51MYWJ2EVFL

Babel ; 208 pages.

Voici un livre qui dormait dans ma bibliothèque depuis déjà un bon moment. Malgré tous les bons avis, je n'avais jamais envie de l'ouvrir. Un roman avec un titre comme celui-ci et une belle couverture comme celle-là, ça se lit dans un fauteuil au coin du feu avec un bon chocolat chaud, pas vraiment sur la plage.

L'histoire : En fait, elle se passe en été. La Chauffeur est un employé du ministère de la culture québécois. Chaque année, il fait des tournées avec son bibliobus, et prête des livres ou des manuscrits refusés par les éditeurs à ceux qui le désirent.
Cette fois-ci, le Chauffeur vient de rencontrer Marie, une Française, qui voyage avec sa troupe. Après avoir sympathisé, les nouveaux amis du Chauffeur décident de l'accompagner dans sa tournée d'été.

Mon avis : Ce livre est plutôt sympathique sous certains aspects. Déjà, il parle de livres, de la passion des livres, et ça ça me touche forcément. J'adorerais voir un bibliobus passer à côté de chez moi, dans lequel je peux prendre les livres que je désire lire, et éventuellement un manuscrit refusé. La confiance qu'a le ministère (et surtout le Chauffeur) que les livres seront bien rendus, sans même avoir pris le nom des emprunteurs, montre bien la valeur de l'objet livre aux yeux d'un lecteur. Il le renverra pour que le bibliobus puisse continuer à éclairer des petits bouts de vie. Ou alors, si le livre se perd, c'est parce qu'il aura été prêté à d'autres, pas parce qu'il a été rangé et oublié dans une bibliothèque.

Pourtant, je suis plutôt déçue par La tournée d'automne. La relation entre le Chauffeur et Marie ne m'a pas touchée. Elle est poétique sans doute, un peu mystérieuse, mais j'avoue avoir baillé plus d'une fois au cours des échanges entre ces deux personnages. Ce roman manque de rythme, de légèreté. L'ambiance de La tournée d'automne m'a rappelé celle de Je voudrais tant que tu te souviennes (livre dont je garde en tête les qualités, mais dont je suis très contente d'être sortie). J'ai bien vu que Jacques Poulin voulait évoquer la difficulté des relations humaines, mais ça ne m'a pas du tout plu.
Je m'attendais également à une déferlante de références de livres à noter, et j'ai été amèrement déçue. En fait, elles ne sont pas très nombreuses, et présentées dans le cadre de la relation entre Marie et le Chauffeur, ce qui ne m'a pas du tout incitée à les noter.
Autre chose, l'écriture de Jacques Poulin ne m'a pas séduite. Le langage employé est très courant, et j'ai trouvé les descriptions assez artificielles.

En regardant les autres billets sur ce livre, je constate que je suis la seule à avoir été déçue. Allie a adoré, Lily, et Malice aussi. Ah, Laure est un peu moins enthousiaste (je me sens moins seule^^) !