07 mars 2007

Ainsi rêvent les femmes ; Kressmann Taylor

2746708094Édition Autrement ; 59 pages.
8 euros.

"Alors même qu'elle lui enfonçait son visage dans les cheveux, elle voyait s'abattre sur elle l'ombre des années à venir comme des oiseaux aux ailes noires. Aussi clairement qu'un message écrit, cette vision lui révélait, au milieu de la joie, toute la cruauté future, la dureté, la longue privation, la souffrance. Elle accueillait ces mauvais présages, les serrait contre elle, contre ses seins, en même temps que le corps de l'homme."
Après Ainsi mentent les hommes, Kressmann Taylor nous offre avec pudeur, fraîcheur et sensibilité, le portrait de quatre femmes et un homme confrontés à la cruauté des rapports entre les êtres, à la rareté des preuves d'affection, qui n'ont pour réconfort que la pureté de leurs sentiments : Harriet, qui voit lui échapper l'homme qu'elle aime dans les flammes et la jalousie; Madame, qui ne survit qu'au milieu de ses souvenirs et caresse brièvement l'espoir de faire partager ses chimères à sa jeune voisine compatissante; Anna, une toute jeune adolescente, qui se heurte à l'incompréhension et à l'indifférence de la première rencontre amoureuse; Ellie pearle, à la croisée des chemins entre les montagnes de son enfance et la sophistication de la ville; et Ruppe Gittle, qui a peut-être bien découvert le sens de la vie... Un précieux recueil qui rassemble les toutes dernières nouvelles inédites de l'auteur d'Inconnu à cette adresse. Comme une ultime invitation, en forme d'adieu, à se laisser traverser par le rêve fugace de l'amour. "

On peut rêver de différentes manières. En dormant, comme Harriet, mais aussi en se faisant des illusions, comme Anna. Certains rêvent en se rappelant un passé enjolivé, d'autres songent à une vie meilleure, loin. Mais quelle que soit la façon dont on rêve, il faut bien se réveiller à un moment ou à un autre.
J'ai beaucoup aimé ce très court recueil. Les histoires d'Harriet et d'Anna particulièrement. La première parce que sa vie a un goût d'inachevé terrible, la seconde parce que tout le monde a connu ces amours à sens unique, qui naissent alors qu'on ne le souhaitait pas.
Kressmann Taylor nous montre que quelle que soit notre âge, notre époque, notre lieu de vie, nous recherchons l'affection des autres, et que le souvenir d'un amour perdu ou que l'on a refusé, est la source des plus grands remords. Tout ceci avec une écriture très belle. L'auteur sait très bien passer du langage soutenu au langage courant pour donner du poids à son histoire.

" Je me demande s'il lui arrive de voir jusqu'au ténébreux des abîmes qui se profilent derrière les apparences, de faire face à l'effroyable, à l'insupportable fin de tout. Elle ne comprend pas que la blancheur des pivoines fait peine à voir parce qu'elle doit finir un jour. Il y a dans le monde quelque chose qui ne va pas du tout. Regardez ce qui dure, les tombes, par exemple. Ce sont les belles choses qui disparaissent en premier ; les matinées comme celles-ci, les iris qui cachent à l'intérieur de leurs pétales des cavités mouchetées et duveteuses. " (page 17)

J'ai vraiment aimé ce recueil, que je ne peux que vous conseiller.

Les avis de Florinette et de Virginie/Naniela.

Posté par lillounette à 19:44 - - Commentaires [15] - Permalien [#]

31 octobre 2006

Mariage à la mode précédé de La Baie ; Katherine Mansfield

2070308898Edition Folio 2 euros ; 101 pages.
2 euros.

"Dans le train qui le ramène chez lui pour le week-end, William savoure le bonheur de retrouver bientôt Isabel, sa ravissante jeune femme, et leurs deux enfants. Pourtant, depuis qu'Isabel s'est liée avec un nouveau groupe d'amis, elle a changé et William ne sait trop qu'en penser... Durant les longues journées d'été, Crescent Bay est le théâtre de la vie et des jeux de ceux qui y passent leurs
vacances entre baignade, sieste et conversations. Par petites touches lumineuses et justes, Katherine Mansfield esquisse des portraits pleins de finesse et de sensibilité."

