61355990Gallimard Jeunesse ; 315 pages.
2010.

Je vous ai parlé du premier tome des Étranges soeurs Wilcox il y a quelques semaines. Comme j'avais le deuxième tome sous la main, je me suis vite plongée dedans.

Cette fois, Amber et Luna suivent des aventures séparément. L'aînée des deux soeurs est enlevée par Abraham Stoker, qui pensait naïvement pouvoir échapper à ses anciens amis. Elle se retrouve ainsi à bord d'un bateau à destination de New-York, sur lequel voyage également le terrifiant Lord Ciceley, dépêché par Dracula pour dérober l'un des fragments du Venefactor au Duc de Manhattan, et qui espère se servir d'Amber pour parvenir à ses fins.
De son côté, Luna fuit les Invisibles à la demande d'Elizabeth Bathory, toujours plongée dans un profond sommeil, mais capable de communiquer avec la jeune fille. Elle se rend chez une famille humaine  sur les indications de la comtesse, et avec l'aide de ces gens, dérobe le corps d'Elizabeth. Accompagnée du chat Watson, elle se rend ensuite à Liverpool, à bord du Pneumonaute, qui transporte également la comtesse.

J'ignore si mon plaisir de lecture a été influencé par le temps que j'ai mis à lire ce livre (un peu dans les transports matin et soir), mais je crois que j'ai perdu le fil.
D'un côté, le récit connaît des développements intéressants, avec l'introduction de nouveaux personnages et de nouvelles créatures, qui mettent un peu plus en place le cadre du récit. Le fait que les chapitres alternent entre les deux soeurs permet aussi de découvrir davantage les Wilcox dans leur singularité (et entre nous, je crois que je préfère Luna).
D'un autre côté, j'ai vraiment eu le sentiment de piétiner, malgré la construction à deux voix du livre, qui devrait donner du rythme (les chapitres avec Amber sont souvent trop longs). Bon, j'ai ressenti un regain d'intérêt à la fin. Il faut dire que la brouille entre Sherlock Holmes et Sir Arthur Conan Doyle est irresistible, et qu'elle justifie le comportement inconcevable du célèbre détective dans cette série que j'avais relevé lors de ma lecture du premier tome.
En fait, j'ai beau n'avoir rien d'une spécialiste de la littérature vampirique, j'ai l'impression que les mêmes ficelles reviennent toujours, et qu'il faut beaucoup de profondeur pour parvenir à sortir du lot. Dans ce cas précis, j'ai été moyennement satisfaite. J'adore les fées et le Pneumonaute est une introduction excellente, mais le coup des loups-garous et de Sekhmet, en plus de tout le reste, sonne un peu comme de la surenchère pour moi. Dans le premier tome, on avait des clins d'oeil inombrables à des personnages connus, et le procédé m'avait amusée, mais si c'est systématique, ça a un goût de facilité.
Autre reproche, nous avions quitté les soeurs Wilcox avec des questions irrésolues, L'ombre de Dracula n'apporte aucune réponse ou presque, et celles que l'on obtient ont un goût amer. Par exemple, le personnage de Rebecca, qui était prometteur et envoûtant, m'a finalement beaucoup déçue, la personnalité que l'on découvre chez la jeune femme me paraissant très éloignée de ce que le reste de l'histoire laissait espérer. 
Les personnages sont tous des énigmes et incapables d'un peu de franchise, ce qui personnellement me lasse au bout de deux tomes, d'autant plus si leurs révélations n'ont rien de folichon. L'absence des Invisibles m'a aussi beaucoup perturbée. Ils semblaient bien plus malins dans le tome 1...

Je suis donc assez mitigée en ce qui concerne ce deuxième tome. Je vais attendre de voir ce que les fans de la série vont dire sur le troisième volet pour décider si je m'y plonge dans un futur plus ou moins proche.

Emmyne et Lily ont des avis beaucoup plus enthousiastes.