09 août 2020

L'Assassin Royal. Première Epoque, 1 - Robin Hobb

9782290085998La famille des Loinvoyant règne sur Castelcerf et les Six-Duchés depuis plusieurs générations.
Lorsqu'un jeune garçon, âgé de six ans, est présenté à la cour comme le bâtard du prince Chevalerie, fils aîné du roi Subtil, la destinée de la famille régnante est bouleversée. Chevalerie renonce à son titre de Roi-servant au profit de son frère Vérité et se retire de la cour avec son épouse. La reine Désir, seconde épouse de Subtil et son fils, Royal, voient d'un très mauvais oeil ce nouveau venu.
L'enfant, baptisé Fitz, est confié aux bons soins de Burrich, le maître des écuries du roi et ancien homme de confiance de Chevalerie. Sur ordre du roi, il est aussi éduqué pour devenir un assassin aux services de son souverain.

Comme souvent avec les livres offrant une multitude d'intrigues et une importante galerie de personnages, il est très difficile de résumer la première partie de L'Assassin Royal. Je peux cependant vous assurer que si vous aimez comme moi vous plonger à l'occasion dans un cycle de fantasy, l'oeuvre de Robin Hobb devrait vous combler.
On y trouve un Moyen-Âge fantasmé, où la culture courtoise est de mise ainsi que les complots pour renverser les forces en place. Il est également question de pirates rouges volant l'âme de leurs otage, de passages secrets et de magies de l'esprit.
Bien que ce premier tome fasse plus de mille pages, les nombreux rebondissements poussent à lire frénétiquement les aventures de Fitz et de ses compagnons. Le jeune garçon est plutôt attachant, mais la noblesse de Vérité, l'audace de Kettricken, le mystère du fou ou encore la tendresse de vieil ours de Burrich en font des personnages tout aussi intéressants.
La densité des personnages féminins est un réel plaisir. Kettricken, dont je vous laisse découvrir le rôle, est à l'opposé des clichés habituels des princesses royales. Elle est certes belle, mais aussi massive, capable de se battre et très perspicace. Quant à Patience, elle cache une détermination à toute épreuve derrière son excentricité. Les soldats sont choisis pour leur aptitude au combat, indépendamment de leur sexe et même dans la famille royale c'est l'ordre de naissance seul qui détermine la succession.
Si le vilain Royal n'est pas le méchant le plus nuancé qui soit, ce n'est pas le cas de tous ceux qui se mettent en travers du chemin de Fitz dans son entreprise de servir son roi. De quoi être en permanence sur ses gardes.

Une lecture addictive, j'ai d'ailleurs déjà commencé la seconde partie.

logo-challenge-pavevasion



J'ai lu. 1118 pages.
Traduit par Arnaud Mousnier-Lompré.
1995-1996 pour l'édition originale.

Posté par lillylivres à 12:56 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , ,