20220621_165922

Depuis la Déchirure, le monde est divisé en arches flottant dans le vide. Chacune est habitée par un ancêtre commun, l’Esprit de famille, qui a transmis des pouvoirs à ses descendants. Ophélie est une jeune fille d’Anima maladroite et discrète, travaillant dans un musée. Sa seule originalité est d’avoir refusé d’épouser deux de ses cousins éloignés. Elle ne peut pas se dérober lorsqu’un nouveau prétendant se présente. Et pourtant, il y a de quoi s’inquiéter. L’homme, Thorn, vient du Pôle. Grand, maigre et recouvert de cicatrices, c’est aussi un être particulièrement désagréable. Contrainte de quitter sa famille et son arche, Ophélie va se retrouver au milieu de complots auxquels sa vie d’animiste ne l’avait pas préparée.

Je lis peu de romans jeunesse, mais cette série découverte il y six ans est un titre vers lequel je reviens régulièrement.

L’univers créé par Christelle Dabos, depuis les objets qui s’animent aux constructions gigantesques que sont la Citacielle et la Bibliothèque de Babel, me plonge à chaque fois dans un ravissement absolu. L’autrice a remodelé pour le meilleur des idées piochées chez des artistes qui sont aussi parmi mes préférés.
Les personnages ne sont pas en reste. Même si je regrette vivement la quasi disparition de compagnons essentiels au fil des tomes, tous ceux qui apparaissent ont un charisme indéniable, et Ophélie en premier lieu est une formidable héroïne.

Loin d’être une histoire de rivalités de cour, ainsi qu’on le croit au premier abord, l’intrigue monte en puissance et finit par mettre au premier plan des éléments qui semblaient relever du détail dans les premiers livres.

Cette saga est une réflexion sur la mémoire, la conservation de l’histoire, la confrontation au réel. Il y est aussi question d’opportunisme, de soif de pouvoir, d’entraide et de libre arbitre.

Si vous faites partie des quelques oiseaux rares à ne pas vous être encore lancés, n’hésitez plus !

Première participation au challenge Pavés de l'été de Brize.

Les Fiancés de l'hiver. 528 pages. 2013.
Les Disparus du Clairdelune. 560 pages. 2015.
La Mémoire de Babel. 496 pages. 2017.
La Tempête des échos. 576 pages. 2019.

pave-2022-250