02 octobre 2006

Ce crétin de prince charmant ; Agathe Hochberg

livre_r_1_"Une chose est sûre : le chevalier servant n'existe pas ! Beau parleur, mesquin, égoïste, obsédé, irresponsable, voire désespérément immature, le mâle du XXIe siècle pencherait plutôt du côté " odieux crapaud ", avec tout ce qu'il faut de ridicule et de veulerie affichée. Et ce n'est ni Ariane, jeune Parisienne branchée, mariée " par intérim " à un jeune loup de la finance aussi agaçant qu'absent, ni Justine, charmante célibataire juive new-yorkaise adepte des cuites au saké et névrosée de première, qui vous diront le contraire. La preuve, les innombrables et irrésistibles mails que nos deux trentenaires délaissées - et déchaînées - ont décidé de s'envoyer le temps d'un jeu de massacre transatlantique à la fois acerbe et drolatique..."

Entre deux classiques, on peut bien offrir à nos neurones un grand moment de détente, pour déguster les piques que nos deux compères envoient à la gent masculine, ainsi qu'aux femmes forcément prétentieuses, stupides, hypocrites et dôtées de pieds très moches qu'elles détestent. Une leçon à retenir de toute cette histoire, c'est que l'on trouve toujours le moyen de se plaindre de sa situation, et que l'on prend un malin plaisir à ne pas voir que l'on est heureux (il n'est pas si mal ce Vincent après tout). De très bons moments de rigolade, malgré une fin étrangement ficelée (j'avoue l'avoir relue plusieurs fois sans vraiment comprendre où Agathe Hochberg voulait en venir...).

Posté par lillounette à 18:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]


Lady Susan ; Jane Austen

2070337561"Une veuve spirituelle et jolie, mais sans un sou, trouve refuge chez son beau-frère, un riche banquier. Est-elle dénuée de scrupules, prête à tout pour faire un beau mariage, ou juste une coquette qui veut s'amuser ? Le jeune Reginald risque de payer cher la réponse à cette question..."

Ce court roman est écrit sous forme de lettres, et son héroïne est parfaitement haïssable, ce qui est très surprenant, à première vue, pour un roman de Jane Austen. Pourtant, je ne l'ai pas trouvé très différent des autres livres de cette auteure, à ma grande surprise. On y trouve toujours ce sujet récurrent qu'est le mariage pour une femme "pauvre", ainsi que cet humour piquant caractéristique de Jane Austen.

Très vite, on comprend quel genre de femme est Lady Susan, et on se met à plaindre cette pauvre Mme Vernon, qui assiste impuissante à la chute de son frère dans les filets de la personne qui a causé bien du tort, à elle mais aussi à beaucoup d'autres personnes. Lady Susan a quelque chose d'extrêment agaçant, ses manières élégantes et détachées, qui la font passer pour la personne la plus distinguée du monde. Et le lecteur, qui lit ses lettres, découvre avec toujours plus d'effroi l'hypocrisie de cette femme qui ne pense qu'à elle, et adopte une attitude épouvantable à l'égard de sa propre fille. On se met alors à espérer pour elle une triste fin, et pour ceux qui ont eu le malheur de la connaître, qu'ils s'en remettent du mieux possible.

Posté par lillounette à 08:00 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :