Oates, mais je crois que je suis accro.
Encore une fois, ce qui m'a frappée, c'est l'efficacité de l'écriture de cet auteur. Avec un simple mot, après, répété encore et encore, Joyce Carol Oates parvient à exprimer le point de rupture que constitue le viol de Tina dans la vie des filles Maguire.

"Dès que ta mère et toi avez été traînées dans le hangar de Rocky Point, tu as commencé à exister dans l'après. Jamais plus tu ne pourrais exister dans l'avant."

Le narrateur est extérieur mais brutal. Il explique à Bethie que plus rien ne sera jamais comme avant, il exprime les sentiments des personnages, il poursuit tous les acteurs de l'histoire. Les chapitres sont courts, les phrases sont brèves, percutantes, sans aucun enrobage.
Ca permet de créer un malaise grandissant chez le lecteur. La deuxième partie du livre relâche la pression, mais j'ai été au bord de l'asphyxie durant les premiers chapitres. Pourtant, le vocabulaire employé est simple, il n'y a pas d'étalage de violence. C'est la froideur ambiante qui étouffe le lecteur et le rend de plus en plus révolté.
Après l'agression, Tina et Bethie sont victimes de menaces, et doivent affronter un procès. La fragilité de la position des victimes de viol est mise en avant à travers les regards accusateurs, les avocats véreux, les femmes jalouses et idiotes.
La justice se fera, mais d'une manière un peu étrange, et insatisfaisante en ce qui me concerne (je ne peux pas vous en dire plus malheureusement). C'est le seul reproche que je ferai à ce livre. Je trouve toutefois qu'il est bien récupéré par les dernières paroles de Gladys Haaber à la fin du livre. On peut s'apercevoir que la frontière entre les coupables et les victimes continue à faire débat.

Un roman choc, qui ne m'a pas autant convaincue que Délicieuses pourritures, mais qui soulève des questions fondamentales.

D'autres avis chez Manu, Ankya, Restling et Stephie.

Points. 182 pages.
Traduit par Claude Seban. 2003.

Posté par lillounette à 13:57 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : ,
17 juillet 2011

Beach Music - Pat Conroy

9782253144519-GOn ne peut pas fréquenter la blogosphère littéraire et ne pas connaître Pat Conroy. En fait, on ne peut même pas fréquenter la blogosphère littéraire et ne pas avoir envie de lire Pat Conroy. Cuné a trop harcelé tout le monde avec son Patounet chéri (elle a même organisé un Patounet Swap il y a quelques temps) pour que l'on puisse passer au travers des mailles du filet.
Autant vous dire que je flippe à mort à l'heure actuelle, parce que je suis beaucoup moins subjuguée que je ne l'aurais cru. J'ai changé d'adresse, quitté tout le monde, investi dans des gardes du corps et des alarmes. Mais comme je suis une bonne blogueuse, je vais quand même vous en dire un peu plus sur Beach Music.

Jack McCall s'est installé à Rome après le suicide de sa femme, Shyla. Elevé en Caroline du Sud, il a coupé tous les ponts avec son passé après avoir gagné la garde de sa fille, que ses beaux-parents voulaient lui enlever.
Des années plus tard, sa belle-soeur débarque à Rome en hissant le drapeau blanc. Il reçoit aussi un message annonçant que sa mère, Lucy, est sur le point de mourir. Enfin, Mike, un ami d'enfance qui a fait carrière à Hollywood, lui offre un gros paquet d'argent pour écrire un scénario sur leur histoire et celle de leurs familles.
Difficile dans ces conditions de ne pas se retourner sur son passé.

Je vais commencer par les bons points du livre, car j'ai quand même passé une bonne semaine en sa compagnie. Déjà, Pat Conroy tient le lecteur en haleine. J'adore l'ambiance Vieux Sud, alors je n'ai pas vu passer les neufs cent et quelques pages que compte ce livre. Il y a aussi des moments extraordinaires, comme lorsque Jack et trois de ses frères plongent nus dans l'eau glacée sous les yeux de toute la ville, ou lorsque Lucy et Leah se battent pour la survie des tortues carets. L'intrigue est enfin servie par beaucoup d'humour, qui contrebalance la tristesse de la vie de tous ces gens. D'une manière générale, les dialogues sont travaillés, et beaucoup de scènes sont très fortes et très poétiques.
J'ai quand même du mal à être complètement enthousiaste. Déjà, la construction pose problème. Pat Conroy nous livre des récits (souvent épouvantables) sur l'Holocauste, les années soixante, la vie de chacun des personnages, mais je n'ai pas trouvé le fil conducteur de cette fresque. Trouver pourquoi Shyla, qui hante toute l'histoire, s'est suicidée ? Cet aspect du livre m'a beaucoup gênée. J'y vois surtout un prétexte pour raconter l'histoire des Fox. Réconcilier Jack avec son passé ? Réaliser qu'en fait, les frères c'est pas si mal, que l'on aime follement sa maman et sa Caroline du Sud ? Sans doute, mais j'aurais aimé que ce soit plus subtil.
Ca part beaucoup trop dans tous les sens, et ça donne un aspect bricolé à l'ensemble. J'ai eu beaucoup de mal avec la grossièreté du trait dans la description des personnages et dans des moments clés du récit. Alors, on a l'alcoolique, le père violent, les victimes de l'Holocauste, la suicidée, le traître, le prêtre assassin reconverti... Le tout ponctué d'un aspect très mielleux sur la fin du livre. Pour reprendre les termes de Célestine, chacun a fait ce qu'il pouvait faire, donc embrassons-nous tous. Mouais. Le pardon final à Capers est grotesque, et ponctue un faux procès qui l'est tout autant. De la même manière, l'attentat de l'aéroport, quelqu'un peut m'expliquer ? La pêche à la baleine qui tourne mal* ? Et mon moment préféré : George et Ruth, témoins du mariage final ?
Même le personnage de Jack, pourtant attachant, est souvent mal traité. Quand il renoue avec son passé, on s'attend aux pires secrets concernant tout le monde. Il hait sa famille, sa belle-famille, ses amis, mais dès qu'ils apparaissent, à l'exception de Capers, tout n'est qu'amour et humour... Je croyais la vie un peu plus compliquée que ça.

Je suis un peu de mauvaise foi, parce que je n'aurais jamais tenu presque mille pages si c'était nul, mais je suis frustrée. Frustrée parce que j'avais des attentes énormes concernant ce roman, et parce que j'ai attendu jusqu'à la fin que le déclic se fasse, que le début du roman tienne ses promesses. Il y avait vraiment de quoi faire un livre magnifique, mais au final on passe juste un bon moment, ponctué de quelques bonds lors des scènes invraisemblables.

Je ne renonce pas à Pat Conroy, et je pense qu'un jour je prendrais le temps de lire Le Prince des Marées. En attendant, vous pouvez voir chez Mademoiselle Swan que ce livre en a subjugué plus d'un. J'ai même retrouvé l'avis de Cuné.

* En fait, j'ai adoré le début du chapitre sur la pêche à la baleine (enfin, une bestiole du genre). Mais pourquoi en faire autant ?

Le Livre de poche. 924 pages.
Traduit par Françoise Cartano.

Posté par lillounette à 17:36 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags : , , ,
10 juillet 2011

"C'est la seule histoire que je serais jamais capable de raconter"

9782266125338

Je vais vous donner un conseil si vous n'avez pas lu ce livre : Ne lisez pas mon billet. N'en lisez aucun d'ailleurs. Sachez juste qu'il FAUT lire Le Maître des illusions.

"On aime à croire que cette vieille platitude, amor vincit omnia, a quelque chose de vrai. Mais si j'ai appris une chose pendant ma triste existence, c'est que cette platitude est un mensonge. L'amour ne vainc pas tout. Qui croit cela est un imbécile."

Richard Papen est juste un étudiant fauché de vingt ans quand il quitte la Californie pour aller étudier à Hampden, dans le Vermont. Là-bas, il espère poursuivre l'étude du grec ancien, mais on lui signifie rapidement que Julian Morrow, l'unique enseignant dans ce domaine, est très sélectif. Il choisit lui-même ses étudiants, et leur nombre est très restreint.
Richard tente tout de même sa chance, mais se fait rembarrer. Il croise finalement plus tard les cinq étudiants de Julian, Henry (le plus brillant, riche, et le préféré de Julian), Francis, Bunny (le cancre), et enfin les jumeaux Charles et Camilla. Ils sont très peu appréciés des autres sur le campus, mais ils adoptent Richard à la première rencontre, et lui font intégrer leur classe. Désormais, Richard va évoluer dans un cercle de passionnés, mais qui se révèle aussi de plus en plus destructeur.