Voilà ce qui s'appelle un véritable coup de coeur ! Décidément, je trouve que cette nouvelle édition Folio 2 euros est une idée fantastique. On n'y trouve que de petits bijoux. Les auteurs présentés le sont avec des textes qui nous donnent envie de découvrir un peu plus qui ils sont. Je m'emballe un peu, mais plus j'en lis, et plus je suis enthousiasmée par ces petits livres très courts et très pratiques à lire dans les transports en commun.

Katherine Mansfield est encore une auteure que je ne connaissais pas, mais qui écrit des histoire extrêmement touchantes. Quelle belle nouvelle que Mariage à la mode... En vingt pages à peine, on se retrouve totalement sous le charme de William, et l'on rêve qu'Isabel cesse de ne vivre qu'avec ses amis. Ses amis qui lui donnent la sensation d'exister, mais que j'ai cependant trouvés d'une grande cruauté. Visiblement, il ne fallait pas trop mêler ses amis à ses soucis amoureux déjà au début du XXème siècle...

Dans La Baie, Catherine Mansfield nous introduit dans le quotidien de familles assez aisées, qui s'adonnent à leurs loisirs. Nous avons l'impression d'être omniscients, et de vagabonder de personnage en personnage. Tout ceci avec un style plein de poésie. Cette nouvelle est également très courte, et pourtant, on en sort enchanté.

A noter que ces deux nouvelles sont extraites du recueil de nouvelles, La Garden Party.

Posté par lillounette à 08:24 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
27 octobre 2006

La circoncision ; Bernhard Schlink

2070428680

Edition Folio 2 euros ; 84 pages.
2 euros.

"Cinquante ans après la Seconde Guerre mondiale, Andi, un jeune Allemand, et Sarah, une juive dont la famille est rescapée d'Auschwitz, tentent de vivre leur amour malgré le poids du passé."

Bernhard Schlink est le porte-parole de la génération d'après-guerre en Allemagne, et de ses difficultés à trouver sa place dans un monde où le souvenir effroyable du nazisme est très présent. Une fois de plus, il met en scène un Allemand, dont le père a eu des activités floues pendant la guerre. Andi se sent mal à l'aise avec sa fiancée, qui l'aime, mais qui ne peut s'empêcher de le voir comme un "Allemand", dans le mauvais sens du terme. Je m'explique. Pour elle, être Allemand, c'est devoir accepter le passé de ce pays. Elle est révoltée de voir toutes ces reconstructions en Allemagne, pour elle c'est une négation de l'hitlérisme et de ses atrocités. Il est certain que l'on ne peut pas fermer les yeux sur son passé, surtout lorsqu'il est d'une grande noirceur. Mais de son côté, Andi, qui se sent blessé, n'a pas totalement tort. Etre mis sur le même plan que ses parents ou ses grands-parents, ce n'est pas forcément compréhensible. Il refuse de porter la responsabilité de ce qui s'est passé. Et en effet, pourquoi les descendants de meurtriers seraient-ils responsables d'actes commis avant même leur naissance ?

Pour Andy, c'est difficile d'être regardé par sa fiancée, sa famille, ses amis, qui cherchent son côté "typiquement allemand" dans chacun de ses gestes. Il se questionne, et se demande s'ils n'ont pas raison. Mais renier sa culture, son identité, est-ce possible ? Et surtout, n'est-ce pas se plonger à nouveau dans l'oubli ?

" - Si, c'est ce que fait Tina, et d'autres le font aussi. Votre préjugé est comme tous les préjugés ; il a un peu à voir avec la réalité, et un peu avec la peur, et il simplifie aussi un peu la vie, comme tous les petits casiers ou les tiroirs où l'on classe les autres. Vous trouverez toujours chez moi quelque chose qui confirmera votre préjugé, un jour ma façon de penser, une autre fois ma façon de m'habiller, et là, le fait que j'ai ri de tes trous." (page 68)

Posté par lillounette à 19:21 - - Commentaires [3] - Permalien [#]