9782264029638R1_1_10/18 ; 288 pages.
6,94 euros.

Comme vous le savez, j'aime beaucoup les romans d'Anne Perry, que je dévore depuis le début de l'année. Pourtant, j'avoue être assez déçue par ce septième tome de la série "Charlotte et Thomas Pitt".

L'histoire : Le corps émasculé d'un médecin d'apparence respectable est retrouvé dans le quartier mal famé de Devil's Acre. Thomas Pitt, appelé pour mener l'enquête, découvre que ce crime abominable est semblable au meurtre d'un autre homme découvert quelques jours auparavant. Mais le lien entre les deux hommes semble inexistant. Les choses ne s'arrangent pas quand le corps d'un Lord est retrouvé à son tour.

Ce tome semblait prometteur. L'enquête se déroule dans les bas quartiers de Londres et dans les milieux les moins favorisés beaucoup plus que d'habitude. Nous retrouvons également dans ce livre la famille Balantyne, rencontrée lors de l'enquête de Thomas Pitt à Callander Square.
Pourtant, j'ai trouvé qu'Anne Perry tournait en rond dans ce roman. Les choses n'avancent pas, l'enquête menée par Charlotte n'est que du réchauffé des tomes précédents, et le fin mot de l'histoire n'est découvert que par chance. Cette enquête est l'une des plus courtes que j'ai lues, pourtant Anne Perry semble manquer d'inspiration de bout en bout. Elle a pourtant un sujet intéressant (les moeurs des femmes de la haute société qui s'ennuient), mais elle ne l'exploite que de loin, et avec des idées déjà utilisées dans les précédentes enquêtes des Pitt.
En plus du manque d'action, je n'ai pas retrouvé l'humour présent dans les précédents tomes. Charlotte, Thomas, et même Emily ne sont pas très attachants, et je les ai trouvés assez fades. Ce livre manque de vivacité à mon goût, je l'ai lu sans réel plaisir et refermé avec soulagement.

Bref, un petit passage à vide pour Anne Perry. J'espère qu'elle se reprend dans les prochains tomes.