Je suis incapable de vous dire depuis combien d'années j'avais prévu de me lancer dans la lecture de ce pavé, mais aujourd'hui je m'en veux de ne pas l'avoir fait plus tôt.
Il s'agit d'un récit rétrospectif, qui commence par un assassinat. Lorsque nous découvrons finalement qui sont les jeunes gens qui vont devenir des meurtriers, les choses se compliquent. Les nouveaux copains de Richard sont un peu étranges, déconnectés du monde, mais tout ça est lié au fait qu'ils vivent à l'heure grecque. A priori, si on succombe aux clichés, ils devraient être les êtres les plus ennuyeux du monde. Sauf que, contrairement à ce qu'on croit, les Grecs aussi avaient des vices, et nos petits gosses de riches ne se sont pas contentés d'en piocher seulement quelques uns.   
Ce qui est incroyable dans ce livre, c'est la manière dont on se fait ballader du début à la fin. Je m'en suis voulu d'avoir suivi le même parcours que Richard, de n'avoir pas fait preuve de davantage de clairvoyance que lui ! On en arrive à participer au meurtre de Bunny, à vouloir sa mort sans se poser la moindre question. D'ailleurs, à la moitié du livre, je pensais l'histoire quasiment bouclée. Bunny est mort, et il s'agit de faire bonne figure. A ce stade, je me demandais où l'auteur avait l'intention de m'emmener, et j'étais déçue que ce soit aussi facile. Je me demandais où étaient les personnages ambigus promis par la quatrième de couverture, et surtout comment j'allais être intéressée par la deuxième moitié du livre dans ces conditions.
J'ai été servie... Après avoir assassiné Bunny, nos héros sont loin d'être sortis d'affaire, mais pas dans le sens où nous l'entendions. Un deuxième roman commence, dans lequel Richard connaît mieux les protagonistes, et ça n'est vraiment pas joli à voir. Je crois que c'est la partie que j'ai préférée, pour l'ambiance, qui bascule encore d'un cran dans le glauque, et l'étude des personnages à laquelle se livre enfin Donna Tartt, révélant tout son génie.

Un excellent roman, sans le moindre temps mort, dont les sept cents pages se dévorent à toute allure. Décidément, il se passe des choses passionnantes sur les campus américains ! Maintenant, j'ai hâte de me lancer dans Le Petit copain, même si les avis sont très contrastés d'après ce que j'ai pu lire.

D'autres avis chez Erzie, Karine, Kalistina, Leiloona, Allie, et Madame Charlotte (qui n'a pas aimé).

Le Maître des illusions. Donna Tartt.
Pocket
.705 pages.

Posté par lillounette à 11:26 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags : , ,
05 juillet 2011

Délicieuses pourritures - Joyce Carol Oates

9782290341889FSDécouvrir Joyce Carol Oates était dans mes projets depuis des années.Parmi ses nombreux livres, on m'a conseillé ce court texte. Je n'ai pas été déçue ! 

Gillian Bauer est une étudiante de vingt ans en 1975, plutôt réservée, et complètement envoûtée par l'un de ses enseignants, Andre Harrow, et la femme de celui-ci, Dorcas.
Il faut dire qu'Andre et Dorcas ont l'habitude de susciter ce genre de réaction. Toutes les étudiantes de Heath Cottage, résidence dans laquelle vit Gillian, et qui participent au cours du professeur Harrow, veulent être distinguées. Pour obtenir son approbation, elles vont jusqu'à étaler les choses les plus intimes de leur vie durant ses cours, à sa demande. Il paraît que celles qui plaisent à Andre sont invitées à venir chez lui, travaillent avec Dorcas, voyagent avec le couple.
Bien que peu sûre d'elle, Gillian meurt d'envie de faire partie des heureuses élues.

