13 décembre 2006

Le menteur ; Henry James

2070319873Edition Folio 2 euros ; 116 pages.
2 euros.

L'histoire est celle d'Oliver Lyon, peintre, qui se rend chez Sir David, afin d'y effectuer son portrait. Là bas, il retrouve Everina, celle qu'il a aimé douze ans auparavant, en Allemagne. Elle avait alors refusé de l'épouser, par orgueil nous dit-il. Everina est accompagnée de son mari, le Colonel Capadose, dont elle est clairement amoureuse. Pourtant, il devient vite évident que le Colonel est un menteur incorrigible. Tout le monde le sait, mais personne ne semble vouloir mettre le Colonel dans l'embarras. Et pour cause, ses mensonges ne blessent personne. Oliver Lyon décide, une fois rentré à Londres, de demander au Colonel de poser pour lui. Celui-ci accepte, sans se douter que Lyon a décidé de peindre un portrait révélant sa nature de menteur.
Pourquoi vouloir nuire au Colonel ? Parce que Lyon est toujours sensible au charme de son épouse, parce qu'il est jaloux, parce qu'il veut la reconquérir ou peut être simplement la blesser, si elle ne réagit pas comme il s'y attend. Il veut la voir admettre que son mari est un menteur, et il rêve de la voir admettre qu'elle aurait été plus heureuse avec lui.
Ce livre est assez pénible à lire. Nous sommes entourés de personnages peu attachants. Le Colonel Capadose est agaçant avec ses mensonges, Mrs Capadose est irritante par sa passivité. Et même Oliver Lyon semble plus amer et vengeur qu'amoureux. J'avais beaucoup aimé Daisy Miller  du même auteur, mais j'avais réussi à entrer dans l'histoire. Daisy Miller m'avait émue. Ici, je n'avais qu'une envie, celle de quitter au plus vite ces personnages égoïstes et gonflés de leur bêtise et de leur malhonnêteté.
Parce que finalement, même si Olivier Lyon rougit à chaque fois qu'il dissimule la vérité, et même s'il ne ment pas de façon directe, il entre dans le jeu du Colonel. Et de ce fait, il devient aussi méprisable que celui qu'il méprise. Et même pire. Alors que le Colonel mentait sans nuire à personne, et sans amener sa femme à faire de même, Lyon va le pousser à se défaire d'une situation embarrassante en impliquant une personne extérieure. Everina, quant à elle, ne pourra que prouver son affection pour son mari en le couvrant. Dégoûté, Lyon n'aura dès lors plus qu'à partir et à s'en prendre à lui même. Et en tournant la dernière page, j'ai eu envie de lui dire qu'il ne l'avait pas volé !

Posté par lillounette à 20:58 - - Commentaires [13] - Permalien [#]