29 septembre 2006

Les vestiges du jour ; Kazuo Ishiguro

2264035854"Le vieux majordome Stevens a passé sa vie à servir les autres, métier dont il s'acquitte avec plaisir et fierté. C'est un homme qui se croit heureux, jusqu'à ce voyage qu'il entreprend vers Miss Kenton, l'ancienne gouvernante du château, la femme qu'il aurait pu aimer s'il avait su ouvrir ses yeux et son cœur... "

A travers le réçit de la vie d'un majordome, Kazuo Ishiguro nous emmène dans l'Angleterre de l'entre-deux guerres, lorsque le Traité de Versailles est remis en cause, que le nazisme fait son apparition, puis de l'après-guerre, lorsque la société anglaise désigne ses traîtres, pour surmonter la traumatisme de la période hitlérienne, et que le continent américain prend le pas sur la "Vieille Europe".

On peut penser que la réçit d'un majordome anglais, qui ne cesse de nous démontrer à quel point il a toujours rempli sa tâche avec "dignité", est à coup sûr rébarbatif à en mourir. Or, ce n'est pas du tout le cas. On le suit dans les anecdotes qu'il nous conte, sans réelle pudeur, celles qui parlent de Miss Kenton, cette femme qui l'a aimé avant de se lasser de son indifférence, tout comme celles qui évoquent Lord Darlington, son maître trente ans durant, qu'il a servit aveuglément, dans le seul souci de bien faire son métier. Une vie entièrement tournée vers sa profession, voilà le bilan qu'il peut tirer. Il aurait pu aimer Miss Kenton, tenter de sauver Lord Darlington de la tentation nazie.

Mais à la politique comme à l'amour, Mr Stevens a toujours donné la même réponse : "Je le regrette beaucoup [...], mais je ne suis pas en mesure de vous aider sur cette question."

Posté par lillounette à 18:29 - - Commentaires [12] - Permalien [#]

Je me souviens de tout ; Isabelle Desesquelles

arton472_1_

"Dans sa chambre d'hôpital, Laure se souvient de tout. De la grande maison l'été, la grange, le torrent, un royaume pour son imagination fantasque. De l'échappée belle à Cassis et du sable sur sa peau. De sa mère, à laquelle elle n'a pu dire au revoir. De Paule et Fanny, ses bienfaitrices, qui s'aimaient en silence. De Lucas le musicien, l'homme d'une vie. Et de leur première nuit. Intacte. Laure, enfin, se remémore le terrible secret qui brutalement l'éloigna de lui, les séparant pour de longues années. Mais Lucas est en route, il revient... Laure l'attend."

C'est un roman plein de simplicité et de sensibilité que nous offre Isabelle Desesquelles, à travers Laure, son héroïne, qui est en train de mourir d'un cancer du sein, et qui ne s'accroche à la vie plus que pour revoir l'amour de sa vie, Lucas. Elle nous raconte sa vie, faite de drames, la mort de sa mère, le secret qui l'a entourée et qui a brisé le bonheur de deux enfants, le départ de Lucas. Mais une vie aussi faite de voyages et d'attente. Toujours pour la même personne, Lucas. Ce Lucas qui a fuit, dévasté par la découverte d'une vérité insupportable, qu'il n'a jamais pu surmonter. C'est pourquoi il revient, vingt ans après, auprès de Laure.

"J'ai porté le coquillage à mon oreille, une dernière fois j'ai écouté la mer avant de le déposer aux pieds de l'ange.

Quand je suis revenue près de la tombe, elle était refermée, la terre balayée, ma rose, elle, s'était perdue non loin d'une tombe étincelante." (Laure ; page 54)

"J'ai retrouvé le coquillage, reconnu l'inscription, Ici repose un ange, à demi effacée par le temps. Dans le soleil, le cimetière semblait un vaste jeu de dames. L'ombre jouait d'une tombe à l'autre, marquant des points, ôtant leur lumière aux corps ensevelis sous la pierre. J'ai aimé le chiendent courant sur la stèle, son vert tendre, vivace et tenace. J'ai débarrassé le ventre rose du coquillage de sa poussière et, dans ce petit cimtière, poussé au milieu des vignobles, j'ai écouté la mer." (Lucas ; page 161)

Posté par lillounette à 12:42 - - Commentaires [4] - Permalien [#]