Si vous voulez découvrir un grand écrivain, je vous conseille ce livre !
Délicieuses pourritures possède un souffle incroyable. Dès les premières pages, j'étais complètement happée par cette histoire, avide d'en connaître l'issue.
L'atmosphère devient vite poisseuse, pesante, malsaine. Des filles disparaissent, se coupent les veines, des incendies criminels se déclarent, empêchant tout le monde de dormir sereinement.
Au milieu de tout ça, on a un couple au très fort charisme. Andre, fou de D.H. Lawrence, essaie de mettre à nu toutes les étudiantes qui l'approchent. Il analyse leurs poèmes, leurs journaux intimes, et les invite à se brûler les ailes sans jamais essuyer le moindre refus. Si les étudiantes craquent pour leur professeur, sa femme entre systématiquement dans le jeu. Dorcas est tout aussi impalpable. Elle affiche son programme sur les murs des musées, mais qui pourrait y voir autre chose que de la provocation ?   

Le suspens pourrait être totalement absent, puisque le livre commence par la fin, par la contemplation de totems hideux, rappelant ceux de Dorcas, au musée du Louvre en 2001, et par l'incendie. Pourtant, l'engrenage dans lequel s'engage Gillian fascine au moins autant le lecteur que la jeune fille est attirée par Andre. Elle nous livre ainsi, sous la forme d'un témoignage, les quatre mois qui conduisent au drame, son isolement de plus en plus grand, et son malaise grandissant face à une situation dans laquelle elle perd pied et dont elle ne peut se défaire.

Le style n'est pas particulièrement cru, mais cela suffit à montrer la facilité avec laquelle on peut manipuler les gens. Isoler et puis détruire, les bêtes ont des jouets dociles.

"Le meurtre d'âme, ça existe, dit Penelope. Sauf qu'il n'est pas visible comme l'autre. Il y a des gens mauvais. Il y a des gens cruels. Des gens qui devraient être punis. S'il y avait quelqu'un pour les punir."

Je suis ressortie de cette lecture aussi nauséeuse qu'impressionnée. Quand je pense qu'en lisant le résumé de Les Chutes il y a quelques années, je croyais que c'était un roman nunuche... Si vous avez des suggestions à me faire concernant cet auteur, je suis plus que preneuse.

D'autres avis chez Lou, Cynthia, Ys, Praline, Céline.

J'ai Lu. 125 pages.
2002.

Posté par lillounette à 22:08 - - Commentaires [30] - Permalien [#]
Tags : , ,

02 juillet 2011

Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur - Harper Lee

9782253115847FS

"Tirez sur tous les geais bleus que vous voudrez, si vous arrivez à les toucher, mais souvenez vous que c'est un péché de tuer un oiseau moqueur."


Je commence mes vacances avec ce grand classique de la littérature américaine dont j'entends parler depuis de nombreuses années.

L'histoire se déroule au milieu des années 1930, en Alabama. Nous suivons Scout, une gamine, qui vit avec son grand-frère, Jem, et son père, Atticus Finch. Ce dernier est avocat, et éduque ses enfants d'une manière qui fait jaser les bien pensants. Il y a aussi Calpurnia, la servante noire, qui veille sur la maison et ses habitants.
Scout joue, va à l'école, se bagarre, fait des bêtises, observe et grandit. Un été, elle et son frère font la connaissance de Dill, le neveu d'une voisine. Tous les trois sont fascinés par la maison des Radley, dans laquelle l'étrange Arthur "Boo" Radley a disparu depuis de longues années.  
Par ailleurs, Atticus est commis d'office dans une affaire sordide. Une jeune fille blanche de la famille Ewell accuse Tom Robinson, un Noir, de l'avoir violée. Bien que les Ewell soient aborrés de tous, et que l'innocence de Tom soit évidente, cela reste la parole d'une Blanche contre celle d'un Noir, et les esprits s'emballent.

" - Comment ont-ils pu faire ça, comment ont-ils pu?
  - Je ne sais pas, mais c'est ainsi. Ce n'est ni la première ni la dernière fois, et j'ai l'impression que quand ils font ça, cela ne fait pleurer que les enfants."

