04 février 2008

Le corps de Liane ; Cypora Petitjean-Cerf

41mW8hLAr_2BL

Stock ; 337 pages.

L'année dernière, j'avais beaucoup aimé Le musée de la sirène de cet auteur. Clarabel, puis bien d'autres m'ont ensuite mis l'eau à la bouche en disant combien Le corps de Liane leur avait plu. Aujourd'hui, je me je m'ajoute au club des admiratrices de ce roman.

L'histoire : Christine vit seule à Paris avec sa fille Liane, qui a des manies très étranges. En effet, Liane est obsédée par la peur de vomir depuis un pari qu'elle s'est lancée à elle même, teste tous les aliments de l'épicerie située en face de son collège, et prend énormément de notes. Pendant les vacances, Liane et Christine vont en Bretagne chez Huguette, la grand-mère. Huguette a également élevé sa fille seule, puisque son mari, un Italien rencontré et épousé un peu trop rapidement, est reparti depuis longtemps dans son pays. Il y a aussi Roselyne, la grande amie de Liane, qui est rejettée par sa mère, Lamia qui est venue en France pour se remettre de la mort de son bébé, ainsi qu'Eva, la femme de ménage, et sa tête à claques de fille. Toutes ces femmes, qui se sont bien trouvées, passent ensemble des moments simples mais réconfortants, comme regarder Dallas ou se refiler une poupée. 

Mon avis : Elles ont un grain les héroïnes de Cypora Petitjean-Cerf, avec toutes leurs bizarreries et leurs blessures. Pourtant, je n'ai pu m'empêcher de m'attacher à elles. Après tout, de l'intérieur, toutes les familles sont folles. Et la "famille" de Liane, comme toutes les autres, trouve une cohérence et une harmonie dans ces habitudes un peu étranges, ces obsessions soudaines, durables ou pas.
La multitude des points de vue, le fait que Liane, Christine et Huguette s'expriment à peu près autant renforce la présence de cette lignée de femmes, et donc la cohérence de l'histoire. Même le feuilleton Dallas est habilement utilisé pour montrer la parenté qui unit ces personnages.
Ce qui est étrange, c'est que même si je n'ai jamais regardé Dallas, j'avais l'impression que Cypora Petitjean-Cerf me parlait quand même de quelque chose de familier quand elle évoquait la série. D'ailleurs, il n'y a pas que les références à Dallas qui m'ont donné le sentiment d'appartenir à l'univers de cette histoire. Ce roman m'a rappelé plusieurs de mes lectures d'enfance. Par exemple, le personnage de Roselyne me fait penser à Les petits enfants du siècle, que je lisais au collège. 
C'est difficile de vous décrire le plaisir avec lequel j'ai lu ce livre. C'est drôle, vrai, touchant, et bien d'autres choses encore.
Mon seul regret a été de refermer ce livre que j'ai tout simplement adoré. J'aimerais tellement savoir ce qui arrive à Liane, Lamia, Eva, Huguette, Roselyne, Christine ! Pendant un peu plus de trois cents pages, j'ai appris à les aimer et j'ai essayé de les cerner, du coup j'ai été vraiment déçue de devoir les quitter à la fin du livre.

Inutile de vous dire que j'attends le prochain roman de Cypora Petitjean-Cerf avec impatience ! 

Les avis de Clarabel, Laure, Cathulu.

Posté par lillounette à 22:30 - - Commentaires [14] - Permalien [#]