2742726195Édition Actes Sud ; 248 pages.
7,50 euros.

"Une soirée d'opéra qui se transforme en odyssée nocturne au coeur de Montréal, et voilà le narrateur de cette histoire, cynique Candide, courant à la perte... de sa virginité. Du café El Cortijo au cabaret des Quatre Coins du Monde, Michel Tremblay nous invite à refaire le parcours initiatique d'un jeune " beatnik ", et à découvrir avec lui un monde burlesque de folie et de transgression, où les passions se déchaînent, où partout éclatent le mensonge et la vérité dans l'urgence du désir. L'amour et le plaisir seront-ils au bout du voyage, dans la Nuit des princes charmants ? "

Conseillé par Allie, cet auteur m'a totalement conquise. Déjà, le titre, La nuit des princes charmants, est très accrocheur pour moi qui aime les histoires enchantées. Et puis, l'histoire, moins enchantée quand même, de ce jeune homme de dix-huit ans, fou d'opéra, de livres, parce que ça lui permet de s'évader dans une ville de Montréal? où à dix-huit ans, il est gay, francophone, et issu des classes populaires. Lors d'une représentation catastrophique de Roméo et Juliette, il rencontre Perette ou Alan, ainsi que François. Lequel des deux sera son prince charmant ? Notre héros veut-il perdre sa virginité, "tomber en amour", ou bien les deux ? Lui qui n'a jamais osé s'immiscer dans le monde de la nuit et encore moins dans les bars gays, va passer une nuit inoubliable.
Tout ceci dans Montréal sous la neige, dans le froid, avec l'accent bien connu des Québécois et leurs expressions dont je ne comprenais pas toujours la signification. La barrière entre les anglophones et les francophones est bien présente dans ce livre, même si le temps d'une nuit, elle est mise de côté, comme tout ce qui pourrait faire obstacle à l'amour. Une jolie découverte.