Comme beaucoup de blogueurs dont j'ai parcouru les avis, le contenu du livre m'a plutôt surprise. En effet, il est loin de se concentrer sur le procès de Tom Robinson. Il s'agit en réalité de voir le monde à travers les yeux de Scout.
De ce fait, durant la première moitié du livre, on l'observe dans son quotidien. Elle n'est qu'une toute petite fille au début, inséparable de son frère, toujours à faire ce qu'elle veut. Puis, arrivent des événements qui égratinent son enfance. Lors de ses premiers jours d'école, la maîtresse en veut à Scout de savoir lire et écrire. Les difficultés de l'implantation de la scolarité obligatoire et les expériences éducatives sont alors brièvement abordées. Scout doit aussi faire face, au fil du livre, au fait que Jem ne souhaite plus s'occuper d'elle en permanence. Lui aussi grandit, ce qui implique de ne pas lui parler à l'école, de ne pas l'accompagner lorsqu'il se baigne nu avec Dill. Etant une fille, Scout doit enfin supporter les remarques sur la "dame" qu'elle est censée devenir. Plus tard, la scène du goûter où elle porte une robe et où elle finit crucifiée par les rires de ces dames devant sa spontanéité est l'une des plus marquantes du roman.
Le procès achève de lui ouvrir les yeux sur l'absurdité des choses, les histoires sur les familles soit disant plus vieilles que les autres, les cris d'horreur face à Hitler quand soi-même on est atroce envers ses propres voisins...

" Je crois que je commence à comprendre quelque chose ! Je crois que je commence à comprendre pourquoi Boo Radley est resté enfermé tout ce temps. C'est parce qu'il n'a pas envie de sortir. "

J'ai trouvé ce livre très beau, à la fois simple et foisonnant. Cotoyer des individus tels qu'Atticus, Miss Maudie, Scout et Jem le temps d'un livre, ça fait un bien fou !

Plein d'autres avis chez Canthilde, Tamara, Katell, Sylire, Papillon, Karine, Keisha, Kalistina, B. et Romanza.

Le Livre de Poche. 447 pages.
1961.

Posté par lillounette à 10:58 - - Commentaires [33] - Permalien [#]
Tags : , , ,
01 juin 2011

Une ballade d'amour et de mort : Photographie préraphaélite en Grande-Bretagne, 1848-1875

Je crois que j'ai découvert les préraphaélites en même temps que la littérature anglaise, mais je n'avais jamais pris le temps de creuser au-delà d'une béate admiration. Le Musée d'Orsay m'a permis de m'initier  un peu plus à ce mouvement en proposant une exposition surprenante sur la photographie préraphaélite.

P1150432

Rassurez-vous, je ne vais pas entreprendre une analyse de l'exposition, j'en suis parfaitement incapable, mais je voulais partager avec vous quelques (re)découvertes que cette exposition m'a permis de faire.

Le rapport des préraphélites à la nature, à la littérature et à l'histoire était présenté dans cette exposition. L'alternance entre photographie et peinture permettait aussi de voir les influences réciproques entre ces deux arts. Globalement, je n'y connaît strictement rien en matière de technique photographique, mais ça n'empêche pas mon esprit de vagabonder face à une exposition comme celle-ci.

J'étais venue essentiellement pour les portraits de Julia Margaret Cameron, photographe qui a eu des sujets tels que Julia Duckworth, qui n'est autre que la mère d'une certaine Virginia Woolf, ou encore Alice Liddell, la petite fille pour laquelle Lewis Carroll (dont certaines oeuvres photographiques étaient exposées) a écrit Alice au Pays des Merveilles.  J'ai été plus que satisfaite sur ce plan là.

imagesLe Tournesol, Julia Margaret Cameron

494px_Maud__by_Julia_Margaret_CameronMaud, Julia Margaret Cameron

index
Pomone, Julia Margaret Cameron

Plusieurs modèles des préraphaélites sont aussi fortement mis en avant. C'est le cas de Jane Morris, immortalisée par John R. Parsons et Dante Gabriel Rossetti.

              Jane_morris_blue_silk jane

Et d'Ellen Terry, brièvement épouse du peintre Watts, et modèle de Julia Margaret Cameron et Lewis Carroll.

            446px_Dame__Alice__Ellen_Terry___Choosing___by_George_Frederic_Watts Sadness__by_Julia_Margaret_Cameron

D'autres photographies que j'ai particulièrement aimées  : 

800px_Fading_Away
Fading away, Henry Peach Robinson

carrollAmy Hughes, Charles Dodgson

abbey
Bolton Abbey, Roger Fenton

 sinclair
Avenue at Weston, Warwickshire, James Sinclair

Je voulais aller à Orsay pour admirer les portraits que je savais y trouver, mais j'ai découvert la passion des préraphélites pour la nature, que j'ignorais (je vous ai dit que j'étais simple spectatrice novice et peu futée). Les premières salles laissant toute la place à ce sujet, il m'a été difficile de passer à côté, et plusieurs oeuvres proposées m'ont particulièrement impressionnée.

