07 février 2011

Les Vampires de Londres ; Fabrice Colin

ESW_01_vampires_londresGallimard Jeunesse ; 283 pages.
2009
.

Lorsque Amber Wilcox se réveille, elle est enterrée vivante. Revenue à la surface, elle constate qu'elle se trouve dans un cimetière, et délivre sa sœur, Luna, enterrée dans la tombe d'à côté. Les deux jeunes filles, qui ignorent ce qui leur est arrivé, se mettent alors à marcher dans les rues de Londres, à la recherche de leur maison. Des choses étranges se produisent : elles sont plus rapides et plus fortes, elles voient des créatures inconnues d'elles jusque là, et elles ressentent surtout une faim terrible qui les pousse à se jeter sur un rat. En d'autres termes, on dirait bien qu'elles sont des vampires. 
Les deux sœurs sont finalement recueillies par des amis de leur père, qui appartiennent à une organisation secrète reliée au gouvernement anglais, les Invisibles, dont la mission est d'empêcher les Drakul, les vampires soumis à Dracula de prendre le contrôle de l'Angleterre.
L'intérêt porté par les Invisibles aux sœurs Wilcox n'est pas entièrement désintéressé. Les membres de l'organisation secrète comptent en effet sur les capacités de vampire de Luna et Amber pour lutter contre ceux qui troublent la vie de la capitale anglaise.

J'ai ouvert ce livre avec pas mal d'attentes (Angleterre, XIXe siècle, ambiance mystérieuse, c'est du sur mesure), et j'ai été plutôt agréablement surprise. Le premier tome des Etranges soeurs Wilcox est en effet bien construit, distillant le suspens tout au long du récit, et introduisant toute une galerie de personnages très connus de l'époque victorienne aux côtés desquels on a envie d'enquêter. On croise ainsi Sherlock Holmes (qui est toutefois très différent du personnage de Sir Arthur Conan Doyle, même pour quelqu'un comme moi qui connaît peu l'original), le docteur Watson, Dracula et Abraham Stoker (qui tient ici le rôle d'un conteur mystérieux), Jack l'Éventreur, Elizabeth Bathory (que l'on voit décidément partout ces derniers temps !), et même la reine Victoria. Cela permet à l'auteur de créer un univers assez original, sans être révolutionnaire.
Les sœurs Wilcox sont bien croquées également. De tempéraments opposés, elles réagissent chacune à leur manière aux événements auxquels elles sont confrontés, se font des cachotteries, ce qui permet d'épaissir le récit. Des questions demeurent. Elles ne se connaissent pas encore en tant que vampires, ignorent ce qui leur est réellement arrivé, ainsi que ce qui s'est passé avec leur belle-mère. Les amis de
leur père (porté disparu) ne semblent pas non plus décidés à tout leur révéler, de quoi créer une ambiance angoissante, renforcée par l'omniprésence des cimetières, des parcs vides, et des rencontres au clair de lune (oui, les vampires vivent la nuit, quel scoop !).

Quelques détails m'ont agacée (on tombe à plusieurs reprises dans la facilité, et je n'en pouvais plus de lire "l'aînée des Wilcox" au bout de 300 pages), mais j'ai dévoré ce livre. Je lirai sans aucun doute la suite.

Vous pouvez trouver beaucoup d'autres avis sur BOB.
Fashion propose une interview de l'auteur autour de ce livre.


01 février 2011

Le compagnon de voyage ; Curzio Malaparte

Le_compagnon_de_voyageFolio. 75 pages.
Traduit par Carole Cavallera
.

Je n'ai découvert Curzio Malaparte que récemment, par le biais de Cécile, qui en parle tant qu'elle peut. Le compagnon de voyage n'est sans doute pas la meilleure façon de découvrir l'œuvre de cet auteur, puisqu'il s'agit d'un texte publié de manière posthume très bref. Pourtant, après quelques instants de cafouillage au début de ma lecture, je me suis laissée porter, et j'ai découvert un livre plein de qualités.

En septembre 1943, les Alliés débarquent au sud de l'Italie. Un petit groupe de soldats, sur l'ordre de son lieutenant, reste combattre jusqu'au bout. Durant le combat, le lieutenant tombe, et demande à Calusia, un chasseur alpin originaire de Bergame, de rapporter son corps auprès de sa famille, à Naples.
Calusia charge donc le corps dans une caisse qu'il met sur le dos de Roméo, un âne abandonné. En chemin, il croise d'abord Concetta, une jeune fille échappée de chez les bonnes sœurs, puis une femme qui lui rappelle les filles de Bergame, dont il tombe amoureux.

Je n'avais jamais lu de livre évoquant l'Italie à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Malaparte nous en dresse un portrait à la fois pathétique, poétique, et drôle. La route jusqu'à Naples est en effet jonchée de personnages perdus, à la merci des premiers voleurs, et à la limite de la folie. Même les soldats alliés participent à cette joyeuse pagaille, à l'image de ce soldat noir américain, qui se balance en haut d'une cloche d'une église, créant la panique dans la foule qui croit que le diable vient d'apparaître.
Le chaos est pourtant empreint d'un certain espoir pour Malaparte, qui livre un texte assez politique. Il voit dans la situation inconfortable de l'Italie une opportunité (illusoire?) pour ses habitants.

"Depuis toujours la défaite représente pour les populations misérables, malheureuses, une sorte de merveilleuse et terrible occasion de liberté, de vie nouvelle plus aisée et plus digne."  

Maintenant que je vous ai donné l'impression que Le compagnon de voyage est un livre lumineux, je vais me contredire en évoquant une certaine colère que j'ai perçue au cours de ma lecture. Une colère dirigée contre ceux qui, par cupidité, brisent la vision que Malaparte aimerait avoir de sa patrie. Le fascisme et la guerre, qui servent de toile de fond, n'empêchent pas l'auteur d'écrire un livre concentré sur son pays et l'affection qu'il lui porte, et l'on sent qu'il s'agit là de sa préoccupation principale.   1718394131

J'ai vraiment été agréablement surprise par cette lecture, et j'espère retrouver Curzio Malaparte dans ses écrits les plus connus.

Merci à Lise et aux éditions Folio pour l'envoi.

Posté par lillounette à 22:11 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,