L'exposition est terminée depuis dimanche dernier, mais vous pouvez trouver une présentation sur le site du musée d'Orsay. Et pour un vrai commentaire, c'est par ici.

Posté par lillounette à 13:00 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags : , ,
07 mai 2011

Le Trône de fer - George R.R. Martin

George_R_R_martin_le_tr_ne_de_ferComme vous le savez, je suis une experte en matière de science-fiction/fantastique/fantasy, et je sais en un clin d'oeil catégoriser les livres qui s'y rapportent, comme je l'avais prouvé avec Mervyn Peake...
Avec cette série, j'ai aussi appris que les livres de ces genres avaient des pouvoirs magiques. Si, si, quand le lecteur est captivé et ne veut plus jamais que ça s'arrête, des tomes supplémentaires apparaissent miraculeusement.
Mon humour est nul, je sais. En fait, l'édition originale anglaise comprend pour l'instant quatre tomes, mais en France on en a treize pour d'obscures raisons. Donc, quand je vous parle du tome 1 français, je n'évoque en réalité que la moitié du premier tome anglais, divisé en deux volumes en VF. Entre nous, ça m'arrange. J'ai déjà entamé sérieusement la suite, mais je trépigne trop pour attendre encore avant de vous parler de cette série.

Il y a quinze ans, Robert Baratheon, Eddard Stark et John Arryn ont mit un terme au règne de la dynastie des Targaryen sur le royaume des sept couronnes. Ses représentants versaient dans la démence, et le roi Aerys menaçait de tout détruire et avait commis en compagnie de sa progéniture des crimes impardonnables.
Depuis, Robert Baratheon a été couronné roi, et a épousé Cersei Lannister, pour renforcer son alliance avec la puissante et ambitieuse famille des Lannister, qui ne s'est soumise que tardivement à la rébellion. Cersei est une femme assoifée de pouvoir, qui n'a d'affection que pour son frère jumeau, Jaime, et ses trois enfants. L'aîné, Joffrey, tête à claques, est l'héritier de Robert.
John Arryn a été nommé Main du roi (c'est à dire la personne la plus puissante du royaume après le roi), et a épousé Lysa Tully, fille de Lord Hoster, qui règne depuis Vivesaigues sur le Conflans. Elle lui a donné un fils geignard et souffreteux, Robert, et se terre dans sa forteresse des Eyriés.
Le livre commence alors que John Arryn vient de mourrir. Robert Baratheon se rend dans le Nord, gouverné par son ancien compagnon d'armes, Eddard Stark, pour lui demander d'être sa nouvelle Main. Depuis la guerre, Ned a épousé Catelyn Tully, la soeur de Lysa, et mène une vie heureuse auprès d'elle, de leurs cinq enfants (Robb, Sansa, Arya, Bran, Rickon) et de son bâtard, Jon. Le Nord est aussi là où se trouve le Mur, qui protège le continent des Autres, et qui dispose de la Garde de Nuit, composée de frères ayant juré de consacré leur vie entière à cette mission. Personne n'a vu les Autres depuis des millénaires, ni les autres créatures fantastiques censées vivre au-delà du Mur. Pourtant, Ned et ses fils découvrent au début du roman six loups-garous (qui ne se transforment pas à la pleine lune, ce sont des animaux) dans la neige. Les enfants Stark en reçoivent chacun un (Jon, le bâtard, s'approprie le loup albinos), qui ne les quitte plus et les protège.
Lord Eddard n'est pas heureux de la demande de Robert d'être sa nouvelle Main, mais il n'a pas d'autre choix que d'accepter. De plus, Catelyn reçoit de sa soeur Lysa une lettre inquiétante, qui accuse les Lannister d'avoir assassiné John Arryn. Ned est alors décidé à partir pour Port Real, la capitale, afin d'enquêter. Ses filles, Sansa, fiancée au prince Joffrey, et Arya, garçon manqué,  ainsi que son deuxième fils, Bran, doivent l'accompagner dans le sud. En son absence, Robb, son fils aîné, a la charge du Nord, et sa mère reste auprès de lui, ainsi que le petit Rickon. Quant à Jon, il ne peut rester à Winterfell, la résidence paternelle. Il est aimé de ses frères et soeurs, mais n'a aucun statut social en tant que bâtard, et Catelyn le hait pour ce qu'il représente. Il décide de s'engager dans la Garde de Nuit, où l'on peut s'élever socialement sans se soucier de son milieu d'origine.  
Peu avant le départ de Robert et Ned pour la capitale, Bran, qui a l'habitude de grimper partout, fait une chute qui le blesse grièvement. Il reste donc à Winterfell, entre la vie et la mort. Par ailleurs, partout dans le royaume, on murmure que l'hiver vient.

Long résumé qui ne sert pas à grand chose, parce que le nombre de personnages, de lieux et d'intrigues qui peuplent ce livre est encore plus grand. Je ne vous ai même pas parlé de Tyrion Lannister, le Nain, frère de Jaime et Cersei, qui est l'un des protagonistes les plus intéressants du livre. Ni de Viserys et Daenerys, les enfants du roi fou, exilés au-delà des mers, qui complotent pour regagner leur trône. Pour l'instant, ils sont assez en retrait, mais ils n'ont pas l'intention d'en rester là.
N'étant pas habituée à autant de personnages, il m'a fallu du temps et l'aide de la présentation des familles en début de livre pour m'y retrouver. L'histoire étant narrée par plusieurs protagonistes, essentiellement les Stark, j'ai fini par mieux visualiser les choses, et à partir de là, j'étais conquise.
En fait, je ne sais pas trop quoi vous dire sur tout ça, à part que l'on savoure toutes ces intrigues, que l'on se fait manipuler par les personnages, dont il est difficile de connaître le coeur. A l'exception de la plupart des Stark, on a de véritables surprises, ce qui me plaît énormément. Ca me rappelle un peu Mrs Coulter et Lord Asriel, donc ça promet pour la suite. La découverte du monde qui nous est décrit est également savoureuse. J'ai particulièrement apprécié de suivre Jon au Mur. D'ailleurs, je m'interroge beaucoup sur  ce jeune homme, et je me demande si l'identité de sa mère n'est pas toute simple finalement. Mais j'imagine qu'on ne saura pas la vérité avant la fin de la série, donc je vais me concentrer aussi sur le reste (ce qui n'est pas très dur).
Je n'ai pas l'habitude des séries, et pourtant je suis ravie qu'il y ait autant de pages à dévorer. La plupart des personnages n'ont pas encore dévoilé leur potentiel, certains n'étant que mentionnés, mais devraient prendre rapidement plus d'ampleur.

Ce premier volume sert en fait à mettre en place l'action, mais il le fait merveilleusement bien. On n'est pas complètement épargnés pour autant, et je crois que je n'ai pas fini de pleurer. C'est un coup de coeur.

Juste une remarque, parce que quand même : l'édition est bou-rrée de coquilles. Et ça n'a pas l'air de s'arranger avec le tome 2, dans lequel j'ai notamment repéré une énorme faute d'orthographe. 

Pour ceux qui auraient vécu dans une grotte ces derniers mois, une série adaptant l'oeuvre vient de commencer à être diffusée. Je n'y ai jeté qu'un oeil pour l'instant, mais elle a l'air très fidèle à l'oeuvre.

Choupynette, Thomas, Céline et Hydromielle sont aussi enthousiastes.

Posté par lillounette à 12:28 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags :
04 mai 2011

Nouveau blog de lecture

Une fois n'est pas coutume, je vais faire un peu de pub pour une nouvelle blogueuse, Perrine. Elle aime Virginia Woolf, donc je ne pouvais pas rester insensible...

Voici son blog.

Et puisqu'on parle de Virginia Woolf, Nuit et Jour vient d'être réédité en français chez Points.

nuit_et_jour

De mon côté, je suis plongée dans la sixième saison de Dr Who, et ça commence en fanfare. Côté livres, je découvre la fantasy, mais je vous en reparle très vite.

Posté par lillounette à 09:48 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : ,
25 avril 2011

Les Chouans - Honoré de Balzac

21374719Les Chouans est le premier grand roman de Balzac. Ecrit en 1828, il s'agit d'un roman historique (et plein d'autres choses), qui revient sur la Révolution française et les troubles liés à cette époque.
Nous sommes en 1799. Bonaparte est alors Premier consul, et Fouché, ministre de la police, l'aide dans sa lutte contre les royalistes. Les chouans ont  en effet repris la lutte dans l'ouest de la France, menés par le jeune marquis de Montauran, surnommé le Gars.
Marie de Verneuil est envoyée en Bretagne pour séduire le chef des blancs et le livrer aux républicains. Evidemment, les choses ne se passent pas comme prévu. Dès la première rencontre, Marie et Montauran tombent amoureux. Corentin, émissaire de Fouché, qui accompagne Marie et qui espère l'épouser, est furieux, tout comme la redoutable Mme du Gua, qui lorgne sur Montauran. Les deux jalous étant les personnages les plus charismatiques et les plus féroces du livre, je vous laisse imaginer les coups tordus auxquels on a droit.

Ce livre dormait dans ma bibliothèque depuis des années, et après ma lecture, j'ai vraiment du mal à me l'expliquer (c'est pas comme si j'avais une PAL d'une taille effrayante).
Je ne sais pas si c'est le meilleur roman de Balzac, sa structure est parfois un peu bancale, au point qu'il faut souvent être très attentif pour repérer les changements de personnage ou de camp. Pourtant, il est déjà porté par un souffle romanesque incroyable. Comme souvent, je me suis beaucoup amusée en lisant les descriptions des personnages. Les hommes de Hulot, le chef militaire des bleus, nous offrent un spectacle impressionnant : 

"Quelques-uns des paysans, et c'était le plus grand nombre, allaient pieds nus, ayant pour tout vêtement une grande peau de chèvre qui les couvrait depuis le col jusqu'aux genoux, et un pantalon de toile blanche très grossière, dont le fil mal tondu accusait l'incurie industrielle du pays. Les mèches plates de leurs longs cheveux s'unissaient si habituellement aux poils de la peau de chèvre et cachaient si complètement leurs visages baisés vers la terre, qu'on pouvait facilement prendre cette peau pour la leur, et confondre, à la première vue, ces malheureux avec les animaux dont les dépouilles leur servaient de vêtement. Mais à travers ces cheveux l'on voyait bientôt briller leurs yeux comme des gouttes de rosée dans une épaisse verdure; et leurs regards, tout en annonçant l'intelligence humaine, causaient certainement plus de terreur que de plaisir. Leurs têtes étaient surmontées d'une sale toque en laine rouge, semblable à ce bonnet phrygien que la République adoptait alors comme, emblème de la liberté."

La première description de Corentin vaut aussi le détour, d'autant plus que Balzac semble lui même hilare en nous dépeignant son costume.
Avec ce roman, nous sommes au coeur de la guerre que se livrent les royalistes et les républicains, avec tous les coups bas, tous les comportements opportunistes et toutes les horreurs que cela suppose. Et bien que l'on soit plutôt épargnés au niveau des descriptions sanglantes, j'ai vraiment eu du mal à me concentrer sur l'exécution sommaire qui intervient à la fin du roman et qui précipite les événements. En revanche, j'ai adoré le début du roman, avec la première opposition entre chouans et bleus, et l'apparition du Gars. C'est très réussit.
L'histoire d'amour entre le Gars et Marie de Verneuil est bien sûr au coeur du roman. Mon côté fleur bleue a été comblé par cette relation passionnée qui naît en l'espace de trois minutes. J'ai enragé à chaque difficulté rencontrée, et pleuré toutes les larmes de mon corps à la fin (bon, j'exagère un peu). Mais les personnages qui ont le plus retenu mon attention sont plutôt les personnages périphériques. Marche-à-terre, Corentin, Mme du Gua (j'aimerais vraiment savoir qui elle est réellement, Balzac sous-entend qu'elle a déjà fait des siennes), Galope-Chopine sont en effet beaucoup plus actifs et intriguants.

En résumé, voilà un roman que j'ai lu d'une traite. Il est assez différent de ce que j'ai pu lire de l'auteur jusqu'à présent, mais je recommande sans hésitation.

D'autres avis chez Emeralda et Whiterose.

Honoré de Bazac. Les Chouans. 1829. 508 pages.

Posté par lillounette à 13:46 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : , ,